« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2006 » THELONIOUS MONK : The classic quartet

THELONIOUS MONK : The classic quartet

1963 : Monk chez les nippons

D 17 octobre 2006     H 22:33     A Jacques Chesnel    


Thelonious Monk est alors en pleine gloire (1957 – 1967). Depuis un an, il a signé chez le prestigieux label Columbia. Ainsi que l’écrit le pianiste Laurent de Wilde dans son livre Monk (L’arpenteur, 1996) : les grands moyens ; cela se voit tout de suite, rien qu’au temps qu’il passe en studio pour faire des disques chez eux (…) plus pondéré maintenant, il paraît préoccupé par une chose essentielle : swinguer, dur et longtemps ; fini les cabrioles, entrechats et autres légèretés.
En février, après avoir joué au Birdland et enregistré Criss Cross, le quartette part pour une tournée mondiale au cours de laquelle il se produira notamment à Paris, à Montreux et au Japon.

Tout au long de la même année, ses anciens partenaires, John Coltrane enregistre en mars avec le chanteur John Hartman, puis part lui aussi en tournée européenne et Miles Davis, lui, se produit notamment au festival d’Antibes-Juan-les-Pins avec Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter et le tout jeune Tony Williams (17 ans).

Thelonious Monk - The Classic Quartet -  voir en grand cette image
Thelonious Monk - The Classic Quartet
Candid - 2006 - dist. Harmonia Mundi

Le quartet est bien constitué et bien rôdé. Mais, comme l’écrit Yves Buin dans son remarquable Thelonious Monk (nouvelle édition au Castor Astral en 2002) : Comme tous les musiciens, Monk et ceux de son quartette ont dû supporter la contrainte de tournées dont les conditions n’ont pas toujours été satisfaisantes et ajouter aux kilomètres de distances, des kilomètres de musique. A l’occasion de cette tournée, le quartette se retrouve en studio pour l’enregistrement de ces cinq titres, d’où plus de concentration qu’en public ; certes, on ne peut pas s’attendre à beaucoup de renouvellement dans les solos, à part Charlie Rouse qui s’emballe par instants, mais c’est toujours un plaisir d’écouter ce combo légendaire ainsi que ces thèmes qui sont dans toutes les mémoires d’amateur. On pourra jouer au jeu (toujours révélateur) des comparaisons avec les toutes premières interprétations : Epistrophy et Evidence, juillet 1948 ; Ba-lue Bolivar ba-lues-are, octobre 1956 ; Blue Monk, septembre 1954.
Citons une nouvelle fois Yves Buin en 2002 : près de vingt ans après sa mort, Monk peut constater qu’il a échappé au purgatoire et à l’oubli. « L’Ermite » continue de hanter l’âme du Jazz.
Monk lives, bien sûr.


> Candid, distribution Harmonia Mundi

enregistrement au studio G de Tokyo Broadcasting System, Tokyo le 23 mai 1963

Thelonious Monk (piano), Charlie Rouse (saxophone ténor), Butch Warren (contrebasse), Frankie Dunlop (batterie).

1/ Epistrophy. 2/ Ba-lue Bolivar Ba-lues-are. 3/ Evidence. 4/ Just a gigolo. 5/ Blue Monk.


Lien :
http://candidrecords.com/

Dans la même rubrique

30 décembre 2006 – Label Rude Awakening : La Poche à Sons et Fonetik

30 décembre 2006 – Michel FERNANDEZ Trio : Eléments

28 décembre 2006 – Deux duos de Jack DeJohnette

28 décembre 2006 – ZIG-ZAG TERRITOIRES & LABEL LABORIE

24 décembre 2006 – Eric LEGNINI Trio : un héritage revendiqué !