« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Jan SCHUMACHER Quartet, tourné vers l’Orient.

Jan SCHUMACHER Quartet, tourné vers l’Orient.

Windstille

D 6 mars 2008     H 21:29     A Thierry Giard    


Jan Schumacher, trompettiste né en Allemagne, installé (et actif) en France a trouvé auprès du label Cristal Records un partenaire attentif et ouvert.

L’introduction de Windstille surprend et fascine... On imagine un cheminement méditatif aux teintes orientales renforcées par les tablas de Philippe Foch et porté par le bourdon contrebasse/voix de Mauro Gargano : Major Holley sur les traces des sherpas ? Le tableau se prolonge par le discours paisible du bugle du leader.

Schumacher Quartet - « Windstille » -  voir en grand cette image
Schumacher Quartet - « Windstille »
Cristal records - dist. Abeille Musique - fev. 2008

D’emblée, on constate une attirance vers l’Orient, les proches Balkans (les couleurs du trombone corsé de Gueorgui Kornazov) et bien au delà (les tablas, gattam etc.) mais la base de cette musique se situe bien dans le jazz. On imagine facilement que Clifford Brown, Freddie Hubbard, Woody Shaw peuvent faire partie des influences du trompettiste compositeur.

Windstille présente 9 compositions de caractère, très écrites, structurées et arrangées avec beaucoup de finesse pour permettre l’envol des solistes en ménageant des effets de paliers qui font monter la tension et suscitent l’attention !

On ne peut s’empêcher de penser que le renfort d’invités de poids (on ajoutera le saxophoniste Gregsky pour sa belle intervention au soprano sur Taschendieb) peut susciter des doutes sur les qualités intrinsèques de cette formation. On se réfèrera alors aux trois titres qui viennent conclure l’album en permettant d’apprécier le quartet qui s’y exprime sans appuis extérieurs. On pourra ainsi remarquer la subtilité des alliages piano-cuivre dans Gartenblick, une ballade envoûtante ou se laisser entraîner dans les volutes ternaires de Scrollback dans un esprit jazz beaucoup plus orthodoxe.

Un trompettiste que beaucoup découvriront dans une formation européenne de haute tenue sur un répertoire souvent fascinant et sensuel. Originalité, équilibre, intérêt des discours croisés : que demander de plus pour un album doté, en plus, d’une pochette très réussie au graphisme épuré et contrasté ?


> Schumacher quartet - « Windstille » - Cristal Records CRCD 0718 - distribution Abeille Musique

Jan Schumacher : trompette, bugle, compositions / Richard Turegano : piano / Mauro Gargano : contrebasse, voix / Giusepe La Pusata : batterie

Invités :
Gueorgui Kornazov : trombone (2, 4, 6) / Gregsky : saxophone soprano (5) / Philippe Foch : Tablas, Bendir, Gattam (1, 2, 3, 5, 6)

01. Windstille / 02. Pointe des poulains / 03. Détente / 04. Mallorca / 05. Taschendieb / 06. Consternation / 07. Gartenblick / 08. Scrollback / 09. The 2nd choice 6’39

Enregistré en janvier 2007 au studio Bobcity au Prés Saint Gervais.


> Liens :

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.