« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » « Ladies first » : Rhoda SCOTT LADY QUARTET & DOODLIN’

« Ladies first » : Rhoda SCOTT LADY QUARTET & DOODLIN’

Rhoda Scott au Sunset ; DOODLIN’ pour « Girl talk »

D 18 septembre 2008     H 10:05     A Jacques Chesnel    


(Le 1000 ème article publié sur CultureJazz est dédié aux femmes dans le jazz ! NDLR)


RHODA SCOTT LADY QUARTET - « Live at the Sunset »

Rhoda Scott / Sophie Alour / Lisa Cat-Berro / Julie Saury - « Live at the Sunset » -  voir en grand cette image
Rhoda Scott / Sophie Alour / Lisa Cat-Berro / Julie Saury - « Live at the Sunset »
MuSt ReCorD - dist. DG Diffusion

Il y a des artistes adulés du public, boudés par la critique, dans la musique comme dans les autres arts. Rhoda Scott est de ceux-là ; par exemple : aucune référence dans le Dictionnaire du Jazz (alors qu’on y trouve une autre Scott, Shirley, toute aussi intéressante, moins connue et reconnue) !. Et pourtant elle poursuit, depuis plus de quarante qu’elle vit en France (venue en 1967 pour achever ses études de contrepoint et d’harmonie auprès de Nadia Boulanger), une belle carrière multiforme ainsi que le démontre une réédition récente de huit disques chez Universal pour le jazz (voir sa discographie).

Née aux USA, fille aînée d’un pasteur itinérant, elle grandit dans l’ambiance des églises noires de la côte Est, accompagne negro-spirituals et gospels dès l’âge de huit ans, ce qui marquera profondément son style (son solo gorgé d’un swing à secouer les morts et réveiller les endormis dans le titre d’entrée, sa composition Nova). Après des études à la prestigieuse Manhattan school of music of New York, elle débute chez Count Basie… et en France elle fera les beaux soirs du Bilboquet où les amateurs viennent nombreux écouter « l’organiste aux pieds nus » étiquette qu’elle conservera.

Ce Lady Quartet est né à l’occasion du festival Jazz à Vienne ; on y trouve une heureuse combinaison entre la grande tradition du jazz dit « classique-moderne » et l’actualité présente des trois jeunes musiciennes très à l’aise dans ce contexte, principalement la saxophoniste alto Lisa Cat-Berro, son intervention dans Nizza dans lequel R.S. varie les sonorités de son instrument avec une jouissance communicative. Dans Alligator Boogaloo de Lou Donaldson, Sophie Alour démontre qu’elle peut s’insérer dans tous contextes hors du langage qui lui est propre. Soutien impeccable de Julie Saury, énergique et précise. Ajoutons une très sensuelle version du thème de la grande Marguerite Monnot, l’Hymne à l’amour par la belle Sophie. Et avec Pistaccio, quel final !.

Le public du Sunset de ce soir du 2 janvier 2008 était très réceptif et le faisait savoir… comme nous… qui applaudissons à pleines mains. Yeah !


DOODLIN’ - « Girl talk »

Doodlin' - « Girl Talk » -  voir en grand cette image
Doodlin’ - « Girl Talk »
Cristal Records - dist. Abeille Musique

Ce groupe est né d’une irrésistible envie de retrouver le swing et la bonne humeur du jazz et s’inscrit dans la pure tradition des formations américaines des années 1920 à 1950, lit-on dans le service de presse. En effet, le répertoire le démontre et la configuration, un trio vocal parfaitement accompagné (filliation évidente avec les célèbres trois sœurs Andrews dans les années 30) en est la preuve. On ne peut nier un certain talent et même un talent certain à cette formation qui depuis 2001 s’est surtout fait connaitre et apprécier dans le sud de l’hexagone ; on peut regretter (à mon sens) à l’écoute de ces voix, que ce répertoire tourné presque exclusivement vers le passé si honorable soit-il, soit une sorte de limite à leur(s) talent(s) ; on aimerait les entendre dans d’autres contextes plus actuels, ne serait-ce que des compositions originales ou des adaptations plus contemporaines (sans aller jusqu’aux fameux Double-Six ou Take 6, mais pourquoi pas…) tout en conservant cette fraîcheur évidente si agréable…

Mais après tout c’est leur choix, respectons-le, respectons-les.

Reste qu’à l’écoute de cet album, on ne peut s’empêcher, outre une certaine nostalgie, de prendre vraiment un réel plaisir, notamment à cette version lente inhabituelle de Stompin’ at the Savoy.

Bravo, Mesdames, et bon vent.

> Rhoda Scott / Sophie Alour / Lisa Cat-Berro / Julie Saury
Live at the Sunset Paris Janvier 2008 - MuSt ReCorD MR 6204 – 2
- distribution : D.G. Diffusion

Rhoda Scott (orgue Hammond, voix), Sophie Alour (saxophone ténor), Lisa Cat-Berro (saxophone alto), Julie Saury (batterie)

1/ Nova. 2/ Tom Thumb. 3/ Nizza. 4/ Do What’ Cha Gotta Do.
5/ I’m Just Your Fool. 6/ Alligator Boogaloo. 7/ Hymne à l’Amour.
8/ Mach 2. 9/ Pistaccio.

> Lien :


> DOODLIN’ - « girl talk » - Cristal Records CRCD0823 - distribution Abeille Musique

Emmanuelle Rivault (chant & guitare), Evelyne Sornay (chant), Vérène Fay (chant), Pierre Cammas (piano), Gérard Maurin (contrebasse), Michael Santanastasio (batterie), Michel Barrot (trompette)

1/ Cent fois. 2/ Everybody loves my baby. 3/ Too marvelous for words.
4/ Broadway. 5/ Dansez sur moi (Girl talk). 6/ Take’ em. 7/ Hawaïian song
8/ Boogie woogie on a Saturday night. 9/ Sugar. 10/ Stompin’ at rhe Savoy
11/ Mood indigo. 12/ Digadigadoo.

> Liens :

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.