« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2014 » cELLp : « Synapse »

cELLp : « Synapse »

Décembre 2014 : premier album studio du quartet

D 18 décembre 2014     H 23:30     A Florence Ducommun    


Définition Wikipédia de la synapse : « du grec syn = ensemble et haptein = toucher, saisir ; signifiant connexion » ... Tout est dit ! j’ai été touchée et saisie dès la première écoute ! Mais qui dit synapse, dit aussi cellule et vice et versa !

Donc définition également de la cellule, dont est tiré le nom du groupe Cell Project, devenu au fil du temps cELLp : « unité de structure, fonctionnelle et reproductrice constituant toute partie d’un être vivant. Chaque cellule est une entité vivante qui, dans le cas d’organismes multicellulaires, fonctionne de manière autonome, mais coordonnée avec les autres » Et c’est bien comme cela que fonctionne ce groupe selon Matias Riquelme... et qui avait démarré entre Tazio et Matias en petite cellule musique électronique et violoncelle... Capito ?

cELLp : « Synapse » -  voir en grand cette image
cELLp : « Synapse »
Autoproduction

Donc quatre compères : Lucas Gaudin (saxophones), Tazio Caputo ( machine, claviers), Laurent Lacoult (batterie), Matias Riquelme (violoncelle électrique). Venus d’horizons différents, nourris d’influences différentes (hard rock, electro, jazz bien sûr ), ils nous servent une œuvre furieusement originale.
À l’origine des compositions, Matias Riquelme, violoncelliste chilien en France depuis 2005, au cursus dense, dont on retiendra en particulier la participation aux projets de Médéric Collignon par exemple... Ses compagnons ne sont pas moins bardés de diplômes qu’il serait trop long de détailler et l’interconnexion synaptique de chacun libère une circulation d’énergie créatrice extrêmement vivante !

Chaque composition est différente, allant de la douceur (Deux chaussons rouges) à l’influence hard rock (Cucarachas). Ma préférence personnelle va à Deadline sorte de fugue à la manière d’un Bach post-moderne et à Para mi padre dont la plainte interprétée par le saxophone m’est allée droit au cœur... Quant à La course du lundi matin, cherchez la basse... C’est le violoncelle électrique de Matias Riquelme...

Avis aux programmateurs ! Jeunes talents à produire en 2015 pour un succès mérité !
L’album sort en numérique entre Noël et le Nouvel An 2015 ( extraits ici ! ) avant une sortie CD prévue pour 2015.

NB : L’image de pochette est de Constanza Nilo


> cELLp : « Synapse »

> autoproduction / cellp.jimdo.com/music

Lucas Gaudin : saxophones / Tazio Caputo : machines, claviers / Laurent Lacoult : batterie / Matias Riquelme : violoncelle électrique

01. La course du lundi matin / 02. La prochaine à gauche / 03. Cucarachas / 04. Deux chansons rouges / 05. Dead-line / 06. 4 In The House II / 07. Ateo / 08. Ballade para mi padre / 09. 19