« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » La Pieuvre et Pata Music : structurer l’aléatoire ?

La Pieuvre et Pata Music : structurer l’aléatoire ?

La Pieuvre : « 1999-2005 » // Norbert Stein Pata Music : « Graffiti Suite »

D 10 mars 2007     H 19:55     A Thierry Giard    


Nous parviennent, presque en même temps, deux doubles albums consacrés aux liens entre improvisation, orchestration et direction d’orchestre. Dans les deux cas, de grandes formations et un travail intéressant : avis aux oreilles curieuses !

La Pieuvre est dirigée par Olivier Benoit, guitariste, membre du collectif lillois « Le Crime » et spécialiste de la composition orchestrale basée sur la direction gestuelle. Graffiti suite, composée et dirigée par Norbert Stein ( qui est aussi saxophoniste par ailleurs) met en scène le NDR Big Band, une quasi-institution du jazz en Allemagne qui prouve ici qu’il peut avec le même sérieux s’adonner aux pratiques d’improvisation ou servir la musique d’Abdullah Ibrahim par exemple (Ekapa Lodumo / Enja - 2001).

Dans ces deux disques, la conception conventionnelle du jazz est laissée de côté au profit d’un travail sur la matière sonore qui renvoie plus aux compositeurs contemporains ( Varèse, Stockhausen...) qu’aux géants du swing. Cependant, il n’est pas question, là, d’improvisation libre. Dans la lignée des travaux de Butch Morris ou encore, de certaines pratiques de l’ARFI, il s’agit plutôt de créer dans l’instant des structures aléatoires à partir de signes, qu’ils soient gestuels ou écrits. Les deux leaders, Norbert Stein et Olivier Benoit revendiquent donc totalement un statut de compositeur et de chef d’orchestre.

La Pieuvre - « 1999-2005 » -  voir en grand cette image
La Pieuvre - « 1999-2005 »
Circum-disc - 2006
  • 1999-2005 : en deux disques, quelques traces des travaux de La Pieuvre se trouvent regroupées comme un bilan d’étape sur six années (les enregistrements s’échelonnent en fait de 2001 à 2005). Une grande variété de climats sont explorés : de l’énergie free-rock de Drop Attack, aux sonorités tendues et denses de Drop Blot, des périgrinations ethno- bruitistes de Epiploon aux masses cuivrées et percussives de Peptide. La Pieuvre étend ses tentacules dans les directions les plus variées, guidée par l’imagination de son leader, bien servi par un effectif impressionnant de musiciens très investis dans le projet ! A écouter et à voir sur scène aussi, sans doute.
Norbert Stein / NDR Big Band - « Graffiti Suite » -  voir en grand cette image
Norbert Stein / NDR Big Band - « Graffiti Suite »
Pata Music - 2006
  • Graffiti Suite laisse transparaître la rigueur très germanique de son leader : un premier disque est consacré à des compositions ouvertes, aux structures basées sur des associations de timbres savamment pensées jouant plus sur les combinaisons d’éléments de l’orchestre que sur l’effet de masse (Musik in 7 Häusern). Le second disque présente, lui, une approche plus orchestrale, réintroduisant des structures rythmiques plus conventionnelles. Ainsi, Der Berg s’ouvre sur une base confiée à un quartet batterie/basse/piano/guitare sur lesquels viennent se poser les clusters de l’orchestre. Fegefeuer des Vokale nous emmène vers des rivages qui fleurent bon la Great Black Music... Made in Germany ! (à noter : la présence de Christof Lauer, toujours très pertinent au sax ténor). Norbert Stein sait aussi tirer profit de la masse de l’orchestre non seulement sur le plan instrumental mais aussi vocal avec une utilisation intéressante des voix parlées ou utilisées pour créer des nappes flottantes. En résumé : Graffiti suite est un disque à deux faces, deux visages en deux disques, l’une plus nettement référée au jazz (voire à Zappa pour Maschinenmanschen, l’autre plus ouverte, plus aventureuse (mais sous contrôle du leader !).

Deux disques qui permettent de découvrir des horizons moins conventionnels mais qui font partie intégrante de la sphère des musiques intégrant l’improvisation, donc aussi du jazz dans son acception la plus large. On regrettera simplement qu’il nous manque l’image pour une musique aussi dépendante du geste et des interactions orchestrales. Le DVD deviendrait-il le média le plus adapté à la diffusion des musiques improvisées enregistrées ? A discuter, sans aucun doute !


> Références :

  • Norbert Stein Pata Music : « Graffiti Suite » - Pata Music Pata 18 - commande : www.patamusic.de

> Liens :