« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » BOOGIE WOOGIE PIANO et BLUES SHOUTERS chez Frémeaux

BOOGIE WOOGIE PIANO et BLUES SHOUTERS chez Frémeaux

Deux extraits de « la librairie sonore ».

D 31 mai 2007     H 16:05     A Jacques Chesnel    


BOOGIE WOOGIE PIANO

  • Vol. 2 “THE BOOGIE WOOGIE CRAZE” 1938 – 1954 - Frémeaux & Associés FA 5164 - 2 CD, 42 Titres, 1 Livret, 33 Photos

Les folies boogie

Cette réédition/compilation consacrée exclusivement au boogie-woogie - (appellation d’origine probablement ferroviaire), genre musical pianistique (qui deviendra la dernière danse à la mode), apparu avant la fin du XIXe siècle, de forme simple, volontairement répétitive sur un rythme obsessionnel et immuable – constitue une sorte de prolongement au précédent Boogie Woogie Piano, Chicago – New York 1924 – 1945 paru chez ce même label, (FA 036), les deux coffrets étant réalisés sous la direction artistique, texte et discographie, de Jean Buzelin, une référence.

Boogie Woogie Piano -  voir en grand cette image
Boogie Woogie Piano
Frémeaux et Associés.

Ce retour sur ce style qui influencera fortement le rhythm and blues et le rock and roll permet de nous re/mettre en oreilles nombre de musiciens célèbres (notamment Pete Johnson, Big Joe Turner, Albert Ammons, Sammy Price ou encore Fats Domino…dont on salue à 79 ans la récente réapparition après le cyclone Katrina), découvrir d’autres moins connus (Sugar Chile Robinson, la pure spécialiste Camille Howard, Willard McDaniel ou le « fou fou » Little Willie Littlefield) et d’entendre de futures grandes vedettes du jazz comme le grand virtuose Art Tatum (Tatum Pole Boogie et son déluge de notes contrôlées), Erroll Garner au jeu identifiable (Boogie Woogie Boogie), le débutant Oscar Peterson (Oscar’s Boogie), ou le subtile Nat King Cole (avec un renversant solo de son guitariste Oscar Moore dans Boogie A La King).

Si cette musique fichtrement endiablée ne vous donne pas envie de bouger, de vous trémousser ou bringuebaler, de gigoter, giguer, frétiller, gambiller, danser, sauter au plafond, voire plus si affinités… c’est à n’y rien comprendre !


THE GREATEST BLUES SHOUTERS 1944 – 1955

  • Frémeaux & Associés FA 5166 - 2 Cd, 40 titres, 1 Livret, 13 photos

Les pointures du cri

Il y a grande chance que ce coffret soit une découverte pour beaucoup de jeunes amateurs. Shout = cri, aussi manière puissante de chanter, de « crier » le blues.

The Greatest Blues Shouters - 1944/1955 -  voir en grand cette image
The Greatest Blues Shouters - 1944/1955
Frémeaux et Associés.

L’âge d’or des blues shouters fût limité dans le temps, ils tinrent le devant de la scène principalement de 1940 à 1945… Ils avaient un pied dans le jazz et l’autre dans ce qu’on a appelé le rhythm and blues… écrit Jacques Morgantini dans son texte de présentation précisant avoir sélectionné les meilleurs représentants de ce courant musical, dont la principale caractéristique était une voix puissante (au début l’absence de microphone), un exceptionnel volume sonore.

Big Joe Tuner (1911-1985) fût l’archétype de ces crieurs de blues, par sa façon unique de le clamer, le déclamer, de sa belle voix de baryton ; renommé aussi pour ses dons de création et d’invention, il est notamment ici accompagné par le pianiste Pete Johnson (Feeling So Bad et Still in the Dark) ou en compagnie du guitariste-chanteur Elmore James (T.V. Mama).

Jimmy Rushing (1903-1972) est surtout connu pour sa participation à l’orchestre de Count Basie, la plus belle machine à swing de tous les temps (son fameux Every day I have the Blues repris plus tard par son successeur, un Joe Williams plus crooner). « Mr Five by Five » (par sa corpulence, sa petite taille) fût un prodigieux swingman (Boogie Woogie, I may be Wrong) avec une voix de ténor souple et généreuse.

Dans le sillage des précédents se situe Wynonie Harris (1913-1969) à la vie mouvementée, surnommé Mister Blues. Sa puissance vocale, les paroles souvent salées de ses blues, son dynamisme ne pouvaient laisser ses auditeurs indifférents écrit Jacques Morgantini. Des cinq titres choisis très significatifs, on retiendra plus particulièrement son interprétation du fameux Night Train.

Nous retrouvons avec plaisir le chanteur et saxophoniste-alto (plutôt parkerien) Eddie « Cleanhead » Vinson (1917-1988) dont la prestation enflammée au festival de Montreux en 1974 reste pour moi inoubliable. Sans oublier les grands vocalistes Jimmy Witherspoon et Sonny Parker à la trop courte carrière. Mention enfin pour ces autres shouters que furent Tiny Bradshaw, Louis Jordan, H-Bomb Ferguson, Eddie Mack, Piney et Roy Brown, Smiley Lewis.

Hommage mérité et bienvenue à ces chanteurs d’une autre époque.

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, signalons le beau travail réalisé par Patrick Frémeaux et son équipe avec ce complément parallèle à celui de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) que constitue sa Librairie Sonore, notre mémoire collective (Grand Prix in Honorem de l’Académie Charles Cros pour son œuvre patrimoniale) comprenant les musiques, la chanson, la philosophie/sciences humaines et la collection des grands textes philosophiques (d’Albert Camus à Michel Onfray, de Françoise Dolto à Léopold Sédar Senghor), livres sonores, poésie… tout un univers de haute qualité qu’on retrouve sur www.fremeaux.com.


> Lien :

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.

18 novembre – Ouverture du D’Jazz Nevers Festival 2017