« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Vaillant, Wallemme, Malik : avec Jozef Dumoulin...

Vaillant, Wallemme, Malik : avec Jozef Dumoulin...

Le pianiste-claviériste figure à l’affiche de trois disques récents.

D 7 octobre 2008     H 11:37     A Thierry Giard    


Jozef Dumoulin fait partie de cette génération de musiciens belges qui a fait de la France sa seconde terre musicale comme en atteste sa participation au groupe franco-belge Octurn, par exemple.

Un temps élève de John Taylor, il est arrivé au jazz par les voies détournées des univers pop-rock (un goût pour les musiques « planantes » ?). Il en a retiré un attachement au travail sur le son qui l’amène a utiliser le Fender Rhodes tout autant que le piano en l’associant à divers accessoires qui l’aident dans sa quête d’un son « différent ».

Les trois disques présentés ici sont des productions toutes récentes qui permettent de l’écouter en tant que sideman dans des contextes où il sait toujours tirer habilement son épingle du jeu !

Magic Malik Orchestra : « Saoule »

Magic Malik « Saoule » -  voir en grand cette image
Magic Malik « Saoule »
Label Bleu - 2008 - distribution Harmonia Mundi

> Label Bleu - 2CD LB 6702.03 - distribution Harmonia Mundi

Saoule aurait pu s’intituler Moïse : cet album est rescapé de la cessation d’activité de Label Bleu grâce au soutien d’Harmonia Mundi. Autant que ce nouvel opus de Malik Mezzadri, alias Magic Malik, musicien fétiche du label amiénois, était très attendu. Cette fois encore l’album se décline en deux volets : le premier est une production studio très soignée, assez sophistiquée qui propose une musique légère, sensible basée sur des mélodies simples dans une esthétique soft-soul : une musique « urbaine » lumineuse et délicatement colorée. Cette première partie est particulièrement séduisante si on excepte une tendance à abuser d’effets électroniques. On se serait fort bien passé d’un remix final un peu lourd. Dommage !

Le second volet renvoie à l’esthétique héritée de Steve Coleman. Le son est cette fois plus brut pour cette série de 14 XP selon l’intitulé cher à Malik Mezzadri pour qualifier ces sortes d’études qui développent une réflexion sur la forme et des structures de jeu collectif. Le ton est donné avec XP9 qui est une variation sur Giant Steps de John Coltrane qui joue sur le contraste binaire/ternaire. On passe successivement de séquences en duo, solo, à des déclinaisons de thèmes en quintet sur un maillage harmonique dense portant des improvisations volubiles (Denis Guivarch’ à l’alto) . Là encore, l’ensemble est certes intéressant mais assez inégal.

Et dans tout cela, Josef Dumoulin assure avec beaucoup de sérieux son rôle de clavier expert dans les couleurs très travaillées façon « studio » sur le CD1 mais développe un jeu beaucoup plus facilement repérable sur le CD2 dans lequel il se centre sur le Fender Rhodes. Un sideman sur qui on peut compter.

> Malik Mezzadri : flûte, sifflets, voix, piano / Denis Guivarch’ : saxophone alto / Jozef Dumoulin : fender rhodes, piano / Sarah Murcia : contrebasse, basse synthé / Maxime Zampieri : batterie // invités : Nicolas Genest (bugle) ; Airelle Besson (trompette) ; Allonymus (voix) ; Minino Garay (percussions) ; Gilbert Nouno (electronique) ; Scorpène Horrible (video)

> Lien :

Franck Vaillant Benzine : « Spirea »

Franck Vaillant Benzine : « Spirea » -  voir en grand cette image
Franck Vaillant Benzine : « Spirea »
Yolk Records 2008 - dist. Anticraft

> Yolk J 2040 - distribution Anticraft et vente en ligne www.yolkrecords.com

Le disque est sous titré « explosive colors », autant dire que l’ensemble se veut bigarré et relève plus de la palette surchargée du peintre expressionniste que de la boîte de pastels bien rangée ! Le concept est pensé sous forme de collage d’images sonores associées à des voyages. Le tout a été enregistré en une journée pour préserver la spontanéité, intégrer un paramètre d’urgence (le jeu des solistes) et faire ressurgir l’âme d’enfant des protagonistes à travers des assemblages qui se veulent ludiques. Le pari était intéressant et, si le savoir faire et le talent des acteurs de cet étrange scénario sont indéniables, on n’échappe pas à un côté bric-à-brac façon coffre à jouets qui peut avoir son charme mais peut aussi laisser froid, voire agacer... Le débat est ouvert.

> Franck Vaillant, batterie, compositions, arrangements, voix / Guillaume Orti, saxophones, clavier, gong, voix / Jozef Dumoulin, piano & rhodes, synthétiseur, voix / Jean-Luc Lehr, basse électrique, gong, voix. // Enregistré le 9 décembre 2006.

> Liens :

Christophe Wallemme : -Start- « So many ways... »

Christophe Wallemme : « Start ; So many ways » -  voir en grand cette image
Christophe Wallemme : « Start ; So many ways »
Bee Jazz - 2008 - dist. Abeille Musique

> Bee Jazz - Bee 026 - distribution Abeille Musique

D’entrée, on retrouve Jozef Dumoulin au fender rhodes qui introduit sobrement Quartz par une cellule rythmique grave. Suivent la batterie de Dré Pallemarts, fin drummer belge et la contrebasse chantante de Christophe Wallemme pour porter le chant du sax soprano de Julien Lourau. Le ton est donné : un disque sensible, mélodique, sans mollesse, porté par une envie forte de jouer, ensemble sur un répertoire original.

Après Namaste, précédent album aux couleurs orientales, Start nous aiguille sur les chemins musicaux de Christophe Wallemme éclairés par la chaleur de la sonorité de sa contrebasse. Une autre vision de la sérénité où se mêlent sonorités acoustiques et électriques. Le trio est ici la base de ses arrangements qui permettent d’entendre, outre Julien Lourau, la guitare de Manu Codjia toujours polyvalent tout en gardant son caractère, entre jazz et rock (Wanted).

En collaborant avec son confère contrebassiste Daniel Yvinec [1] pour l’épauler dans la direction artistique, Christophe Wallemme apporte une réelle cohésion à ce disque chaleureux : une belle pierre sur les chemins du jazz d’aujourd’hui.

> Christophe Wallemme, contrebasse / Jozef Dumoulin, piano & rhodes / Dré Pallemaerts, batterie / invités : Julien Lourau, saxophone et Manu Codjia, guitare

> Liens :


[1Nouveau directeur artistique de l’Orchestre National de Jazz depuis septembre 2008

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.