« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

D 20 décembre 2008     H 10:54     A Jean Buzelin, Thierry Giard    


[!sommaire]

Dans la vitrine pour les fêtes de fin d’année, par ordre alphabétique :

> Little Pink Anderson : « Sittin’here singing the blues »

> Charolles, Gastard, Peiriani : « Mélosolex »

> Popa Chubby with Galea : « Vicious country »

> L’Effet Vapeur : « Bobines Mélodies » (DVD / films des studios Folimage.)

> Funk Sinatra : « Season 5 »

> Bertrand Lauer « LowerB » : « Between the night and day light »

> Eric Löhrer : « Évidence »

> Mahler-Bardiau-Gastard : « Journal Intime »

> Vrak’Trio : « TLS-BCN live »

Little Pink Anderson : « Sittin’here singing the blues »

Little Pink Anderson : « Sittin'here singing the blues » -  voir en grand cette image
Little Pink Anderson : « Sittin’here singing the blues »
Dixiefrog / Harmonia Mundi 2008

> Dixiefrog - Music Maker - DFGCD 8654 - distribution Harmonia Mundi

Little Pink Anderson : guitare et vocal / Cool John Ferguson : guitare solo.

« Le blues, c’est la souffrance de la survie, c’est une expérience... C’est un mélange de sentiments : la tristesse, le désespoir, la joie, le bonheur ; C’est la combinaison de tout cela... ». Ainsi s’exprime Little Pink Anderson, fils de Pink Anderson, chanteur et bluesman qui est mort dans la pauvreté. Le vie de Little Pink a suivi une trajectoire allant de la déchéance à la quasi-résurrection après sept ans de prison et plus récemment un sévère accident de santé.

Et malgré cela, c’est une impression tout à fait positive qui se dégage à l’écoute de ce disque simple, presque naïf mais tellement authentique. Un folk blues attachant et encore une belle réalisation du label Dixiefrog en collaboration avec la fondation américaine Music Maker.

Comme à l’habitude sur ce label, ce disque très soigné contient une séquence vidéo.

 ::TG ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Charolles, Gastard, Peiriani : « Mélosolex »

Charolles, Gastard, Peiriani : « Mélosolex » -  voir en grand cette image
Charolles, Gastard, Peiriani : « Mélosolex »
Label Ouïe / Anticraft - 2008

> Label Ouïe LBL CD 006 - distribution Anticraft.

Denis Charolles : batterie, objets, clairon, appeau, guitare désaccordée etc. / Frédéric Gastard : saxophones basse, ténor et soprano, Korg MS 10 / Vincent Peiriani : accordéon, voix

Enregistré à Rouen, Pantin et Les Lilas entre février 2006 et mai 2007.

Mélosolex, drôle de nom pour une curieuse machine qui ne veut pas tourner rond... Ce ne serait pas drôle ! Et ces trois là ne sont pas des tristes et pas des fumistes non plus car pour éclectique et imprévisible qu’elle soit, la musique de ce trio est servie pas le talent indiscutable de ses acteurs. On passe successivement de Deep Purple (Highway star) façon hard-musette à un clin d’œil à Edith Piaf (La Foule -agitée !-, musique d’Angel Cabral) pour enchaîner avec une quatuor de Shostakovitch totalement « hors des clous ». Le reste est de la plume de chacun des trois protagonistes, Denis Charolles restant le plus productif avec 5 compositions à son actif.

Un disque à conseiller aux amateurs de musiques fantaisistes, atypiques (et fières de l’être). Le tout reste accessible mais peut-être inégal, cependant. Une nouvelle déclinaison de la Campagnie des musiques à Ouïr qui s’ancre plus encore dans les musiques populaires pour mieux les détourner.

 ::TG ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Popa Chubby with Galea : « Vicious country »

Popa Chubby with Galea : « Vicious country » -  voir en grand cette image
Popa Chubby with Galea : « Vicious country »
Dixiefrog / Harmonia Mundi - 2008

> Dixiefrog DFGCD 8655 - distribution Harmonia Mundi

Popa Chubby : guitare, vocal / Galea : basse, vocal / Steve Holley : batterie / Doug Moody : violon / Claude Langlois : steel guitar / Dave Keyes : piano, orgue. // Enregistré à New-York

Si je vous dis que cette musique est sensible, délicate, élégamment romantique, vous ne me croirez pas ? Et vous aurez raison. Sans « faire dans la dentelle » (si on excepte le look aguicho-ravageur de Galea dans le style poupée de foire !), Popa Chubby sait être efficace et ce disque plus country-rock que purement blues est vraiment bien fait, dans le genre.

Je ne saurai toutefois vous en dire plus, ne goûtant que modérément cette musique émanant de deux fortes personnalités, cela se remarque tout de suite !

 ::TG ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

L’Effet Vapeur : « Bobines Mélodies » (DVD / films des studios Folimage.)

