« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Sweet NOVEMBER...

Sweet NOVEMBER...

D 13 novembre 2009     H 22:01     A Michel Delorme    


Et je ne parle pas de la température clémente...
Mais il se passe beaucoup de bien belles choses aux quatre coins de notre hexagone jazz ( sic ).


LIMOGES : Festival ECLATS D’EMAIL

LIMOGES : Festival ECLATS D'EMAIL -  voir en grand cette image
LIMOGES : Festival ECLATS D’EMAIL

C’est le jeudi 12 novembre qu’a embrayé ce festival qui ira sur les chapeaux de roues jusqu’au dimanche 22.

Trois concerts prestigieux à l’Opéra Théâtre, 15 en différents endroits de la ville et 30 en jazz clubs.

Le grand pianiste YARON HERMAN ouvrira le bal de l’Opéra et enchantera sans aucun doute par sa sensibilité, son lyrisme et son brio rythmique.

Il cédera la place le lendemain à IBRAHIM MAALOUF et sa musique arabo-électro-funk. Il est le seul au monde à jouer de la trompette à quarts de ton et renvoie pour moi un autre souffleur plus connu à ses chères études.

Suivront notamment en d’autres lieux PAUL LAY les 17 et 18, CARLOS MAZA le 17, KING PLEASURE AND THE BISCUIT BOYS le 18 - attention, il ne s’agit pas du vocaliste be bop des années 40 mais d’un groupe swing anglais - RENAUD GARCIA FONS le 19. Je vous laisse découvrir les autres combos qui offriront peut-être la relève espérée.
Retour à l’ Opéra le dimanche 22 avec CRAIG ADAMS et les Voices of New Orleans, grand moment de gospel, de blues et de jazz.


PARIS JAZZ CLUBS

La chanteuse américaine STEPHY HAIK, au talent encore trop méconnu, est ce samedi 14 au « 9 » JAZZ CLUB et le dimanche 22 aux brunches du RESERVOIR. Elle était prévue à l’Alhambra le 9.


MARSEILLE Théâtre du Hangart

La Compagnie Ultima Chamada présente les vendredi 20 et samedi 21 deux représentations de la pièce musicale « A LOVE SUPREME », autour de l’œuvre majeure de JOHN COLTRANE et d’après la nouvelle du même nom d’ EMMANUEL DONGALA. Un récitant/barman, l’acteur ADAMA ADEPOJU, dit le texte très émouvant qui retrace la peine de l’auteur à la mort prématurée de Coltrane. Un trio composé de SEBASTIEN JAROUSSE, sax, JEAN-DANIEL BOTTA, basse, et OLIVIER ROBIN, batterie, ponctue la narration de titres emblématiques de Trane.

Œuvre saisissante mise en scène par LUC CLEMENTIN et qui fit un temps les beaux jours du Tarmac de Paris et depuis « itinère » dans le monde entier.

Vivement « L’ESPRIT DU JAZZ » de ROSEMONDE CATHALA, qui met en scène un autre monstre du jazz : THELONIOUS MONK. On avait vu la pièce à Marciac.


MONTE CARLO JAZZ FESTIVAL

MONTE CARLO JAZZ FESTIVAL 2009 -  voir en grand cette image
MONTE CARLO JAZZ FESTIVAL 2009

Nous savons maintenant par expérience que les grands festivals de jazz de la Côte d’Azur n’ont pas lieu que l’été. Ce novembre encore, la Principauté nous offre un programme de grande qualité qui nous est concocté par JEAN-RENE PALACIO. On annonce déjà qu’il sera responsable de l’affiche du 50ème festival de Jazz à Juan. Chic !

Là encore, différents endroits où va régner le swing. Ouverture le mardi 24 novembre au MOODS avec le TRIO ESPERANCA et ANDY NARELL.

Le mardi 25, les ors de l’Opéra Garnier scintilleront au son de l’hommage à STEPHANE GRAPELLI. Honoreront le « violonissime » : THOMAS DUTRONC, DORADO SCHMITT, et bien sûr DIDIER LOCKWOOD.

Jeudi 26 au Moods, IBRAHIM ELECTRIC + P.S.P. ( PHILIPPE SAISSE, SIMON PHILLIPS et PINO PALLADINO ). Alors là attention, après le groupe danois se produiront quelques poids lourds de la scène U.S. à commencer par le petit génie français PHILIPPE SAISSE, souvenez-vous : « Nougayork » c’était lui, la résurrection de Gato Barbieri c’était lui, les arrangements pour Al Jarreau et Chaka Khan c’était lui... Simon Phillips est LE batteur dont tout le monde rêve, un autre Vinnie Colaiuta, pour ce genre de musique. On se rappelle la fameuse tournée avec Jeff Beck et Stanley Clarke, en particulier dans les Arènes de Fréjus.

Le vendredi 27 à l’Opéra SOIREE COLTRANE avec 2 des pianistes qui l’accompagnèrent, STEVE KUHN brièvement et McCOY TYNER pendant des lustres. Steve Kuhn, à ne pas confondre avec les frères Kühn - umlaut oblige – vient justement de publier un CD en hommage à son ancien boss.

On connaît la formation de McCoy, avec le saxophoniste GARY BARTZ qui fit dans les années 70 un passage remarqué chez Miles Davis.

Le lendemain samedi toujours à l’Opéra, ESPERANZA SPALDING + MARCUS MILLER.
Pas la peine commenter cette grande fête de la basse électrique. Et que Marcus joue bien à la clarinette basse les compositions qu’ il offrit à Miles dans l’album « TUTU ». Ce sera du reste un hommage à Miles.

Enfin, les 25, 27 et 28 au Moods, le POOGIE BELL BAND. Nul autre que l’ancien batteur de Marcus Miller justement. Attachez vos ceintures ! Et réjouissez-vous, les PHOTOS d’ ADRIANO SCOGNAMILLO seront là pour commenter le tout. Il est notamment LE spécialiste de Carlos Santana, qui était à Monaco il n’y a pas si longtemps.


PARIS DUC DES LOMBARDS

Le mois ne se terminera pas tellement en douceur puisque le QUARTET EMILE PARISIEN sera au DUC pour inaugurer la semaine des disques LABORIE le lundi 30.

Et tant qu’on y est, finissons la semaine car il y aura encore du beau monde, du reste le label ne compte que cela.

Mardi 1er décembre, le MURAT ÖZTURK TRIO. Epanouissement d’un talent hors normes.
Mercredi 2, l’actuel Monstre du clavier YARON HERMAN. Que dire de neuf : ravageur ?
Jeudi 4, ANNE PACEO TRIPHASE. Une façon de caresser la batterie pour ponctuer la musique sans en avoir l’air. L’anti esbrouffe.

Le vendredi 4, nouveau venu chez Mme Laborie : ARNAULT CUISINIER et son QUARTET.
Un album incessamment sous peu.

Enfin, le PAUL LAY TRIO, cette fois dans la formule traditionnelle piano-basse-batterie.

Je vous conseille donc de carrément prendre la pension complète dans l’établissement cette incroyable semaine là !


ET TOUJOURS A PARIS A LA CITE DE LA MUSIQUE

La monumentale expo WE WANT MILES de notre ami VINCENT BESSIERES.


ENFIN, LE NOUVEL EPISODE DE MEZZO...... FORTE

J’avais ameuté ces derniers temps les amateurs de jazz télévisuel. Mezzo continue grâce à la programmation éclairée de REZA ACKBARALY et, va savoir, peut-être une nouvelle politique directoriale. Le bel ordonnancement jeudi-prime-time/redif vendredi n’est plus de mise mais qu’importe, le jazz est toujours là, et la java...

Ce doux novembre a commencé par les primes de KURT ELLING, superbe mais un peu trop Sinatra par moments, TERENCE BLANCHARD, parfois un peu ennuyeux à cause du pianiste et des compositions.

Le 12 est dévolu aux chanteuses dont surtout SARAH VAUGHAN. Verrons-nous le film où la « Divine » chante en compagnie de Don Cherry et Herbie Hancock ? Je me souviens d’un concert parisien de Dizzy Gillespie où elle fit une apparition impromtue. L’homme à la trompette coudée fit d’abord quelques entrechats et lui roula un patin enfiévré. Et que croyez-vous qu’elle chanta ? « Embraceable you » évidemment !

ELLA FITZGERALD et LENA HORNE sont également au programme.

Le 19 nous transportera à Montreal pour un spécial MILES DAVIS en 85, plus BOBBY McFERRIN, ART BLAKEY, et le formidable chanteur à la voix suave et grave KEVIN MAHOGANY, une sorte de Jon Lucien contemporain. Espérons que le McFerrin sera celui où joue Wayne Shorter.

Dans les rediffusions journée, nous avons et auront LLOYD plusieurs fois, merci. Les films de SAMUEL THIEBAUT et de FARA C sont tout simplement magnifiques, ils rendent bien la « lyrical sweetness » du saxophoniste.

Egalement ELLING, BLANCHARD et RAY CHARLES. La nuit nous les ramènera avec JARRETT, NOUGARO, S.M.V., AL FOSTER, MINGUS et TIGRAN HAMASYAN.

Et n’omettez pas de jeter une oreille attentive au Classique, on se régale en ce moment avec les symphonies de GUSTAV MAHLER.