"Le jazz tisse sa toile..."
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Les braises éternelles du Caveau de la Huchette

Les braises éternelles du Caveau de la Huchette

D 24 avril 2008     H 13:48     A Christian Ducasse    


Dans l’ébullition de l’après-guerre, à la lisière Saint-Germain-des-Prés, le Caveau de la Huchette rassemblait de jeunes excentriques qui ne dissociaient pas jazz et non-conformisme. En 2008 on y cultive ce passé effervescent tandis que l’anniversaire des cent ans de Lionel Hampton occupe les esprits. Lionel Hampton, toute une épopée et surtout le souvenir de concerts mémorables dans des démesures quasi invisibles de nos jours.

Le big band de Dany Doriz  -  voir en grand cette image
Le big band de Dany Doriz
en concert le 30 janvier 2008 photo © Christian Ducasse

Dany Doriz, vibraphoniste et propriétaire du Caveau veille à l’ héritage familial qu’il a grand mérite à prolonger dans une conjoncture peu favorable aux initiatives non subventionnées. Renoncer ? Ce serait trahir les fidèles du lieu, éternels danseurs souvent acrobates ou jeunes américains de passage ayant le sentiment de remonter le temps au cœur de récits littéraires référentiels .

Sur le podium : des musiciens à la foi intacte. Ce soir de janvier, un big band souffle à plein tuyaux les braises éternelles d’Hampton dans une verve flamboyante. Des arrangements assaisonnés sans prétention mais doté d’une joyeuse efficacité, font sonner les standards du centenaire . Des solistes qui ailleurs donnent leur âme à Coltrane ( Boris Blanchet, saxophone ténor) ou ont pratiqué au plus près Stephane Grappelli ( le guitariste Marc Fosset) sont tous dans l’actualité.

Un soir de 2006 au Caveau de la Huchette -  voir en grand cette image
Un soir de 2006 au Caveau de la Huchette
photo © Christian Ducasse

Les salles du Caveau aux recoins multiples accueillent des habitués de renom qui s’attablent dans la pénombre : Rhoda Scott, Patrick Saussois, ... la mixité est aussi une des marques de l’établissement fondé en 1947. Des prix d’entrée adaptés à toutes les bourses facilitent les bonnes découvertes. Prochainement il ne faudra pas snober le trompettiste et chanteur Ronald Baker présent du 19 au 23 mai puis chanteuse qui monte vraiment : Sarah Lenka le 26 mai.

Deux raisons parmi d’autres de vivre ou s’initier à la légende du Caveau de la Huchette qui n’a son équivalent nulle part ailleurs.


> Le Caveau de la Huchette, - 5 rue de la Huchette 75005 Paris

- tel 01 43 26 65 05


> Lien :
- http://www.caveaudelahuchette.fr

Dans la même rubrique

13 octobre 2017 – Monk à la Dynamo

29 juillet 2017 – De Terronès à Tercinet

18 juin 2017 – Hommage à Michel Delorme.

28 mai 2017 – Annuaire du jazz 2017 en Bourgogne-Franche-Comté.

17 avril 2017 – Biophilia Records : un label vraiment écologique ?

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

15 janvier – Boy Raaymakers (1944-2018)

30 décembre 2018 – L’Appeal Du Disque 2018 - Post Scriptum

21 décembre 2018 – Naïma Girou trio à Marseille

19 décembre 2018 – Quarante ans de jazz à Avignon

17 décembre 2018 – L’appeal Du Disque - Décembre 2018

14 décembre 2018 – Noé soit loué (un trio de choc après le déluge)

12 décembre 2018 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 21

10 décembre 2018 – Vincent, Daniel, Robin...et Jack

8 décembre 2018 – Jazz ou pas jazz : quelques pièces françaises à conviction

6 décembre 2018 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 20

4 décembre 2018 – Bee Jazz : le jazz belge francophone à Paris

2 décembre 2018 – Feed-back lyonnais Saison 2017/2018

30 novembre 2018 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2018 # 2