L'Effet Vapeur : « Bobines Mélodies »  -  voir en grand cette image
L’Effet Vapeur : « Bobines Mélodies »
ARFI-Folimage / Abeille Musique - 2008

> Coproduction Folimage / ARFI - AM045 - distribution Abeille Musique.

Musique : l’Effet Vapeur / Jean-Paul Autin : sax sopranino, clarinette basse, banjo ténor, flûtes à bec, tuyaux … / Xavier Garcia : sampler, traitements sonores / Alfred Spirli : batterie, objets, jouets / Thierry Cousin : son / Réalisation et montage des interfilms : Lorenzo Recio

Enregistré entre juillet et septembre 2008.

Quel point commun entre le film d’animation Mia et le Migrou, sorti sur les écrans en ce mois de décembre 2008, et ce DVD ? Réponse : les studios Folimage de Valence (Drôme), un creuset de création (cinémato)graphique aussi bouillonnant de créativité que la légendaire « marmite à musiques » de l’ARFI lyonnaise. Bobines Mélodies résulte de la rencontre fructueuse entre le trio l’Effet Vapeur et une sélection de courts métrages d’animation. Comme en concert, le spectacle de la musique vient prolonger ces films à l’impressionnante diversité, entre ponctuations, transitions, bruitage, accompagnement de l’image... Tout est tellement finement monté qu’on ne s’ennuie pas une seconde.

Nous avons eu l’occasion de dire ici, à deux reprises (Coutances ; Matour), tout le bien qu’on pense de ce spectacle dont vous pouvez profiter aujourd’hui chez vous. Une belle façon de rassembler petits et grands en cette période de fêtes.

On soulignera la qualité de la production du DVD qui comprend son lot de bonus dont 2 courts-métrages avec leur musique originale.

 ::TG ::

> Lien :

PNG - 462 octets
haut de page

Funk Sinatra : « Season 5, chic et poli »

Funk Sinatra : « Season 5, chic et poli » -  voir en grand cette image
Funk Sinatra : « Season 5, chic et poli »
Homerecords / Mosaïc - 2008

> Homerecords ref. 4446046 - distribution France : Mosaic Distribution

Emmanuel Louis - guitare, lead vocal, compositions, arrangements, textes / Anne Gennen - saxophones alto et baryton, vocaux / Martin Lauwers - violon, clavier, vocaux / Jean-Francois Debry - basse, vocaux / Didier Fontaine - batterie

Sans vouloir paraître sectaire, ce disque nous est parvenu de Belgique, on ne sait trop pourquoi car les liens avec notre univers musical de référence sont très ténus... si ce n’est la saxophoniste baryton Anne Gennen dont nous ne pouvons pas dire dans ce contexte si elle concurrence notre Céline Bonacina nationale ! Voilà un disque de rock and roll « exalté » et « bon teint » qui sera du meilleur effet dans les soirées étudiantes à Neuilly. C’est amusant, décalé (comme le laissent percevoir les intitulés) et plutôt soigné, y compris sur le plan graphique... Vidéo incluse ! qu’on se le dise... Une fois !

 ::TG ::

> Lien :

PNG - 462 octets
haut de page

Bertrand Lauer « LauerB » : « Between the night and day light »

Bertrand Lauer « LauerB » : « Between the night and day light » -  voir en grand cette image
Bertrand Lauer « LauerB » : « Between the night and day light »
Abrasive-records / www.abrasive-records.com

> Abrasive Records ABRA 0002 - à commander sur www.abrasive-records.com

Bertrand Lauer « LowerB » : saxophone soprano, compositions, enregistrement et mixage / Mauro Gargano : contrebasse / Luc Isenmann : batterie // invité : Manu Codjia, guitare sur 2 titres.

« On n’est jamais aussi bien servi que par soi même ! » : un précepte que s’applique le saxophoniste Bertrand Lauer, alias LowerB. Désireux de maîtriser le son de ses productions, il assure dans son propre studio l’enregistrement et le mixage jusqu’à la finalisation du disque, auto-produit. Un vrai travail d’artisan passionné servi par des complices talentueux qui ont eux-mêmes bénéficié des bons soins du leader : contrebasse boisée à souhait, cordes sonnant bien rond pour Mauro Gargano, toms et cymbales captés avec finesse pour Luc Isenmann. La musique de ce disque est bien équilibrée. Les compositions de Bertrand Lauer ménagent des espaces pour l’improvisation dans des structures souples où le rythme est toujours bien présent.

La formule du trio n’est jamais facile, surtout quand on l’aborde exclusivement au saxophone soprano : ça passe ou ça lasse. Dans ce disque, l’auditeur sort conquis, d’autant plus que la guitare de Manu Codjia vient enrubanner deux titres de son rayonnement électrique si particulier.

