« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Vitrine de disques : novembre 2008

Vitrine de disques : novembre 2008

Les disques écoutés et commentés : automne 2008

D 11 novembre 2008     H 20:54     A Thierry Giard    


[!sommaire]
Quelques mots valent parfois de longs discours : c’est la vitrine de CultureJazz !


Au sommaire, encore très éclectique pour novembre 2008 et par ordre alphabétique :

> Olivier Aude, Wilfried Wendling, Nicolas Senty : « Écritures du désastre »

> Don Billiez : « Con Alma »

> Anthony Braxton, Milford Graves, William Parker : « Beyond Quantum »

> HF (Hélène Félix) : « Feeling »

> Kolektif Istanbul : « Krivoto »

> Kumquat : « Quick & Dirty »

> Rosa : « The Gift »

> Jérôme Sabbagh : « One, Two, Three »

> Norbert Stein Pata Generators : « Direct Speech »

> Gianluigi Trovesi : « Profumo di Violetta »

> Zakarya : « The True Story Concerning Martin Behaim »

Olivier Aude, Wilfried Wendling, Nicolas Senty : « Écritures du désastre »

Aude, Wendling, Senty : « Écritures du désastre » -  voir en grand cette image
Aude, Wendling, Senty : « Écritures du désastre »
In Circum Girum / Socadisc - 2008

> In Circum Girum - ICG 0707-1 - distribution Socadisc - disponible en ligne sur www.incircumgirum.com

Olivier Aude : guitare & traitements / Wilfried Wendling : électronique & traitements
Nicolas Senty : voix

Enregistré à Montpellier, en condition « live » en 2006 et 2007.

Ecritures du Désastre est sous-titré « Aphorismes philosophiques et improvisations ». Au vu et à l’écoute, du dispositif humain (trio) et musical (l’électronique), on comprend vite qu’on est invité à entrer dans un univers insolite aux marges des musiques improvisées, de la poésie et du jeu dramatique.

Les (pré)textes lanceurs de l’improvisation sont signés Nietsche, Roland Barthes, Sénèque et, pour l’essentiel du disque, Maurice Blanchot pour 10 extraits de son livre « L’écriture du désastre » (ed. Gallimard - 1990), réflexion littéraire sur la Shoah.

Un disque remarquablement réalisé mais totalement inclassable. Une production audacieuse qui témoigne du souci de qualité et de défense d’une ligne esthétique exemplaire par le label In Circum Girum.

 :: ::TG :: ::

PNG - 462 octets
haut de page

Don Billiez : « Con Alma »

Don Billiez : « Con Alma » -  voir en grand cette image
Don Billiez : « Con Alma »
DG Diffusion - 2008

> Ref. 582008/1 - distribution DG Diffusion

Don Billiez : saxophones et voix + formations variables selon les plages. Près d’une trentaine de musiciens interviennent au total !

Cet ex-saxophoniste du groupe Toure Kunda (a)voue une admiration forte pour Gato Barbieri... et ça s’entend tout de suite dans le son rauque et puissant, le chant tendu du saxophone. Si on poursuit la comparaison, elle deviendra moins flatteuse, car on serait plutôt du côté « Barbieri seconde période », celle des musiques commerciales et charmeuses.

Ce disque pourra tourner facilement pendant vos soirées entre amis : ambiances variées, répertoire cosmopolite typé world-music et quelques moments plus jazz, funky, groovy... Tout y est mais que restera-t-il de tout cela ? Ce n’est certes pas désagréable et le travail de studio made in France (Sud) est très très pro !

