« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Géraldine Laurent : loin des clichés !

Géraldine Laurent : loin des clichés !

Time out trio

D 14 janvier 2008     H 19:05     A Michel Delorme    


Considérable !

Ce qui frappe d’emblée, c’est le jeu frais, neuf, de Géraldine Laurent, loin de l’alignement de clichés hard bop ou coltraniens. Fluide comme celui du grand Lee Konitz, dont on note quelques traces, et robuste comme celui de Sonny Rollins dont elle a le sens du tempo brisé.

Ce qui frappe tout aussitôt, c’est l’immense talent de la paire rythmique : l’élasticité moelleuse de la basse de Yoni Zelnik et le drumming crépitant de Laurent Bataille. Conjugaison parfaite et semblable au phrasé de l’alto : une main de velours dans un gant de fer ( sic ). Les deux mâles du trio propulsent très haut le saxophone de la dame, le relançant chaque fois qu’il sied, c’est à dire sans arrêt. L’absence de piano les met encore plus en valeur.

Géraldine Laurent - « Time out trio » -  voir en grand cette image
Géraldine Laurent - « Time out trio »
Dreyfus Jazz - 09/2007 - dist Sony BMG

Ce qui frappe enfin, c’est la prise de son exemplaire dont on aurait aimé connaître le/la responsable.

Le choix du répertoire va des standards peu joués (ras le bol des All The Things You Are de jam-sessions bâclées ) aux compositions de Shorter, Mingus, Ornette, Zeitlin ( qui se souvient encore de l’admirable Carol’s Garden ? ), et la très très belle ballade Skylark est prise sur tempo médium.

L’ exposé du thème Lester Left Town de Wayne Shorter bénéficie d’intelligent(e)s accélérations/ralentissements.(Wayne, tu devrais écouter ça !)

Rejoicing d’Ornette Coleman aurait mérité d’ouvrir le disque, tant la rythmique démoniaque pousse au paroxysme un solo d’ enfer.

Vient Repeat de Denny Zeitlin. Après une intro calme qui met la basse en valeur, cela s’ anime avec le thème et s’emballe avec le solo d’alto. Une montagne de swing infernal qui aurait également mérité l’entame du CD.

Si Fables of Faubus manque un peu de hargne ou de dérision à mon goût, quand on sait ce que cette composition recouvre, A Quiet montre le talent de composition prometteur de Géraldine.

« Je recherche de plus en plus ces moments de bonheur où je lâche prise et où je me surprends à jouer au-delà de ce que je sais ». Wayne Shorter, après Miles, ne dit pas autre chose.

Time out trio est produit par Aldo Romano et Christian Pégand, excusez du peu !


> Géraldine Laurent : « Time out trio » - Dreyfus Jazz FDM 46050 369142 - Distribution SONY BMG

Géraldine Laurent (saxophone), Yoni Zelnik (bass), Laurent Bataille (drums)

1- Autumn Nocturne 2- Lester Left Town 3- I Fall In Love Too Easily 4- Rejoicing
5- Skylark 6- Fables of Faubus 7- A Quiet 8- Repeat 9- Tijuana Gift Shop
10- Love Letters


> Liens :

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

21 janvier – Marseille en novembre...

18 janvier – Pile de Disques de janvier 2018

17 janvier – Les Pérambulations Du Pérégrin - 82

15 janvier – Cinq disques en vitrine - janvier 2018

12 janvier – [revue] 2017, année centenaire et bicentenaire

7 janvier – L’Écho des Lunes - janvier 2018

3 janvier – WEST, à Paris

27 décembre 2017 – Au commencement, la trompette ...

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

16 décembre 2017 – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre 2017 – Lettre ouverte

13 décembre 2017 – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre 2017 – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris