« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2009 » Label Altrisuoni : des suisses hyperactifs !

Label Altrisuoni : des suisses hyperactifs !

Les dernières productions venues de Manno...

D 21 décembre 2009     H 18:06     A Thierry Giard    


Manno est en apparence une paisible bourgade du Tessin, ce canton suisse qui se cale entre le Lac Majeur et le Lac de Côme, presque en Italie. N’étant jamais allé là-bas, on s’offre un petit voyage en sattellite devant son écran (doit-on remercier Google ?) pour découvrir les lieux et le quartier en apparence paisible et résidentiel où se cache le label (indépendant) Altrisuoni !

Fondé en 1993 par Stefano Franchini et Christian Gilardi, Altrisuoni a rapidement fait son nid dans le paysage discographique du jazz européen. On trouve ainsi au catalogue des voisins italiens comme Enrico Rava, Dado Moroni ou Flavio Boltro, des français (Michel Godard, Jean-Christophe Cholet, Olivier Le Goas, Bertrand Lajudie...), d’autres citoyens du monde du jazz (Dave Samuels, Danny Gottlieb, Simon Spang-Hanssen, Mike Westbrook...) et bien sûr, pour l’essentiel des musiciens venus des divers cantons suisses. Certains sont connus hors des frontières du pays (Pierre Favre, Maurice Magnoni ou Marcel Papaux), beaucoup d’autres méritent d’être découverts et écoutés attentivement (si les organisateurs de concerts et festivals veulent bien ouvrir leurs portes...).

Altrisuoni, c’est avant tout un esprit d’ouverture qui veut servir la musique dans toute la diversité qu’offre le jazz aujourd’hui. Une production large et généreuse si on se fie à la fréquence des parutions qui bénéficient toutes d’un travail minutieux de production et de diffusion porté par un profond respect des musiciens.

En cette fin d’année, nous allons donner un coup de projecteur mérité sur quelques uns de derniers disques de ce label désormais distribué en France par Anticraft. Un bel exemple de diversité.

Aux commandes d’Altrisuoni aujourd’hui, on trouve : Stefano Franchini (fondateur et co-propriétaire du label), Dimitri Loringett (producteur exécutif et co-propriétaire), Christian Gilardi (fondateur et consutant pour les projets spécifiques) et Francesco Kestenholz, président.

Lewis PORTER - Marc ROSSI : « Transformation »

Lewis PORTER - Marc ROSSI : « Transformation » -  voir en grand cette image
Lewis PORTER - Marc ROSSI : « Transformation »
Altrisuoni / Anticraft

> AltriSuoni AS271 - distribution Anticraft

Lewis Porter : piano, composition / Marc Rossi : piano, claviers, composition

01. Ezz-thetic (George Russell) / 02. Rama Priya (Marc Rossi) / 03. Slow Counterpoint (Porter/Rossi) / 04. Ostinato (Herbie Hancock) / 05. Moving Triangles (Porter/Rossi) / 06. Law of Three (Marc Rossi) / 07. Iris (Wayne Shorter) / 08. Ping Pong (Lewis Porter) / 09. Another Voyage (Lewis Porter) / 10. After The Rain (John Coltrane) / 11. Body and Soul (Johnny Green) // Enregistré à Boston (USA) en juillet 2008

Un duo de maîtres, au sens littéral du terme, puisque l’un et l’autre, Lewis Porter et Marc Rossi, enseignent dans de célèbres établissements étasuniens [1]. Nous n’irons pas jusqu’à dire que ce duo de piano a des visées pédagogiques mais on y perçoit une volonté d’établir un inventaire des possibles puisque ce disque juxtapose deux facettes : l’une totalement acoustique à deux pianos, l’autre plus technophile avec l’utilisation de claviers électroniques.

