« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » Gianluigi TROVESI : images diffuses et raffinées.

Gianluigi TROVESI : images diffuses et raffinées.

Vaghissimo Ritratto

D 9 mai 2007     H 16:44     A Thierry Giard    


Gianluigi Trovesi est de ces musiciens qu’on dit inclassables. Clarinettiste et saxophoniste, membre de l’Italian Instabile Orchestra, compagnon de route et de scène de Pino Minafra, Enrico Rava ou Paolo Damiani, il s’est assimilé de fait aux mouvements du jazz italien les plus épris de liberté.

Et libre, il l’est. Libre de se pencher amoureusement sur les musiques anciennes (Josquin Desprez), le baroque (Monteverdi), de remettre en avant une mélodie de Brel (Amsterdam) ou d’improviser (sagement) en trio (Serenata, Vaghissimo Rittratto).

Gianluigi TROVESI - « Vaghissimo Rittratto » -  voir en grand cette image
Gianluigi TROVESI - « Vaghissimo Rittratto »
ECM records - 2007 - dist. Universal.

Avec ce nouvel opus, il nous entraîne dans une rêverie hors du temps et des styles. Vaghissimo rittrato est une expression polysémique pour qualifier une image en terme de beauté, d’impression ou de ressemblance. Une polysémie qui va bien à cet ensemble de figures mélodiques qui s’assemblent pour suggérer une architecture très précieuse. Un extrème raffinement voulu par les membres d’un trio qui ne ressemble à aucun autre mais qui maintient l’auditeur un peu à distance. Chacun semble ici faire preuve de retenue et la musique s’étire sans totalement passionner malgré les grandes qualités des membres du trio. Pianiste et poète, Umberto Petrin a totalement investi cet univers et maîtrise l’art du dialogue avec un Gianluigi Trovesi qui se limite ici à la clarinette alto. C’est Fulvio Maras qui apporte les touches de couleurs par un usage subtil de ses percussions mais aussi des éléments électroniques.

Vaghissimo Rittatto est présenté comme une « musique de chambre improvisée ». Une Impression renforcée par l’enregistrement fidèle à l’esthétique du label de Manfred Eicher, ECM : prise de son distante valorisant la réverbération, jouant avec les résonnances. Très bel écrin sans doute mais qui dégage une impression de froideur malgré toute la qualité des instrumentistes et, en premier lieu, de Gianluigi Trovesi qui peut nous emporter très loin dans quelques thèmes, comme dans le très lyrique Far, far away.

Une musique sérieuse, rigoureuse au charme quasi aristocratique. On pourra préférer le leader dans des formations plus corsées, avec son octette par exemple.


> Vaghissimo Rittratto - ECM 1983 - distribution Universal

  • Gianluigi Trovesi : clarinette alto
  • Umberto Petrin : piano
  • Fulvio Maras : percussions, sampler, ordinateur

Enregistré en décembre 2005 à Udine.

RITRATTO DI A.P. : 1- Primo apparir / RICERCAR VAGHEZZA : 2- L’Orfeo ; 3- Grappoli orfici / 4- Mirage / RITRATTO DI A.P. : 5- Secondo apparir / ANTICO RITRATTO : 6- Al primo vostro sguardo / RITRATTO DI A.P. : 7- The lover’s appeal ; Terzo apparir / RITRATTO DI DONNA : 8- Angela / ANTICO RITRATTO : 9- El grillo / 10- Particolare di J. Donne / PAYSAGE : 11- Amsterdam / ANGELI MUSICANTI : 12- Serenata ; Matona mia cara / RITRATTO DI A.P. : 13- My little maid and I / 14- Canto vago / RITRATTO DI A.P. : 15- Far, far away / 16- Vaghissimo ritratto


> Liens :