« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2014 » « Mon journal de l’été 2014 », par Christian Ducasse.

« Mon journal de l’été 2014 », par Christian Ducasse.

D 8 octobre 2014     H 19:51     A Christian Ducasse    


Comme chaque année au début de l’automne, Christian Ducasse trie ses photos de l’été et effeuille ses meilleurs souvenirs...
Voici donc l’édition 2014 de son Journal de l’été, de juin à septembre !
Textes et images de Christian Ducasse, reporter-photographe

24 juin : Café de la Danse, Paris.

Émile Parisien récemment couronné aux Victoires du Jazz, poursuit une folle ascension. Chacune de ses apparitions traduit l’urgence de l’instant chez le jeune saxophoniste. Chacune de ses prestations de l’été, et elles seront nombreuses, seront synonymes d’intenses préparations jusque dans le choix crucial de la bonne anche, ce roseau enchanteur.

Ce 24 juin à Paris Stéphane Kerecki présente sa « Nouvelle Vague » en compagnie de son prestigieux invité le pianiste John Taylor, d’Émile Parisien, Fabrice Moreau à la batterie et l’incandescente Jeanne Added. Le Belle musique.

25 juin : festival Django Reinhardt à Samois-sur-Seine.

Pélerinage joyeux et trans-génération sur l’île du Berceau. Ici tout le monde se sent gitan et vibrant de l’art du génie manouche. Une grande fête dans l’harmonie des cordes.

25 juin : festival Django Reinhardt à Samois-sur-Seine.

Pat Metheny vient de terminer son show flamboyant et demande à rencontrer les descendants du grand Django, ces jeunes qu’il entendu jouer de sa loge en ouverture de son concert. Plus qu’intimidé Levis Adel (20 ans) viendra saluer le maître (avec sa maman) comme d’autres amis, tous encore sous le choc du feu d’artifice musical délivré pendant près de trois heures par Metheny et son band. (Chris Potter saxophones & clarinette basse, Ben Williams basse, Antonio Sanchez batterie, Giulio Carmassi claviers & vocal).

1er juillet : Petit Journal Montparnasse, Paris

Le Club de Montparnasse cultive la bonne musique et convie les jazzmen qui comptent. Ce mardi soir Sébastien Llado et son nouveau quartet livrent deux sets sans concession pour un public visiblement peu motivé. Un brin radical, Sébastien ne servira même pas son « Coquillages & Crustacés » ou sa version ludique de « Billy Jean ». Sérieux ! (Rémy Decormeille piano, Yoni Zelnik contrebasse, Gautier Garrigue batterie).

2 juillet : théâtre de l’ Odéon, Paris.

N’en jetez-plus semble dire Ahmad Jamal tandis qu’il enchaîne les rappels à la demande du public en transe estivale. Ce rituel durera tout juillet et début août pour le pianiste qui rentre en scène dans l’unique souci du jeu intense et du dialogue avec ses partenaires. (James Cammack contrebasse, Herlin Riley batterie, Manolo Badrena percussion).

2 juillet : Péniche à l’ Improviste, Paris.

Torride réunion autour de Ricky Ford. Le grand saxophoniste n’est jamais aussi à l’aise qu’avec des amis américains et ce soir le cocktail épicé autour de la musique de son ex-employeur Charlie Mingus, se déguste sans soif. Tom Mc Clung (piano), Peter Giron (contrebasse) et Doug Sides (batterie). Le trompettiste Jimmy Owens de passage à Paris viendra participer à cette party.

3 juillet, rue de la Harpe, Paris.

Samson Schmitt, de grande lignée manouche, voyage et cultive les rencontres. A l’issue de quelques sets enlevés à la Taverne de Cluny il prend la pose souvenir avec ses musiciens et leur nouvelle amie, la comédienne Julie Gayet qui dit d’eux : « Ils sont si naturels ! ».

4 juillet : dans le train Paris-Granville.

Cette année 2014 c’est la lettre J qui préside à l’identité de nos animaux de compagnie. L’heureuse maîtresse de ce bichon havanais a prénommé son premier chien JAM.

16 juillet, rue des Lombards, Paris.

Parfum de vacances possibles pour le duo Michel Zenino-Mario Canonge, installé chaque mercredi vers 19 h au Baiser Salé, c’est à dire chez Maria Rodriguez. Ces deux n’arrêtent pas de bouger et dialoguer. Un succès durable.

16 juillet, New Morning, Paris.

Ambrose Akinmusire ne cesse de susciter la curiosité. Souvent à contre-pied des stéréotypes, ce pensionnaire du label Blue Note affirme une liberté rare. Chacune de ses apparitions captive. (Walter Smith III saxophone, Sam Harris pianon Harish Raghavan contrebasse, Justin Brown batterie).

17 juillet, Errobiko festibala, Itxassou (Pays Basque)

Éternel duo que celui de Bernard Lubat et son aîné Michel Portal. Tension et détente au programme et côté détente Lubat expose ses vues du moment sur le thème « cochon de droite & cochon de gauche ». Soit un univers assez irracontable. C’est pourquoi il faut se rendre à Itxassou où Beñat Achiary nous accueille.

17 juillet, Errobiko festibala, Itxassou (Pays Basque).

