« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2016 » ONJ + DEDALUS + Phil GLASS : à Paris en décembre.

ONJ + DEDALUS + Phil GLASS : à Paris en décembre.

Back to the seventies

D 22 décembre 2015     H 16:08     A Alain Gauthier    


Concert historique ce soir au Carreau du Temple : l’ONJ et l’ensemble DEDALUS copinent pour jouer Music with changing parts de Phil GLASS. Historique parce que d’un seul coup d’un seul, nous rembobinons le temps-qui-passe jusqu’à l’année 1970, année de naissance de cette œuvre, historique parce que les opportunités d’entendre ces musiques minimalistes répétitives sont rarissimes. Bon, d’accord l’opéra Einstein on the beach du même Glas il y a 18 mois au Théâtre du Châtelet mais quoi d’autre ?
Donc Music with changing parts.
« Cette recréation inédite redonnera à la pièce sa force originelle de transe aux effets psycho-acoustiques. Première d’une rencontre exceptionnelle entre dix-huit musiciens, réunis sur scène pour un voyage hypnotique et fascinant au cœur de l’une des œuvres fondatrices de la musique minimaliste » raconte le doc de présentation.

Orchestre National de Jazz - Olivier Benoît -  voir en grand cette image
Orchestre National de Jazz - Olivier Benoît

Ce voyage commence par une immersion sans sas de compression, on plonge dans cette première boucle comme on entre dans un mille feuilles sonore : tête en avant là où on peut.
Immersion puis apnée. Pour filer au bout du bout de la structure qui se répète et ne pas rater le petit quelque chose de rien du tout qui va venir la perturber, l’enrichir, la changer. Est-ce un son filé du trombone ? Une cascade à la flûte ? Une nouvelle clave aux percussions ?
On s’en fout.
On laisse aller.
La descente s’approfondit, les eaux refroidissent, la peau s’adapte. Une vibration, un frémissement, le rythme qui accélère : cet endroit est habité, on s’y côtoie à l’aveugle, on s’y frôle, on s’y longe. Danse de dauphins, longues coulées immobiles.
Vastitude, courants mêlés, l’oreille se fait antenne satellite et pivote à 360°, l’espace entier sonne et résonne. Pus de corps, plus d’oreille : chacun comme un immense capteur multidirectionnel.
Les résistances lâchent les unes après le autres, cette musique lancinante a les vertus d’un baume. D’un baume pour burn-outé du genre à détendre les neurones fripés, assouplir les axones tressés et aplanir les méninges saturées.
L’heure et demie passe comme un rêve éveillé à un univers double, les musiciens n’ont pas faibli une seconde, tension, densité, précision, jeu collectif.
Ils s’arrêtent d’un seul coup, la transe aussi et le public les applaudit longuement, longuement, longuement.

Les valeureux acteurs de cette sonorisation du monde :
Pour DEDALUS : Amélie BERSON flûte, Pierre-Stéphane MEUGÉ saxophones, Sakina ABDOU saxophones, Denis CHOUILLET claviers, Barbara DANG claviers, Stéphane GARIN vibraphone, Didier ASCHOUR guitare et direction.
Pour l’ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ : Jean DOUSTEYSSIER clarinettes, clavecin, Alexandra GRIMAL saxophones, voix, Hughes MAYOT saxophones, Fabrice MARTINEZ trompette, Fidel FOURNEYRON trombone, Théo CECCALDI violon, alto, Sophie AGNEL piano, Paul BROUSSEAU claviers, Sylvain DANIEL basse électrique, Eric ECHAMPARD glockenspiel, Olivier BENOIT guitare.

Pile poil 18 musiciens.
Pourquoi pas remettre le couvert avec « Music for 18 musicians » du même GLASS ?
À bientôt ? Ici même ?

Une lecture pour prolonger : LA MONTE YOUNG par Joseph GHOSN, éditions « le mot et le reste ».

Jeudi 17 décembre
ONJ SENS DESSUS DESSOUS #2 : DEDALUS & L’ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ Olivier Benoit - « In Motion »
Philip Glass – « Music With Changing Parts »
Carreau du Temple
4 rue Eugène Spuller
75003 Paris


Dans la même rubrique

1er décembre – Marguet-Rousseau « Spirit Dance » à Dijon

29 novembre – Samuel BLASER quartet à Caen.

28 novembre – Antoine PIERRE : « URBEX »

24 novembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 51

15 novembre – [à Paris] BROSSE