 ::TG ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Eric Löhrer : « Évidence »

Eric Löhrer : « Evidence » -  voir en grand cette image
Eric Löhrer : « Evidence »
Subsequence / Anticraft

> Label Subsequence SBS 081101 - distribution Anticraft.

Après Sélène Song (début 2008), le guitariste Eric Löhrer a remis à la lumière cet enregistrement de 2007. Remarqué par la critique mais victime de la disparition du label qui le publiait, ce disque était devenu un « collector ». Pensez donc, un guitariste osait s’attaquer en solo à 13 compositions fameuses de Thelonious Monk, un des pianistes et compositeurs les plus singuliers de l’histoire du jazz.

La révélation que nous apporte ce disque exemplaire, c’est que la force de la musique de Monk dépasse les contraintes instrumentales. Au piano comme à la guitare, elle garde la même richesse... après tout, ce sont bien des cordes qui vibrent. Et ce disque a toutes les qualités pour nous faire vibrer également.

Merci à tous les amis d’Eric Löhrer qui l’ont incité à sortir ce disque de l’ombre. Un tel bijou méritait bien d’être remis en lumière.

 ::TG ::

> Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Mahler-Bardiau-Gastard : « Journal Intime »

Mahler-Bardiau-Gastard : « Journal Intime » -  voir en grand cette image
Mahler-Bardiau-Gastard : « Journal Intime »
DAM / 2008

> DAM 02 - à commander sur le site www.triojournalintime.com

Sylvain Bardiau : trompette / Mathias Mahler : trombone / Frédéric Gastard : saxophones basse et ténor.

Enregistré en janvier 2008 à Paris.

Un trio atypique alliant cuivres et sax où on retrouve Frédéric Gastard, la colonne d’air de la Campagnie des Musiques à Oïr et de Mélosolex ! Il y a des musiciens qui ont le goût des formules hors-normes et c’est quand même ainsi qu’on défriche des pistes nouvelles pour le devenir de nos musiques favorites.

Ce Journal Intime s’écrit à trois voix bien soudées et, s’il laisse des espaces à l’improvisation et au hasard, on perçoit que les traits sont travaillés, les ensembles impeccables, les compositions contrastées et séduisantes. Un très beau travail de virtuoses, débridés en apparence, mais à la technique irréprochable. Un disque sans failles par une formation qui est une agréable surprise de cette fin 2008 : un sérieux pied de nez à la mososité !

 ::TG ::

> Lien :

PNG - 462 octets
haut de page

Vrak’Trio : « TLS-BCN live »

Vrak'Trio : « TLS-BCN live » -  voir en grand cette image
Vrak’Trio : « TLS-BCN live »
LabelManivelle - 2008

> LabelManivelle LM0801 - à commander sur www.labelmanivelle.com

Étienne Lecomte (fl), Laurent Guitton (tu), Oriol Roca (dm).

1.2. In A Mellow Tone (part 1 & 2) / 3. La Marche des chameaux / 4. Pressé d’en finir / 5. Otra / 6. Cosa / 7. Tchak / 8.9. Tunelul Baba (part 1 & 2) / 10. Tales of Rumi.

Compositions d’Étienne Lecomte, Duke Ellington (1-2), Charles Lloyd (10).

Enregistré le 10 janvier 2008 à Toulouse, et le 13 février 2008 à Barcelone.

Voilà bien un trio étonnant puisqu’il comprend, d’un côté une flûte, Étienne Lecomte, de l’autre un tuba, Laurent Guitton, que rejoint le percussionniste espagnol Oriol Roca. Et au-delà de la formule et du son de groupe qui interpelle d’emblée, deux variations autour du thème célèbre de Duke Ellington, In A Mellow Tone, achèvent de nous surprendre, en même temps qu’elles aiguisent notre curiosité, et bientôt notre intérêt. Puis viennent les compositions originales et, rapidement, nous constatons qu’il s’agit bien d’un travail réfléchi, profond, travaillé. Les trois musiciens vont beaucoup plus loin que la présentation, et les effets faciles qui en découleraient, d’une instrumentation incongrue propre à attirer les gogos toujours en mal d’originalité (relative). L’harmonie semble toute naturelle entre une flûte qui ne cherche pas à s’envoler dans les airs et un tuba qui ne se complaît jamais dans la placidité grave et la lourdeur. Au contraire, les deux instruments s’imbriquent parfaitement et leur dialogue provoque un intérêt d’autant plus vif qu’il est constamment soutenu par une batterie très fine et précise.

Le Vrak’Trio, qui a remporté le Concours de Jazz de Barcelone en 2007, commence à être repéré par les organisateurs de concerts et de festivals qui ont l’oreille fine. Ne le manquez pas.

 ::JB ::

>Liens :

PNG - 462 octets
haut de page

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.

13 décembre 2008 – Étienne BRUNET : rare et méconnu ?