Le choix du répertoire permet de baliser les contours de l’univers dans lequel évoluent les deux pianistes. En introduction, rien moins que le célèbre Ezz-thetic de George Russell. En conclusion, Body and Soul (Johnny Green) et, sur le chemin, Herbie Hancock (Ostinato), Wayne Shorter (Iris) et John Coltrane (After the rain). Une touche d’orientalisme avec Rama Priya (de Marc Rossi) et l’illusionnisme des claviers dans Moving Triangles (Rossi - Porter) : flûte et contrebasse synthétiques (à quoi bon ?)...

Transformation, comme son titre l’indique, présente une palette sonore élargie qui va bien au-delà du duo de pianos. Cependant, si la formule acoustique est plutôt convaincante, l’utilisation de l’électronique sonne un peu étriquée et datée, en particulier lorsqu’elle vise à l’imitation de sonorités conventionnelles (exception faite des 2:52 de Law of Three, plus electroacoustique et plus original). Un travail intéressant mais qui peut laisser insensible mais se révèle souvent très bavard.

> Liens :

LANDOLT ( Djurovic - Fischer - Paeffgen - Zwalhen ) : « Landolt »

LANDOLT ( Djurovic - Fischer - Paeffgen - Zwalhen ) : « Landolt » -  voir en grand cette image
LANDOLT ( Djurovic - Fischer - Paeffgen - Zwalhen ) : « Landolt »
Altrisuoni / Anticraft

> Altrisuoni AS 279 - distribution Anticraft

Gilbert Paeffgen, Danilo Djurovic, Peter Fischer : batterie / Peter Zwahlen : percussions

01. Brushes (Gilbert Paeffgen) / 02. Duig (Danilo Djurovic) / 03. Tur Tur (Peter Fischer) / 04. Ballade (Gilbert Paeffgen) / 05. Blitz und Donner (Peter Zwahlen) / 06. Verhältnis-Blödsinn (Gilbert Paeffgen) / 07. Nume mit dr Rueh (Danilo Djurovic) / 08. Improvisation (Paeffgen, Djurovic, Fischer, Zwahlen) // Enregistré en 2009

Landolt est un quartet de percussions où la batterie conventionnelle occupe les 3/4 de l’espace. Pour autant, il n’est pas question d’envoyer des déluges de roulements de toms et des rafales de cymbales. Le projet, structuré avec méthode porte sur l’éternelle (?) problématique du jazz : l’articulation entre écriture et improvisation pour toucher l’auditeur. Leur laboratoire ? Des concerts pendant lesquels ils ont posé les balises de leur univers percussif et assez percutant mais jamais violent avec une rigueur très alémanique...

Du jazz issu de la tradition horlogère du pays, sans doute : un irréprochable savoir faire et une mise en place impeccable au service d’une esthétique de bon goût. Dans une formule où les références ne sont pas si nombreuses, ce quartet est à découvrir.

> Lien :

WAMBLI : « East Indigo »

WAMBLI : « East Indigo » -  voir en grand cette image
WAMBLI : « East Indigo »
Altrisuoni / Anticraft

> Altrisuoni AS 280 - distribution Anticraft

Yann Altermath : saxophones / Michael Gabriele : piano, Fender Rhodes / Pierre Kuthan : contrebasse / Manuel Linder : batterie.

01. A Way Out (Manuel Linder) / 02. Happy Aspirator (Michael Gabriele) / 03. East Indigo (Yann Altermath) / 04. La Berceuse des étoiles (Yann Altermath) / 05. Le Grand 8 (Yann Altermath) / 06. Groovy Steps (Yann Altermath) / 07. Requiem for a Mouse (Pierre Kuthan) / 08. Metropolis (Yann Altermath) / 09. Au revoir (Yann Altermath) / 10. Wamblage (Yann Altermath) // Enregistré à Lausanne en mars 2009.

« La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée » : le quartet Wambli appose un vers de Platon sur le livret de son disque East Indigo. Ces quatre helvètes de l’ouest (côté France !) ont des lettres et un talent certain qui ne s’est pas forgé sans travail ni influences bien intégrées.

