« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Keith JARRETT TRIO, à New York en 1983.

Keith JARRETT TRIO, à New York en 1983.

SETTING STANDARDS - NEW YORK SESSIONS

D 31 janvier 2008     H 08:13     A Jacques Chesnel    


[!sommaire]

L’éclosion d’un trio de légende

Pour fêter les 25 ans du trio, Manfred Eicher et le label ECM ont fait les choses en grand : rééditer en un coffret ces premières séances, les débuts phonographiques, avec photos souriantes de ce moment mémorable, un livret documenté et une discographie.

on aime !
on aime !

Il ne me semble pas nécessaire de rappeler la carrière du pianiste avant ces séances, seulement se souvenir de son passage dans le quartette de Charles Lloyd, des ses disques chez Atlantic (notamment avec Gary Burton) et du fameux quartet avec notamment le sous-estimé Dewey Redman, Charlie Haden et Paul Motian ainsi que les non moins fameux premiers ECM (dont Facing You).

Keith Jarrett - « Setting Standards » -  voir en grand cette image
Keith Jarrett - « Setting Standards »
ECM - 3 CD - dist. Universal Jazz - 2008

Stupeur et tout le tremblement lorsqu’en 1983, quoi ?, Jarrett joue des standards et en plus avec un contrebassiste qui joua aux côtés d’Albert Ayler et un batteur tout azimuté, diantre… Depuis le trio a fait son chemin ou plutôt à emprunté la voie royale, impériale… depuis on a tout dit, écrit, commenté sur la musique, sur le pianiste, du bon très bon jusqu’au pire (les controverses sur son comportement ou ses attitudes en concert, pas de renouvellement dans le répertoire, essoufflement, ronronnement, j’en passe, par pitié)… alors pour ce coffret, on ressort les vieux clichés, propos rémanents (fraîcheur, spontanéité, musicalité, j’en passe encore)…

Dès les premières notes de Meaning Of The Blues, tout le talent collectif du trio est là comme il le sera jusqu’à aujourd’hui et demain et plus ; qui peut proposer avec tant de retenue cette merveilleuse composition de Jerome Kern I Love In Vain… ainsi que cette version de Never Let me Go tout aussi émouvante que celle de Bill Evans en solo (dans Alone, 1968).

Bien entendu, on pourra préférer tel concert, bouder un autre (?), s’interroger sur certain mais l’évidence est là, constante, cette volonté de magnifier ces chansons, ces airs à la mode d’un autre temps cependant toujours neuves car respectées et renouvelées par trois magiciens en état de grâce. Reproche-t-on à Picasso d’avoir peint la même toile malgré des époques si différentes, à Shakespeare d’avoir écrit la même pièce sur des sujets tout à la fois divergents et semblables, à un grand comédien son jeu quelles que soient les situations, traces indélébiles de talents exceptionnels ?

Oui, ici on assiste aux prémices d’une carrière qui perdure, d’une musique qui à partir de là n’a pas pris l’ombre de l’ombre d’une ride, n’en déplaise aux grincheux. Saluons l’avènement, l’événement.


> KEITH JARRETT TRIO - « Setting Standards - New York Sessions » - ECM 2030–32 -

Keith JARRETT (piano), Gary PEACOCK (contrebasse), Jack DeJOHNETTE (batterie)

Standards, Vol. 1 : 1/ Meaning Of The Blues. 2/ All The Things You Are. 3/ It Never Entered My Mind. 4/ The Masquerade Is Over. 5/ God Bless The Child.

Standards, Vol. 2 : 1/ So Tender. 2/ Moon And Sand. 3/ I Love In Vain.
4/ Never Let Me Go. 5/ If I Should Lose You. 6/ I Fall In Love Too Easily.

Changes : 1/ Flying, Part 1. 2/ Flying, Part 2. 3/ Prism

Enregistré à New York les 11 & 12 janvier 1983


> Lien :

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.