« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » 1964-65 : le piano libre chez ESP

1964-65 : le piano libre chez ESP

Paul Bley Quintet et Lowell Davidson Trio

D 23 décembre 2008     H 19:50     A Jean Buzelin    


Les rééditions des albums originaux historiques ESP, souvent introuvables depuis longtemps, se poursuivent (cf. chronique du 04/08/08). Outre qu’ils peuvent permettre à chacun de se documenter sur cette époque de bouleversements en tout genres — pour le jazz, c’est la “Révolution d’octobre“ 1964 dont Paul Bley est un des leaders —, ils offrent la possibilité, d’une part de se rafraîchir la mémoire pour ceux qui ont connu cette période, d’autre part de revoir et reconsidérer les faits pour ceux qui travaillent sur, ou s’intéressent à l’Histoire.


Paul Bley Quintet : « Barrage » - ESP 1008

Paul Bley Quintet : « Barrage » -  voir en grand cette image
Paul Bley Quintet : « Barrage »
ESP réédition / Orkhêstra

Dix mois avant « Closer » en trio, Paul Bley enregistrait ce premier court (28’) mais dense album pour ESP, en quintette. À une rythmique, Eddie Gomez et Milford Graves, mouvante, profonde, grondante et puissante, déjà présente dix jours avant aux côtés de Giuseppi Logan, s’ajoutaient le trompettiste Dewey Johnson et le saxophoniste Marshall Allen, le pianiste occupant un rôle d’équilibre, que la prise de son laisse très en retrait. C’est donc du côté des souffleurs que notre curiosité s’exercera. S’il est bien connu pour sa longue et immuable présence auprès de Sun Ra, Marshall Allen (né en 1924) n’a quasiment jamais enregistré en dehors de l’Arkestra ; on appréciera donc son jeu d’alto tranchant et parfois strident dans un cadre complètement différent. Quant à Dewey Johnson (né en 1939), il n’est, pour beaucoup, que “l’autre trompettiste“ (aux côtés de Freddie Hubbard) du fameux album « Ascension » de John Coltrane. C’est le seul titre de gloire de ce musicien intéressant, entendu également avec Pharoah Sanders, Noah Howard, Byron Allen, puis Rachied Ali et David Murray, et qui disparaîtra de la circulation à la fin des années 70. Enfin, il est difficile de reconnaître, dans les six courts thèmes taillés à coups de serpe écrits dans la veine free du moment, des œuvres de Carla Bley, tant ils n’annoncent pas les compositions qui feront bientôt sa marque de fabrique.


Lowell Davidson Trio - ESP 1012

Lowell Davidson Trio -  voir en grand cette image
Lowell Davidson Trio
ESP réédition / Orkhêstra

Si le disque de Paul Bley n’est qu’un jalon dans sa longue et prolifique carrière, celui du pianiste Lowell Davidson est exceptionnel à plus d’un titre. En effet, c’est le seul album jamais réalisé par ce pianiste non professionnel, qui étudiait la biochimie à Harvard, et fut découvert par Ornette Coleman qui le recommanda à Bernard Stollman, le patron des disques ESP. Accompagné par deux musiciens de premier plan, Gary Peacock et, à nouveau, Milford Graves, qui, contrairement au disque précédent, ne forment pas du tout une rythmique homogène mais tout à fait stimulante, le pianiste développe un discours très novateur, différent de ceux de Bley, par exemple, ou de Cecil Taylor. Complexe, recherché, réfléchi, introspectif, contrasté, parfois parsemé de quelques cassures qui n’en détruisent pas la fluidité, son jeu au toucher lumineux fait appel au sens et à l’intelligence. Mais ce n’est jamais au détriment de la sensibilité, et l’émotion saisit l’auditeur lorsque, après quelques entrelacements et légers clusters, quelques notes effleurées nous transportent dans un autre monde. Mais le pianiste ne s’y perd jamais et, grâce à la clarté et à la limpidité de son discours, reste totalement à l’intérieur de sa musique.

on aime !
on aime !

Un tel disque nous fait bien sûr regretter que la carrière de Lowell Davidson soit morte dans l’œuf. Homme charmant, chaleureux et modeste, aux dire de ceux qui l’ont connu, Davidson fut victime d’un accident de laboratoire qui lui laissa des séquelles définitives, avant de mourir à l’âge de 50 ans. ESP devrait faire paraître des bandes enregistrées à Boston, ce qui nous permettrait d’en connaître un peu plus sur ce musicien prometteur et attachant.

> Paul Bley Quintet : « Barrage » - ESP 1008 - distribution Orkhêstra

Dewey Johnson (tp), Marshall Allen (as), Paul Bley (p), Eddie Gomez (b), Milford Graves (dm, perc).

1. Batterie / 2. Ictus / 3. And Now The Queen / 4. Around Agai / 5. Walking Woman / 6. Barrage.

Compositions de Carla Bley.

Enregistré à New York, le 15 octobre 1964.


> Lowell Davidson Trio - ESP 1012 - distribution Orkhêstra

Lowell Davidson (p), Gary Peacock (b), Milford Graves (dm, perc).

1. “L“ / 2. Stately 1 / 3. Dunce / 4. Ad Hoc / 5. Strong Tears.

Compositions de Lowell Davidson.

Enregistré à New York, le 27 juillet 1965.

> Liens :

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.

13 décembre 2008 – Étienne BRUNET : rare et méconnu ?