Les ailes de cette musique se sont déliées à l’écoute de Coltrane et de ses disciples (le lyrisme des saxophones de Yann Altermath), son cœur pulse un groove chaleureux et son âme lui vient de la solidité des liens qui lient les quatre protagonistes.

East Indigo propose un jazz actuel, entre rythmes binaires toniques et ternaire swinguant. Un parcours en dix compositions pour une musique qui ne manque ni de charme ni d’energie. Une formation à découvrir.

> Liens :

FM TRIO : « Ligne libre »

FM TRIO : « Ligne libre » -  voir en grand cette image
FM TRIO : « Ligne libre »
Altrisuoni / Anticraft

> Atrisuoni AS 281 - distribution Anticraft

Fabian Mueller : piano, compositions / Kaspar von Grünigen : contrebasse / Fabian Buergi : batterie

01. Durst (FM Trio) / 02. Grains and Dots (FM Trio) / 03. Vue miniature (FM Trio) / 04. Décadence (FM Trio) / 05. Ligne libre (FM Trio) / 06. Das Hotel (FM Trio) / 07. Speisekammer (FM Trio) / 08. Empty (FM Trio) / 09. Hope and Despair (FM Trio) / 10. Le grand souffleur (FM Trio) / 11. La modestie (FM Trio) //
Enregistré au studio de la Radio de Zürich les 20 et 21 juin 2009.

FM, c’est Fabian M. Mueller, jeune pianiste vivant en Suisse alémanique, très actif avec ce trio mais aussi avec le quartet Jalazz (cf. la chronique de Yves Dorison le 11 septembre 2009).

Avec Ligne libre, on capte vite que le FM Trio est sur la bonne longueur d’ondes : une solide compétence technique, de bonnes idées, un sens des couleurs et des climats qui séduit d’emblée par l’utilisation un peu « seventies » de petites percussions et d’une flûte.

Les ingrédients sont savamment assemblés pour produire une musique intelligente, éprise de liberté dans un cadre défini par les règles de l’harmonie qui révèle un sens affirmé de la mélodie. Une ligne effectivement libre par une approche ouverte du potentiel instrumental et souvent assez lyrique.

Séduisant ! Un trio à écouter... avec plaisir.

> Liens :

Sam TRÜMPY MEMORIAL JAZZ COALITION : « Live ! »

Sam TRÜMPY MEMORIAL JAZZ COALITION : « Live ! » -  voir en grand cette image
Sam TRÜMPY MEMORIAL JAZZ COALITION : « Live ! »
Altrisuoni / Anticraft

> Altrisuoni AS 283 - distribution Anticraft

Jürg Wickihalder : soprano, alto sax / Jonas Knecht : saxophones alto et ténor, flûte, arrangements / Heinrich Baumgartner : sax ténor et baryton / Ruedi Wettstein : sax alto, barytone, arrangements / Werner Fischer : guitare, direction / Félix Stüssi : claviers, arrangements / Fredi Meli : contrebasse, arrangements / Lukas Landis : batterie

01. Soul Food (Sam Trümpy) / 02. A handful of Dollars for Abdullah (Sam Trümpy) / 03. STTS (Trudy Strebi) / 04. Roadrunner (Sam Trümpy) / 05. Sleeping Child (Sam Trümpy) / 06. Don’t Stop Be Bop / The Way It Used To Be (Sam Trümpy) // Enregistré en concert le 8 septembre 2007 en Suisse.

Avec un tel titre à rallonge et un design de pochette façon affiche de la Panthère Rose, on pourrait s’attendre à un disque de revival bon teint pour faire vibrer les salles des fêtes des cantons les plus reculés pendant les longues soirées d’hiver. Humour bien sûr, en particulier dans la manière dont cet octet helvetico-americano-canadien traite le répertoire que composa Sam Trümpy, saxophoniste pionnier du jazz suisse (1941-2003).

Bien que référé à des formes plus conventionnelles, du swing « chabadesque » , du be-bop et du blues (en final), ce disque met en avant une générosité et un plaisir du jeu collectif qui procure de la bonne humeur. Ce n’est pas si fréquent ! On notera que cet ensemble de très bon niveau propose, plus qu’une interprétation, une véritable relecture d’une œuvre simple mais non sans subtilité comme en témoignent les excellents solistes qui ont « pris du bon temps » à jouer cette musique. Par moments, on croirait presque entendre un de ces orchestres hollandais bien iconoclastes, la réserve et la bienséance suisse en plus : ils ne mettent pas le feu au lac tout de même !

Épatant, tout simplement : pourquoi bouder ce plaisir ?

> Liens :

FORMAT A3 : « Sync »

FORMAT A3 : « Sync » -  voir en grand cette image
FORMAT A3 : « Sync »
Altrisuoni / Anticraft

> Altrisuoni AS 283 - distribution Anticraft

Alexis Gfeller – piano, claviers / Fabien Sevilla contrebasse, effets / Patrick Dufresne – batterie, electronique

01. Intro / 02. Radio / 03. 3E Type / 04. Morpheus / 05. Tcherno / 06. Trotinette / 07. M 104 Hubble Remix / 08. Mexico 68 / 09. L’optimiste / 10. The Turn / 11. Her Eyes Are Underneath The Ground / 12. Ali / 13. Sync // Enregistré à Fribourg (Suisse) en août 2009.

Sync est le cinquième album du trio Format A3. Pochette digipack très sombre, graphisme obscur : l’enveloppe se veut signifiante tout autant que la musique est, à nos oreilles, insignifiante...

Le concept « synthétique » avec l’instrumentarium adéquat semble aujourd’hui bien défraîchi, d’un autre temps. Cependant, ces trois helvètes possèdent un savoir faire indéniable et une maîtrise instrumentale qui offre de jolis moments de musique simpliste (la contrebasse sur les grappes de notes de Morpheus ou la mélodie romantique de Trotinette par exemple)... qui accompagneront agréablement un parcours sur autoroute.

L’ensemble est souvent pesant et ne laisse que peu d’espace à l’émotion : la quête d’un son neuf (l’est-il ?) prime sur la créativité musicale. Dommage !

> Liens :

Marcel PAPAUX - Alain TISSOT : « Drumming Duo »

Marcel PAPAUX - Alain TISSOT : « Drumming Duo » -  voir en grand cette image
Marcel PAPAUX - Alain TISSOT : « Drumming Duo »
Altrisuoni / Anticraft

> Altrisuoni AS 284 - Anticraft

Alain Tissot et Marcel Papaux : batterie

01. Rencontre / 02. Grand nettoyage / 03 Plénitude / 04. Tutti // Enregistré en concert le 15 mars 2008 à Malleray-Bévilard (Suisse).

Depuis Daniel Humair et Pierre Favre, la Suisse se caractérise souvent par la qualités de ses batteurs aux oreilles des français que nous sommes. Aujourd’hui, Marcel Papaux devient une référence dans l’Hexagone grâce à sa collaboration au trio de Jean-Christophe Cholet [2].

Capté en concert, ce disque en duo de batteries vient jalonner un parcours commun commencé en 1983. Autant dire que Marcel Papaux et Alain Tissot se connaissent et ont su tisser des liens solides à l’épreuve du temps. Des modes de jeu, des codes communs servent de base à la construction d’un véritable dialogue ouvert qui permet aux deux protagonistes de s’approprier le temps et l’espace avec une grande liberté. Dans cette musique subtile, aérienne et totalement acoustique, la technique de chacun est au service de l’expression sans aucune tentation démonstrative.

Bien joué !

> Liens :


[1Porter est professeur à Rutgers-Newark et Rossi au Berklee College de Boston

[2trio Chollet - Känzig - Papaux : Jean-Christophe Cholet (piano, compositions), Heiri Känzig (contrebasse) et Marcel Papaux (batterie) - disques sur Altruisoni : AS189 ; AS141