> Liens :

 :: :: TG :: ::

PNG - 462 octets
haut de page

Anthony Braxton, Milford Graves, William Parker : « Beyond Quantum »

Braxton, Graves, Parker : « Beyond Quantum » -  voir en grand cette image
Braxton, Graves, Parker : « Beyond Quantum »
Tzadik / Orkhestra 2008

> Tzadik Records - TZ7626 - distribution Orkhêstra 2008

Anthony BRAXTON, saxophones / Milford GRAVES, batterie, percussions / William PARKER, contrebasse

Non, pas un choc de titans, mais cinq rencontres entre trois personnalités qui incarnent une sorte noyau dur (Quantum) de la Great Black Music. Le tout a été impulsé et produit par John Zorn, publié sur le label de ce dernier, Tzadik. La finalisation de cet enregistrement a été confiée à Bill Laswell, un autre mage aux oreilles grandes ouvertes sur les musiques vives. Autrement dit, ce disque est une pierre importante dans la vie et l’histoire du jazz : de l’improvisation menée comme autrefois (entendons, à la grande époque du free-jazz !) avec tout le confort moderne.

Anthony Braxton donne le meilleur de son potentiel de créateur spontané, tout comme Milford Graves qui cisèle l’espace sonore. William Parker nous rappelle qu’il est un des contrebassistes essentiels de notre époque doublé d’un militant engagé dans la défense de sa culture... On le préfère cependant à la contrebasse plutôt qu’à la musette chinoise comme dans le dernier de ces cinq meetings.

> Liens :

 :: ::TG :: ::

PNG - 462 octets
haut de page

HF (Hélène Félix) : « Feeling »

HF - « Feeling » -  voir en grand cette image
HF - « Feeling »
Equal Music - 10/2008

> Equal Music EQM 202008 - à commander sur www.equal-musik.com

Hello, voici ma première chronique. Pour cette première fois je vous fais part de mes impressions sur cet album !

Un album aux influences Soul/Funk teinté de sons seventies.

Musicalement riche. « Feeling » est un album soul très bien joué et produit, mais...
après une première écoute, pourtant pleine d’enthousiasme, c’est la déception. Aie ! Sorry ! Anglaise d’origine me voilà devant un dilemme, les textes anglais chantés avec un accent français, pourtant très léger, m’empêchent d’apprécier cet album. Le « feeling » n’y est pas. Des talents de musicienne indéniables. Ça groove, ça joue, mais la sauce ne prend pas. Des titres originaux, mais la voix n’est pas là.

I’m just not feeling the « charme frenchy ».

 :: :: Elise Taylor :: ::

> Lien :

PNG - 462 octets
haut de page

Kolektif Istanbul : « Krivoto »

Kolektif Istanbul : « Krivoto » -  voir en grand cette image
Kolektif Istanbul : « Krivoto »
Positif Records / DG Diffusion 2008

> Positif Records - distribution DG diffusion

Richard Laniepce : saxophone, bagpipe, kaval / Asli Dogan : vocal / Tamer Karaoglu : accordéon / Talat Karaoglu : clarinet / Safak Velioglu : cumbus / Ertan Sahin : tuba / Ediz Hafizoglu : batterie / Izzet Kizil : percussions // + invités

Une petite escapade dans la musique des Balkans et de Turquie : ça vous dit ? Le Kolektif Istanbul est une fanfare « nouvelle génération » qui interprète la musique traditionnelle à sa façon mais dans le respect des racines. Il en résulte une couleur caractéristique avec des nuances plus contemporaines dues, en particulier et dès le premier titre à l’utilisation d’une batterie souvent très groovy...

Dans l’air du temps, ce disque devrait intéresser les amateurs de world-music. Il s’écoute aisément !

 :: :: TG :: ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Kumquat : « Quick & Dirty »

Kumquat : « Quick & Dirty » -  voir en grand cette image
Kumquat : « Quick & Dirty »
Zig-Zag Territoires / Harmonia Mundi 2008

> Zig-Zag Territoires - ZZT 080903 - distribution Harmonia Mundi

Sylvain Choinier : guitare / Raphael Quenehen : Saxophones / Clément Lebrun : basse / Julien Bloit : batterie

Enregistré en 2007.

Le Kumquat, cet agrume miniature se croque avec délice : une écorce ferme qui referme une chair acide mais bourrée de vitamines : raffiné et surprenant ! Ce quartet a bien choisi son nom. Il étonne par l’audace de ses choix, en particulier l’arrangement de trois œuvres de Stravinsky qui ouvre ce disque : « In bed with Igor » mais on apprécie les saveurs de son esthétique.

