« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2019 » Le Pérégrin Pérambule Encore - 38

Le Pérégrin Pérambule Encore - 38

D 19 juin 2019     H 05:00     A Yves Dorison    


Trente-huitième équipée

« S’il pleut le quinze juin, il n’y a pas de raisin. » Pour ma première incursion au festival «  Jazz à cours et à jardins  », j’ai été servi. Comme l’année passée d’ailleurs. Ce qui implique une hausse des actions de l’apéritif anisé en Rhône Alpes. Mais le 15 juin n’est pas triste par essence. En 1921, c’était le jour de naissance d’Erroll Garner. Et s’il le fut en 1968, je mets la faute sur le dos de John Leslie « Wes » Montgomery qui prit la tangente à quarante-cinq ce jour-là. J’aime bien sa musique et de ce malheureux anniversaire, dans ces lignes je fais donc écho.

info document -  voir en grand cette imageA ce qu’on dit, quand une onde rencontre une surface ou des inhomogénéités présentes dans un milieu de propagation, elle est réfléchie ; et cela s’appelle un écho. Alors quand Michel Edelin se souvient sur scène d’un concert d’Henry Cow, longtemps après, il se fait l’écho de son souvenir, la mémoire de sa mémoire, filtrés dans la durée par son propre imaginaire. La présence dans son sextet de John Greaves, membre du groupe avant-gardiste anglais des années soixante-dix, est une autre forme de l’écho. Henry Cow résonne-t-il en vous ? Je vous laisse ruminer. Moi, hier soir, je vins à ce concert alléché par l’affiche et ne fus pas déçu. Avec les spoken words et les mots parlés de John Greaves insérés dans le discours musical, l’esprit aventurier de la formation aussi iconique que méconnue fut perpétué sous une autre forme et avec d’autres pourtours. Mais l’énergie de cette époque lointaine était là, traduite dans l’engagement du collectif (Michel Edelin, Sophia Domancich, Sylvain Kassap, Stéphane Kerecki et Simon Goubert) au service de leur création. Pertinents par impertinence, novateurs par essence, ils firent parler l’intelligence plutôt que la science. Le meilleur des mondes, s’il veut naître un jour, sera fait d’intelligence (ce truc étrange que se partagent les hommes de bonne volonté), pas de science. Je m’égare encore et divague. Mais divaguer, n’est-ce pas naviguer (dans cette onde mauvaise à boire) ? Et naviguer, n’est-ce pas partir et explorer ? Que firent-ils hier soir, Michel Edelin et ses acolytes, sinon multiplier les pistes insoupçonnées sur une sente mémorielle encline à la résonance contemporaine ? Échos d’Henry Cow, si je ne m’abuse, à l’abri des intempéries (la moitié du ciel), pour les espaces mentaux ouvert à tous vents (beaux comme la lune). Faire passer l’idée ; il en reste toujours assez pour susciter une vocation. La mémoire est bonne pour le futur.


Dans nos Oreilles

Horowitz / Mozart - Concerto n°23 K.488


Devant nos yeux

Svetlana Alexievitch - La supplication


http://micheledelin.nuxit.net/
https://sites.google.com/site/jazzacoursetajardins/home

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

20 octobre – ART ENSEMBLE of CHICAGO : les 50 ans à Nantes

18 octobre – JOURNAL DE L’ÉTÉ 2019 : échos de festivals

16 octobre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 47

14 octobre – Dreaming Drums

11 octobre – L’Appeal Du Disque - Octobre 2019

2 octobre – Festival Au Sud Du Nord

29 septembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 46

27 septembre – Les Émouvantes 2019 à Marseille

25 septembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 45

23 septembre – Loïs Le Van

21 septembre – Jazzitudes en Pays d’Auge 2019

17 septembre – Yves Rousseau Septet « Fragments »- Under The Radar

16 septembre – Under The Radar, bis repetita