Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » DUPONT T : un vrai groupe qui ne doit rien à personne.

DUPONT T : un vrai groupe qui ne doit rien à personne.

Spider’s dance

D 16 avril 2007     H 22:00     A Jacques Chesnel    


(parution 14 mai 2007)

L’araignée tisse parfaitement sa toile

Hubert “Zub” Dupont n’est pas né (en 1959) de la dernière pluie. On l’a déjà entendu dans les groupes Kartet (contrebasse) et Thôt (basse électrique), il co-fonda le collectif Hask, se produisit dans Altissimo, Décor, et aujourd’hui joue dans Hati, le groupe de Nicolas Genest… fut sideman aux côtés notamment de Steve Lacy, Glenn Ferris, Antoine Hervé, Paolo Fresu… et signa les albums Altissimo (1995), Dans le décor (97), Ultraboles (2005) en contrebasse solo, ce dernier particulièrement remarqué par la critique.

Dupont T - "Spider’s dance"
Ultrabolic - 2007- distribution Nocturne

Pour former son quartet, Hubert Dupont réunit le pianiste Yvan Robilliard, double lauréat du concours de Jazz de La Défense 2005 (catégories soliste & composition), son partenaire depuis près de dix ans le batteur Chander Sardjoe et complète la formation avec le saxophoniste new-yorkais d’origine indienne Rudresh K. Mahanthappa (qualifié de « Star montante du saxophone alto » par le Downbeat International Critics Poll).

On entre dès la première plage dans un univers personnel, très poétique sans maniérisme aucun avec un sens de la composition, de l’arrangement, de la polyrythmie très personnels, tout cela dans un esprit très monkien (le solo de piano dans Possib), les interventions d’Hubert Dupont très pertinentes autant à l’archet (Mais presque) qu’en pizzicato (Moundélé), la sonorité bellement grave du saxophoniste (rarement d’aigus, proche du shenaï dans l’intro de Irid) et la ponctuation toujours savante du batteur… bref, un vrai groupe qui ne doit rien à personne dans le savoir-faire des couleurs et de climats étranges, sans étalage de virtuosité, au service de mélodies attachantes (Ladies on board et son côté romantique) ou curieuses (1010) et d’harmonies souvent surprenantes.

Une quiddité, totale ; une agréable surprise, aussi.

Il n’est donc pas étonnant que ce disque soit distribué par Nocturne, c’est tout à fait dans la ligne éditoriale du label.


> DUPONT T spider’s dance - ultrabolic ubr 0502 - distribution Nocturne

- Hubert DUPONT (contrebasse, compositions sauf plage 6 par Rudresh K. Mahanthappa),
- Rudresh MAHANTHAPPA (saxophone alto),
- Yvan ROBILLARD (piano),
- Chander SARDJOE ( batterie)

1/ Spiders. 2/ Mais Presque. 3/ Possib. 4/ Orientable. 5/ Irid. 6. 1010.
7/ Douj. 8/ Moundélé. 9/ Ladies on board. 10 D’hélices


> Liens :

- http://www.ultrabolic.com
- http://www.hubertdupont.com
- http://www.nocturne.fr

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

22 janvier – L’Appeal Du Disque - Janvier 2021

18 janvier – FRENCHQUARTER 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet