« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Livres » Lettres à Miles Davis

Lettres à Miles Davis

Tous les Miles

D 19 décembre 2016     H 12:01     A Jean-Louis Libois    


Dans un précédent ouvrage Le tour du jazz en 80 écrivains, du même auteur Franck Médioni (2013) et dans la même collection Jazz Impressions, un nom manquait, celui de Miles Davis, rapporte le préfacier de ce nouvel opus Lettres à Miles . Son nom semblait tellement s’imposer que nul ne l’avait cité. Un peu à la manière de l’oubli de l’actrice Anna Karina des Cahiers du cinéma consacré aux égéries de années 60-70. Au grand dam du rédacteur de l’époque auquel je le faisais remarquer. Lui, le grand exégète de Godard, mentor de l’actrice, avait oublié le nom de l’incarnation de La Nouvelle Vague .
info document -  voir en grand cette imageOubli réparé concernant Miles avec tous ces portraits établis par 55 personnalités aussi bien musiciens, journalistes, écrivains, que dessinateurs ou poètes (au passage, il n’aurait peut-être pas été inutile de renseigner le lecteur en quelques mots sur l’identité de chacun et chacune des contributeurs car Andy Emler, Lee Konitz , Médéric Collignon, Frank Cassenti , Jérome Charyn… oui bien sûr mais Edouard Dor, Delphine Durand et combien d’autres ?).
Chacun y va de son souvenir, de son anecdote, de son émotion… par le biais de lettres écrites à Miles ou par la formule empruntée à G.Perec Je me souviens (on pourra noter au passage une indéniable croyance de ses correspondants occasionnels dans l’au-delà au vu des nombreuses références à Miles vivant là-haut, voyant ou attendant ses prochains visiteurs !).
Se reconstitue ainsi sous nos yeux une biographie parcellaire du célèbre trompettiste qu’on appelle volontiers davantage par son prénom Miles que par son nom ainsi que le fait remarquer l’écrivain Bernard Chambaz.
Il y a en effet le Miles de Kind of Blue porté à juste titre aux nues (plus d’un million de disques vendus), celui du compositeur de la musique d’Ascenseur pour l’échafaud revu par Boris Vian et corrigé par le pianiste René Urtreger. Il y a le Miles « fusion » et le succès de Time after time. Enfin, celui des grands shows ambulants de la fin des années 80 où il y avait peu à voir (un Miles semi fantomatique - Tricollectif -) et pas grand chose à entendre (la musique aux abonnés absents - les mêmes, Milesdavisquintet [1]-) ainsi que nous l’avions pu « voir( ?) » et « entendre( ?) », au Palais des Sports de Caen.
Il y a le Miles vu par les femmes et la violence qu’il exerçait souvent à leur endroit pour l’une (l’écrivain Sylvie Kandé) mais aussi le Miles inoubliable pour l’autre, (Jeanne de Mirbeck). Il y a encore le Miles de Juliette Greco (Je l’aime trop pour la rendre malheureuse) ainsi que le Miles destinataire d’une Lettre (d’amour)d’une inconnue, (sous la plume de Sébastien Ortiz) qui a passé une grande partie de sa vie à recueillir son souffle (Harmon du nom de sa sourdine, son inséparable compagne depuis leur rencontre !)
Il y a enfin -et surtout- le Miles des musiciens. Randy Brecker qui se souvient du Miles Davis venant écouter les musiciens dans les clubs et sa présence intimidante ainsi qu’on le découvrira prochainement dans une séquence du film consacré au trompettiste Chet Baker « Born to be blue » (Robert Budreau) présenté en septembre dernier au Festival du Cinéma Américain de Deauville. Le mythe Davis évoqué par le trompettiste Paolo Fresu. Mais aussi les (bons) souvenirs des sidemen. Ainsi ceux des saxophonistes Jimmy Heath (frère de Percy) , Lee Konitz, Dave Liebman (Après avoir joué avec Miles Davis, tu étais censé avoir quelque chose de perso à dire comme chef/leader) et bien sûr du pianiste René Urtreger (décidément très en vue dans ce recueil) qui assure que lorsqu’on a joué à ses côtés, on garde toujours un petit Miles chez soi. Avant de conclure par ce mot de la fin : chacun a son Miles.
On laissera enfin aux lecteurs de cet ouvrage la surprise réservée par l’une des dernières lettres et son témoignage tragico- rocambolesque : sauvé en écoutant un disque de Miles Davis ! Son auteur ? L’écrivain de polars Marc Villard.

LETTRES À MILES  ; Franck Medioni ; Alter Ego Editions, collection Jazz Impressions - ISBN : 978-2-915528-54-1 - 174 pages, 18 €.



[1...la formation issue du Tricollectif composée de Xavier Camaras, Valentin Ceccaldi, Sylvain Darrifourcq