Rappel concernant cette fête rare d’Errobiko. Elle naquit il y a bientôt vingt ans, des aventures de Beñat Achiary à Uzeste. Aujourd’hui les artisans uzestois viennent prendre quelques vitamines à Itxassou avant leur folle Hestajada de las Arts du mois d’aout. Ici autour de Bernard Lubat : Fabrice Vieira, Diane Camus

18 juillet, Errobiko festibala, Itxassou.

Territoire d’expérimentations douces, l’Errobiko possède ses valeurs sûres dont l’animateur infatigable Jean-Christian Irrigoyen et des fidèles dont le maître tambour Ramon Lopez. Marc Lafaurie invente sans cesse dans des poésies sonores qu’il aime partager au jardin. L’Uzestoise Céline Despaux goûte ainsi à son murmurophone.

18 juillet, Errobiko festibala, Itxassou.

Niño del Elche et son complice guitariste Cantizano : fulgurance inouïe et inattendue dans l’univers du flamenco. C’était la stupéfiante révélation de l’Errobiko festibala. Ces andalous tracent le futur !

29 juillet, festival Jazz à Vannes.

Musicalité de haut niveau à Vannes pour l’ouverture de ce très beau festival.
Rugosité et improvisation libre, chant et étincellement du trio de Joachim Kühn (Majid Bekkas djembri & Ramon Lopez batterie) et leur invité Archie Shepp trop heureux de saluer Joshua Redman qui lui succède sur scène. Ce dernier aura un peu de mal à se libérer à la suite du feu d’artifice qui a précédé. (Redman quartet : Aaron Goldberg piano, Reuben Rogers contrebasse, Gregory Hutchinson batterie).

30 juillet, festival Jazz à Vannes.

Pas de grande manifestation sans grand public. Celui de Vannes est magnifique dans son écoute, ses enthousiasmes, sa générosité vis à vis de ceux qui osent. Le cadre des jardins de Limur ne plombe pas l’ambiance.

30 juillet, festival Jazz à Vannes.

Il y a des sommets espérés et lorsque la magie opère, les initiateurs se pincent car la récompense s’affiche grand écran. Deux ex-compagnons de Miles Davis s’amusent dans un quatre mains jubilatoire. René Urtreger et Chick Corea : quel est le plus joueur des deux ?

8 août, hommage à Bud Powell, Edenville - Jullouville

Réunion et hommage 50 ans après le retentissant séjour de Bud Powell dans la baie de Granville. Emmanuel Bex a donné le La de cette célébration dans un chant incantatoire et hypnotique dédié à Bud sur le mood de « A Love Supreme » au diapason des participants dont le batteur illuminant Jean-Victor Debaer.

8 août, hommage à Bud Powell, Edenville - Jullouville.

Sous l’égide d’Hervé Hec (piano & chant) en maître de cérémonie, les talents défilèrent à l’hôtel des Falaises pour ces journées d’hommage à Bud Powell dont ceux présents ici : Eddy Charni, Wayne Dockery, Jean-Victor Debaer, Samuel Belhomme et le maestro David Garcia.

3 septembre, festival Jazz à la Villette, Paris

La foi incarnée. Celle de Charles Bradley ému de partager sans limite avec le public généreux de la Cité de la Musique. Sur scène cet homme impressionne par sa Soul des origines.

6 septembre, festival Jazz à la Villette, Paris.

Seul face à ses tourments, Édouard Ferlet éblouit dans la résolution de l’énigme Jean-Sébastien Bach. Un cas d’école pour musiciens et mélomanes. Les réponses d’ Édouard Ferlet ouvrent la voie.

8 septembre, festival Jazz à la Villette, Paris.

Aucune affirmation chez Mélanie de Biasio, mais ce souci du voyage à l’intérieur d’un univers pulsé par la présence du batteur Dré Pallemaerts. Une incantation à prendre corps & âme.

9 septembre, la Dynamo de Banlieues Bleues, Pantin.

Dans le sillage de l’œuvre à la fois rare et culte de Moondog, le saxophoniste Sylvain Rifflet s’illustre.
À la Dynamo, c’est à dire un peu à la maison pour ces musiciens, Sylvain Rifflet fait vibrer une mise en lumière passionnante de Moondog (avec Jon Irabagon saxophones, Eve Risser piano & claviers, Joce Mienniel flûtes, Phil Gordiani guitare, Benjamin Flament percussions)

9 septembre, festival Jazz à la Villette, Paris.

Pas de présentation des artistes au festival Jazz à la Villette. C’est la règle, mais cette année ce seront les intermittents du spectacle officiant au festival, qui livreront quelques introductions pédagogiques. Histoire de rappeler que la situation reste incertaine. Kneebody et The Bad Plus & Joshua Redman compléteront l’affiche du jour.

10 septembre, festival Jazz à la Villette, Paris.

Clap de fin de l’été avec la formation vraiment tonitruante de Marc Ribot et ses Cubanos Postizos. En coulisse, la cinéaste Claire Simon prend des nouvelles de son dernier partenaire*, elle qui sait si bien s’associer de grandes voix du jazz d’aujourd’hui (Archie Shepp, Chucho Valdès, …)

* Marc Ribot a composé la musique originale du film de Claire Simon « Gare du Nord » paru en 2013.