« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Stéphan OLIVA & François RAULIN : autour du « stride ».

Stéphan OLIVA & François RAULIN : autour du « stride ».

« Echoes of Spring », tribute to Harlem piano stride.

D 12 mars 2008     H 06:53     A Jacques Chesnel, Thierry Giard    


En publiant un disque en hommage au piano stride avec une formation atypique, Stéphan Oliva et François Raulin font débat...

Deux points de vue...


Le projet a pu surprendre : deux pianistes très ancrés dans le jazz d’aujourd’hui rendent hommage aux figures mythiques du piano « stride ». Des musiciens européens, fascinés par l’Amérique (Oliva en particulier) s’approprient une musique indiscutablement « noire » (pour ne pas dire nègre) dans une formule originale, symétrique à deux pianos et deux anches autour de l’axe de la contrebasse : Sébastien Boisseau, en solide pilier de l’affaire.

on aime !
on aime !

Pour avoir assisté à la création en concert de ce projet [1], l’écoute de ce disque prolonge et amplifie le plaisir ressenti en direct en permettant de mieux percevoir la qualité des arrangements et les subtiles associations instrumentales que permet la formule. François Raulin et Stéphan Oliva sont parvenus à conserver respectueusement les thèmes originaux. Ils leur apportent une dimension et des couleurs qui ravivent cette musique populaire, virtuose et savante.

François Raulin - Stéphan Oliva - « Echoes of Spring » -  voir en grand cette image
François Raulin - Stéphan Oliva - « Echoes of Spring »
Label Mélisse - dist. Abeille Musique - 20 mars 2008

Entre la finesse d’Echoes of Spring paré de dentelle fine comme une musique de chambre et la vigueur de Fast & Furious ou de Carolina Shout, cet hommage est une balade dans un univers musical qui, derrière une fascinante exubérance rythmique, cache une grande richesse harmonique et mélodique.

Outre les pianistes aux jeux entremêlés, tout particulièrement dans le duo fusionnel de Tonk, on se trouve happé (ou écorché, selon le cas) par les facéties de Christophe Monniot et Laurent dehors qui ne se privent pas de coups d’éclats frondeurs, des suraigus des saxes aux profondeurs des graves de la clarinette contrebasse. Entre claviers et anches, Sébastin Boisseau joue pleinement un rôle de modérateur en posant le temps et en liant l’ensemble sans se priver de brillantes interventions (son solo sur Ain’t Misbehavin, et son introduction sur Child of a Disordered Brain.

Pour conclure, on ne manquera pas de remarquer que ce très bel opus a bénéficié de l’écoute avertie d’un autre pianiste, Edouard Ferlet, dans le rôle du co-producteur.

 :: :: Thierry Giard :: ::


>Le point de vue de Jacques Chesnel

> Réflexions sur Raulin – Oliva

L’idée me paraissait séduisante… et l’est toujours en ce qui concerne les pianistes : faire revivre un style de piano des années 20 – 30 par d’excellents musiciens d’aujourd’hui.

Fallait-il pour cela faire appel à deux souffleurs dont on reconnaît certes le talent mais qui n’ont de cesse de jouer au chamboule-tout avec une sorte d’acharnement qui semble vouloir soit se moquer de leurs ancêtres (les grands clarinettistes de l’époque, Sidney Bechet, Jimmy Noone, Johnny Dodds, le merveilleux Omer Simeon…) soit vouloir faire moderne à tout prix en jouant n’importe quoi n’importe comment dans les solos (on est très loin d’Ornette Coleman et surtout du si regretté Eric Dolphy)… d’autant qu’ils sont capables d’être des plus crédibles, comme dans ces unissons si parfaits.

Les deux signataires ont donc choisi ces musiciens, leurs styles et leurs partis pris. On doit le respecter ; on peut, comme moi, le regretter.

 :: :: Jacques Chesnel :: ::


> Stéphan Oliva - François Raulin - « Echoes of Spring, tribute to Harlem piano stride. » - Mélisse MEL666003 - Distribution Abeille Musique. - (parution : 20 mars 2008)

François Raulin, piano / Stéphan Oliva, piano / Laurent Dehors, clarinette, clarinette basse & contrebasse / Christophe Monniot, saxophone sopranino, alto & baryton / Sébastien Boisseau, contrebasse

Enregistré aux Studios de Meudon en août 2007

1.Carolina Shout (James P. Johnson) / 2.Morning Air (Willie Smith « The Lion ») / 3.Aunt Hagar’s Blues (W.C. Handy) (tribute to Art Tatum) / 4.The Second Portrait of the Lion (Duke Ellington) - Portrait of the Duke (Willie Smith « The Lion ») / 5.Echoes of Spring (Willie Smith « The Lion ») / 6.Kitten on the keys (Zez Confrey) / 7.Ain’t Misbehavin’ (Thomas « Fat’s » Waller, Andy Razaf) / 8.Child of a Disordered Brain (Earl « Fatha » Hines) - Zig Zag (Willie Smith « The Lion ») / 9.In the Dark - Flashes (Bix Beiderbecke) / 10.In a mist (Bix Beiderbecke) / 11.Boogie Woogie on St Louis Blues (W.C. Handy) / 12.Tonk (Duke Ellington, Billy Strayhorn) / 13.Fast and Furious (Duke Ellington)


> Liens :


[1À l’Abbaye de l’ Épau, au Mans en 2006, lors de l’Europa Jazz Festival.

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.