Ces quatre brillants instrumentistes cultivés et polyvalents ont la chance de voir leur album produit par l’excellent label Zig-Zag Territoires. Une belle impulsion pour une musique qui allie la finesse liée au solide bagage technique et une tentation pour les sons rudes et bruts venus du rock et des musiques « actuelles ».

Une musique qui raconte des histoires (ne manquez pas le film d’animation inclus dans le disque !) mais n’évite pas l’écueil des longueurs... Plus de concision serait parfois préférable.
A découvrir sur scène pour mieux appréhender le fort potentiel de ce groupe !

 :: :: TG :: ::

> Lien :

  • Le site du label Zig-Zag Territoires : www.zigzag-territoires.com (vidéo en ligne : le film d’animation « Le mouton ou le café »)
PNG - 462 octets
haut de page

Rosa : « The Gift »

Rosa : « The Gift » -  voir en grand cette image
Rosa : « The Gift »
KOLIAPOV Prod / Orkhestra 2008

> KOLIAPOV Production 2008 - KOL0001 - distribution Orkhêstra

Emilie Lesbros (chant) / Virgile Abela (Guitare) / Remy Decrouy (Guitare) / Stéphane Diamantakiou (Bass) / François Rossi (Batterie) // avec également... Sylvain Thévenard : clavier, flûte, clarinette / Rémi Sciuto : saxophone / Uli Wolters : trombone / Lucien Bentolina : trombone

Sylvain Thévenard, ingénieur du son bien connu, est ici producteur et également instrumentiste invité de ce quintet qui nous vient de la région P.A.C.A.. Quand on lit également le soutien positif du directeur de l’AJMI d’Avignon, Jean-Paul Ricard qui souligne « le brassage intelligent d’éléments empruntés aux courants forts des musiques du XXe siècle (jazz, rock, funk...) » on se dit que Rosa mérite plus qu’une écoute attentive !

Une musique qui dépasse effectivement les cadres des univers musicaux codifiés pour proposer une couleur particulière, assez expressionniste (à la Nina Hagen ?). Mais pourquoi vouloir à tout prix, là encore, chanter des textes en anglais avec un accent so frenchy (coloré « sud » en outre) ?

 :: :: TG :: ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Jérôme Sabbagh : « One, Two, Three »

Jérôme Sabbagh : « One, Two, Three » -  voir en grand cette image
Jérôme Sabbagh : « One, Two, Three »
Bee Jazz / Abeille Musique 2008

> Bee Jazz - BEE 028 -distribution Abeille Musique

Jérôme Sabbagh : saxophone ténor / Ben Street : contrebasse / Rodney Green : batterie

Enregistré à New-York (direct 2 pistes) en juin 2008.

Après deux albums autour de ses propres compositions, en quartet, Jérôme Sabbagh en revient à la formule légère et si délicate du trio. Pour corser l’affaire, il s’attaque à une brochette de thèmes légendaires déjà tellement joués... Et c’est réussi ! On pourrait penser à Rollins bien sûr, mais c’est plutôt chez Joe Henderson qu’on pourrait retrouver cette relecture souple et vaporeuse de grands thèmes (« The State of The Tenor » 1985, en trio avec Ron Carter et Al Foster).

Body and Soul, finement délié, Just in Time introduit par les balais dansants de Rodney Green, Tea for Two comme une conversation animée et distinguée entre amis, autant de raisons d’écouter ce jazz de grande classe joué par un musicien qui connaît ses classiques aussi bien que quiconque... et ce n’est plus si fréquent !

 :: :: TG :: ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Norbert Stein Pata Generators : « Direct Speech »

Norbert Stein Pata Generators : « Direct Speech » -  voir en grand cette image
Norbert Stein Pata Generators : « Direct Speech »
Pata Music - 2008

> Pata Music - PATA 19 CD - à commander sur www.patamusic.de

Norbert Stein : saxophone ténor, composition, arrangements / Michael Heupel : flutes / Matthias Muche : trombone / Sebastian Gramss : contrebasse / Christoph Haberer : batterie

En mars 2007, nous avions intégré la chronique du précédent album de Norbert Stein, « Graffitti Suite », dans un article portant intitulé « Structurer l’aléatoire ? »... Avec ce nouvel album, le saxophoniste allemand fait pencher son travail du côté de la structure : une base rythmique ferme, souvent dansante voire exotique, très présente. Les trois souffleurs prennent en charge des thèmes aux mélodies chantantes mais c’est du côté des choix harmoniques que se situe l’originalité du travail de Norbert Stein. Le compositeur-arrangeur prend beaucoup de liberté avec l’harmonie classique, ce qui donne une couleur assez fantaisiste à ces 11 compositions qui permettent aux solistes de s’exprimer à leur aise (et en particulier Norbert Stein lui-même).

Un disque de jazz acoustique de très belle facture, à la fois frais, facile d’accès mais audacieux, sans excès. Il y a une rigueur (une raideur ?) toute germanique dans ce travail qui pourrait bien apparaître comme une évolution européenne des musiques qu’élaborait Sam Rivers dans son RivBea Studio durant les années 70 (la flûte, y fait souvent penser !).

 :: ::TG :: ::

> Lien :

PNG - 462 octets
haut de page

Gianluigi Trovesi All’Opera : « Profumo di Violetta »

Gianluigi Trovesi All'Opera : « Profumo di Violetta » -  voir en grand cette image
Gianluigi Trovesi All’Opera : « Profumo di Violetta »
ECM / Universal 2008

> ECM 177 312-4 - distribution Universal Music

Gianluigi Trovesi : clarinettes piccolo et alto, saxophone alto / Marco Remondini : violoncelle, electronics / Stefano Bertoli : batterie, percussion / Filarmonica Mousiké Orchestra : vents et percussion dirigé par Savino Acquaviva.

Enregistré en septembre 2006.

Trop c’est Trovesi ! Après un album très intimiste, voire soporiphique (Vaghissimo Ritratto, en 2007), ce nouvel opus est un hommage à l’opéra italien. Enrico Rava l’avait fait aussi, avec plus de bonheur nous semble-t-il. Pourquoi avoir opté pour des orchestrations si lourdes avec un orchestre d’harmonie qui ne manque pas de qualités mais qui ne swingue jamais ? Monteverdi mérite plus de finesse et Puccini plus de lyrisme.

Sur ce fond sonore, Gianluigi Trovesi babille aux clarinettes, phrase avec tout le talent qu’on lui (re)connaît au saxophone alto mais ne parvient guère à émouvoir.

Après avoir été touché par sa création « Autour du Songe » il y a dix ans, subtil alliage en nonette entre les musiques baroques, traditionnelles et le jazz, on aimerait réentendre le grand Gianluigi Trovesi dans un contexte plus audacieux et créatif !

 :: :: TG :: ::

> Lien :

PNG - 462 octets
haut de page

Zakarya : « The True Story Concerning Martin Behaim »

Zakarya : « The True Story Concerning Martin Behaim » -  voir en grand cette image
Zakarya : « The True Story Concerning Martin Behaim »
Tzadik / Orkhestra 2008

> Tzadik Records - TZ8129 - Distribution Orkhêstra

Découvert par le saxophoniste, compositeur, producteur John Zorn, le quartet français Zakarya peut s’enorgueillir d’être hébergé par le label Tzadik dirigé par J.Z. dans la collection « Radical Jewish Culture » (culture juive radicale !). Autant dire que cette musique est tout sauf du jazz au sens strict ou de la musique klezmer conventionnelle. En comparaison, David Krakauer fait de la musique de supermarché ! Guitares saturées, basse électrique bourdonnante entourent un accordéon aux couleurs plus traditionnelles sur fond de batterie musclée... Tonique !

Il conviendra de dépasser la première écoute pour entrer dans cet univers qualifié de « Klezmer Jazzcore », sans concessions, très punk-rock par bien des aspects mais cependant assez riche en trouvailles intéressantes. A découvrir, à votre tour !

 :: :: TG :: ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.