« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2016 » Quatre garçons dans le vent du jazz...

Quatre garçons dans le vent du jazz...

POST K ou le plaisir de jouer et de donner au public.

D 18 mars 2016     H 12:12     A Jacques Revon    


Ils se connaissent depuis longtemps. Trois d’entre eux se sont d’abord retrouvés élèves au fameux collège de Marciac, établissement renommé qui suscite des vocations de jazzmen depuis déjà 20 ans. Les quatre musiciens du groupe POST K ont ensuite poursuivi leurs études musicales et ont été admis au CNSM de Paris.
Moyenne d’âge de cette formation d’amis, 26 ans, une belle moisson de jeunes musiciens « biojazz ». Parmi eux, le clarinettiste Jean DOUSTEYSSIER, est un des membres de l’Orchestre National de Jazz.

JPEG - 104.5 ko
Post K

« POST K » (comme d’autres projets imaginés et crées par les musiciens de l’ONJ que l’on retrouve sous le label Jazz Fabric) témoigne d’un réel engagement musical, idée créatrice soutenue par Olivier Benoit, directeur de l’ONJ.

L’intitulé « POST K » est à mettre en parallèle, comme le précise le groupe dans sa note de présentation, avec le passage le 29 aout 2005 de l’ouragan Katrina sur la Nouvelle-Orléans et la Louisiane. Mais aujourd’hui, pour ces quatre jeunes jazzmen, il s’agit de donner leur interprétation personnelle d’un jazz historique, une évocation surprenante, relookée avec dextérité et créativité, toute à l’honneur des racines d’un jazz afro-américain né au bord du Mississippi.
POST K nous en livre un travail collectif superbe, une œuvre rafraîchissante.

Au programme, Tiger rag, China boy, Mean dig blues, Story book bale, Honey suckle rose, Finger buster elecy, …. Les morceaux s’enchaînent avec toujours un profond respect des thèmes et de l’écriture mais avec ici la jeunesse, celle qui vous emmène dans le monde de la créativité.

Benjamin et Jean Dousteyssier -  voir en grand cette image
Benjamin et Jean Dousteyssier

À Dijon, sur la scène de l’Athénéum du Campus universitaire, un piano, une batterie, et des bois, saxophones basse ou alto et clarinettes, clarinette basse et Si b sont regroupés pour donner le meilleur des sonorités d’antan.
Harmonie et fusion totale entre les deux bois. Jean et Benjamin DOUSTEYSSIER sont les deux frères du groupe, deux frangins discrets, impressionnants de présence, d’égale précision dans leurs doigtés respectifs, au point que l’on peut même apprécier une certaine symétrie dans la similitude des gestes, une très belle image graphique à mon goût. Autre complicité discrète, celle qui se dégage entre Matthieu NAULLEAU au piano et Elie DURIS à la batterie. Ils sont disposés latéralement, l’un presque en face de l’autre histoire de cadrer leur formation et de donner au public une image d’assise et de solidité.

Quelle belle surprise que d’écouter ce soir là, dans ce jazz fondateur et particulièrement dans le blues, un saxophone basse chanter, s’exprimer et dialoguer avec un piano ou avec sa « cousine » la clarinette basse, c’est si rare !
Le savoir faire est totalement magique, sensuel et quelque peu envoûtant.

Matthieu Naulleau -  voir en grand cette image
Matthieu Naulleau

Les touches du piano swinguent, le batteur posé caresse ses peaux.
La formation nous déroule une musique syncopée parfois même cabossée par le rythme des réponses et de brusques arrêts. Des « stride » typiques de ce jazz, que Matthieu NAULLEAU le pianiste maîtrise à merveille, un prodige dans son genre. Ses références se nomment Fats Waller, Art Tatum ou bien encore Earl Hines.

Comme me le confiera Jean DOUSTEYSSIER avant le concert, « c’est beaucoup de travail… ». Comment ne pas l’imaginer... à la fin de la soirée on ne peut qu’être conquis et en accord avec sa déclaration, après leur écoute c’est un constat évident. Ces quatre jazzmen savent partager avec beaucoup de modestie et de passion leurs acquis musicaux, cette musique qu’ils ont choisie au tout début de leur adolescence, qu’ils savent maintenant donner et redonner à celles et ceux qui se déplacent pour venir les écouter : remarquable.

Ce projet est né il y a deux ans, c’était au départ un duo clarinette et piano, entre Jean et Matthieu. Aujourd’hui le projet a bien grandi, ils sont quatre, franchement quelle belle histoire de jazz !

Le 29 avril prochain, le premier album de POST K sortira des presses, alors, puis-je me permettre de vous conseiller de ne pas manquer sa sortie, sincèrement ces jeunes méritent toute notre écoute, notre attention et notre regard.

Mercredi 9 mars 2016
Atheneum de Dijon (21)
Organisation Media Music / D’Jazz Kabaret

Post K Benjamin et Jean Dousteyssier Matthieu Naulleau Benjamin et Jean Dousteyssier, Élie Duris Matthieu Naulleau et Jean Dousteyssier

Un concert pour la sortie de l’album est programmé le mercredi 25 mai (20h30) au Carreau du Temple à Paris dans la série Jazz Fabric. Avant, POST K reviendra en Bourgogne le 20 mai dans le cadre de la saison D’Jazz Nevers Nièvre à l’Espace Stéphane Essel à Nevers, invité par le Centre Régional du Jazz en Bourgogne.


Dans la même rubrique

1er décembre – Marguet-Rousseau « Spirit Dance » à Dijon

29 novembre – Samuel BLASER quartet à Caen.

28 novembre – Antoine PIERRE : « URBEX »

24 novembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 51

15 novembre – [à Paris] BROSSE