Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2017 » James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

De Stevie Wonder... à Thelonious Monk

D 27 novembre 2017     H 10:29     A Jean-Louis Libois    


JPEG - 62.3 ko
James Carter

De Stevie Wonder... à Thelonious Monk… En passant par le Blues Mashed Potatoes, l’homme est connu pour sa virtuosité, sa prodigalité et son éclectisme. Le saxophoniste prolifique n’a pas failli à sa légende lors de ce concert de jazz inaugural de la grande salle du théâtre (un peu trop grande, ce soir là).
Ces qualités, qui aux yeux de certains sont aussi parfois des défauts, sont toujours présentes dans cette nouvelle version électrique de son talent. Il nous faut cependant bien avouer que si sa prestation généreuse (deux heures) a pu à quelqu’endroit pécher par excès, c’est aussi son énergie, son inventivité constamment en éveil, cette palette de sons qu’il sait extraire de ses instruments (divers saxophones) qui, après une période d’échauffement, ont fini par emporter la conviction du public (et la nôtre).
Son goût pour la technique et la recherche sonore apparaissent d’emblée ainsi que les premiers titres le révèlent mais cela vaut tout autant pour le second homme de la soirée et ses claviers Gerard Gibbs, musicien lui aussi généreux et habité, et plus généralement à cette nouvelle configuration électrique.
Mais au détour d’une ballade ou bien de Round Midnight, la musique reprend ses droits quitte à s’emballer peu après, voire dans le même titre. Alors James Carter par trop éclectique ? Certes, on trouve du funk, de la soul, du rhythm’n’blues, du blues (avec le solo vocal et électrique de son inénarrable bassiste Ralphe Amstrong), du be bop… : James Carter voyage dans tous les styles mais leur instille un souffle nouveau. Ainsi l’ensemble, sous les baguettes autant efficaces qu’inspirées d’Alex White finit par faire oublier ces quelques complaisances initiales au profit des qualités du saxophoniste et de sa formation Eleltrik Outlet.

James Carter ‘s Elektrik Outlet : James Carter : saxophones / Gerard Gibbs : claviers / Ralphe Amstrong : basse / Alex White : batterie
Théâtre de Caen
mercredi 22 novembre 2017 - 20h00


Ralphe Armstrong Ralphe Armstrong, Alex White ©© Sébastien Toulorge James Carter ©© Sébastien Toulorge Ralphe Armstrong, Alex White ©© Sébastien Toulorge

Portfolio

  • Ralphe Armstrong
  • Ralphe Armstrong, Alex White
  • James Carter
  • Ralphe Armstrong, Alex White

Dans la même rubrique

1er février 2018 – Daniel Zimmermann quartet à Meylan

3 janvier 2018 – WEST, à Paris

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid