« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » AIMÉ CÉSAIRE, par Bernard Ascal

AIMÉ CÉSAIRE, par Bernard Ascal

“Cahier d’un retour au pays natal“

D 11 septembre 2008     H 19:12     A Jean Buzelin    


Au bout du petit matin… La mort d’Aimé Césaire, en avril dernier, n’est heureusement pas passée inaperçue et, à juste titre, de nombreux hommages lui ont été rendus. Nous n’allons pas, évidemment, dans le cadre de cette simple chronique, revenir sur l’œuvre et l’action de ce grand poète et écrivain unanimement reconnu, mais mettre en lumière l’un des plus beaux et sincères de ces hommages : le travail sonore et musical réalisé par Bernard Ascal à partir du « Cahier d’un retour au pays natal ». Malgré son âge respectable, Aimé Césaire est, hélas parti un tout petit peu trop tôt pour assister à la sortie de ce superbe album de deux disques dont il suivait la réalisation, et qu’il devait découvrir deux mois plus tard à l’occasion de son 95e anniversaire.

Aimé Césaire : “Cahier d'un retour au pays natal“ -  voir en grand cette image
Aimé Césaire : “Cahier d’un retour au pays natal“
EPM - dist. Universal

Bernard Ascal, lui-même poète, peintre, compositeur et interprète, a découvert il y a quarante ans ce « Cahier » et, grâce à cette révélation, s’est intéressé très tôt à ces mouvements autour de la francophonie et de la négritude dont Césaire fut l’un des pères fondateurs, dès les années 30 quand il résidait à Paris. Publié dans une première version en 1939, puis en 1947, et enfin dans sa mouture définitive en 1956, “ce poème (…) le plus grand monument lyrique de ce temps“ (André Breton) est une œuvre forte, dense, saisissante, presque épique, écrite en prose, et d’une longueur inhabituelle pour qui veut la mettre en musique (difficile d’en faire un opéra).

Bernard Ascal a réalisé un certain nombre de disques autour des poètes francophones, et a déjà mis en musique des poèmes de son ami Césaire lorsqu’il décide de s’attaquer à cette “montagne“ que représente le « Cahier d’un retour au pays natal ». Il en commence l’ascension dès 2000, et la reprend à plusieurs reprises jusqu’à son achèvement en 2006. Le travail en studio démarre début mai 2007, pour se terminer presque un an plus tard, à la fin mars de cette année.

Aimé Césaire (1913 - 2008) -  voir en grand cette image
Aimé Césaire (1913 - 2008)

Le résultat est impressionnant. Nous sommes, dès le début, portés par ce souffle que dégage l’œuvre originale, et l’intérêt ne faiblit pas un instant tout au long des 61 plages — ainsi qu’il a été découpé — durant lesquelles s’enchaînent textes chantés ou récités, souvent sur un accompagnement instrumental parfaitement en osmose. Qu’on ne s’y trompe pas, le “poème musical“ d’Ascal n’est pas une composition “de jazz“, et lui-même, en tant que chanteur, ne se revendique absolument pas de ce genre. Mais il s’entoure toujours de musiciens qui en ont la pratique et qui, par leur phrasé, apportent une souplesse et une dynamique aux musiques, souvent d’écriture complexe, car le texte ne possède pas de métrique régulière, et très élaborée, tant dans les séquences parfois proches de cet esprit jazz, que dans les passages plus rhapsodiques. Ascal chante et récite le texte avec une voix retenue, beaucoup d’humilité dans son interprétation (difficile !), et une totale sympathie avec l’auteur qu’il admire. Le travail considérable et ardu auquel il s’est consacré durant toutes ces années a donné son fruit. C’était presque une gageure. Bernard a su prendre ce texte et lui donner une vie “musicale“ sans surcharges ni grandiloquence, dans le simple respect de l’œuvre, et il a apporté sa pierre à l’édifice.

À son tour, et avec ses moyens, Bernard Ascal a bâti la sienne, son œuvre, sans doute la plus ambitieuse et la plus accomplie qu’il ai réalisé sur la poésie. Les vrais amateurs de jazz, amoureux de la langue, et qui se souviennent que cette musique a d’abord été créée par des “frères“ d’Aimé Césaire, sauront l’apprécier… Au bout du petit matin…


> Aimé Césaire : “Cahier d’un retour au pays natal“, mis en musique, dit et chanté par Bernard Ascal - EPM 3017754 - distribution Universal

Bernard Ascal (diction et chant), Sylvain Durand (p), Benoît Simon (g), Philippe Dourmeau (cl, sax), Brice Pichard (tp), Matthias Mahler (tb), Emmanuelle Schreiber (cello), Jean-Michel Charbonnel (b), Cécile Charbonnel (chant).

> À écouter également :

Bernard Ascal :

  • Six poètes surréalistes – EPM/Poètes & Chansons 980502
  • L’Étreinte du monde poèmes d’Abdellatif Laâbi) – Khamsa/EPM 980332 Fleuve-Atlantique – Khamsa 980962/EPM 980962
  • Douze poètes francophones – EPM/Poètes & Chansons 985222
  • Senghor, Césaire, Damas – EPM/Poètes & Chansons 985642
  • Le Corbusier – EPM/Poètes & Chansons 985692

Distribution Socadisc

Jean-Michel CharbonnelIndividus civilisés –AMES AM3009 – distr. Harmonia Mundi

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.