« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2010 » Collection hiver 2010 #1

Collection hiver 2010 #1

Des disques pour ce début 2010.

D 13 février 2010     H 10:45     A Thierry Giard, Yves Dorison    


Une première revue de disques récents pour commencer 2010.

Une année qui commence en chanson(s) (doit-on s’en plaindre ?) avec Franck Amsallem qui ajoute sa voix à son piano, Judy Niemack, La Velle mais aussi Thierry Eliez.

Le jazz instrumental de Big Four mérite le détour avec son esthétique contemporaine bien assumée. On n’oubliera pas le Lady Quartet de Rhoda Scott qu’on connaissait en disque mais qu’on retrouve en DVD.

Ce n’est qu’un début ! Beaucoup de disques vont vous être dévoilés prochainement. Un peu de patience... La suite arrive !

Franck AMSALLEM : « Amsallem Sings »

Franck AMSALLEM : « Amsallem Sings » -  voir en grand cette image
Franck AMSALLEM : « Amsallem Sings »
FRAM Music / www.cdbaby.com

> FRAM Music Productions FRA 001 - disponible sur www.cdbaby.com

Franck Amsallem : piano et vocal

01. Come Rain Or Come Shine / 02. Dream / 03. I Get Along Without You Very Well / 04. The Song Is You / 05. I Concentrate On You / 06. But Beautiful / 07. In My Solitude (piano solo) / 08. Willow Weep For Me / 09. I’m Old Fashioned / 10. I’m Thru With Love / 11. Lucky To Be Me / 12. In The Wee Small Hours Of The Morning

« I’m Old Fashioned »... Franck Amsallem se sentirait-il déphasé, plus dans l’coup ? Le pianiste a décidé de chanter, tout seul. Ses doigts sur le clavier emboîtent le pas au phrasé de sa voix et les standards s’enchaînent, simplement, sobrement. Amsallem chante et sa solitude n’a rien d’un de désespérant, bien au contraire. En optant pour un disque de serein et aéré, un peu passéiste peut-être, il nous touche droit au cœur en se positionnant entre Nat King Cole et Ben Sidran : le goût du chant simple et tranquille et l’amour du jazz et de ses mélodies.

Dans cette entreprise de funambule, Franck Amsallem a trouvé un balancier solide et stable. C’est Daniel Yvinec, alias Yvinek, qui a produit ce disque... Bien plus qu’un directeur artistique, l’actuel patron de l’ONJ [1], grand amoureux des standards, agit comme un miroir qui renvoie une image et guide le geste : neutre mais présent. Au résultat : un disque plein de charme qui s’écoute pour retrouver les plaisir simple du jazz authentique chanté avec le cœur et porté par les doigts qui savent trouver les notes justes et toutes bleues.

. ::TG ::.

> Liens :

BIG FOUR : « Big Four »

Big Four -  voir en grand cette image
Big Four
Autoproduction

> autoproduction 2009 - disponible sur www.bigfourquartet.com

Julien Soro : Saxophones, Compositions / Stephan Caracci : Vibraphone / Fabien Debellefontaine : Tuba / Rafaël Koerner : Drums

01. Conciliation / 02. Partiprisme / 03. Conciliabule / 04. Land & Freedom / 05. Chirashi / 06. Divisions / 07. Oignon Doux / 08. Conciliation // enregistré en octobre et novembre 2009.

Piloté dans un esprit collaboratif par le saxophoniste Julien Soro, le quartet Big Four explore les possibles d’une formule assez originale : saxophones, tuba, vibraphone et batterie. Les compositions renvoient à des références citées explicitement sur le joli site internet du groupe : Henri Threadgill pour la palette sonore (du grave du tuba à l’aigu du vibraphone) et le chant du saxophone soutenu par une rythmique ferme, les courants actuels du jazz US de New-York (Chris Speed, John Hollenbeck...) à Minneapolis (Fat Kid Wednesdays).

Mais Big Four a surtout une identité due à la qualité des membres du quartet et leur polyvalence ! Ainsi, le saxophoniste Fabien Debellefontaine assure ici la partie de tuba, sans faillir. Stephan Caracci, entendu entre autres aux côtés de Raphaël Imbert, se singularise par un jeu de vibraphone épuré, précis et très efficace : la musicalité tout simplement. Tous se retrouvent par ailleurs au sein du big-band Ping Machine que propulse également le batteur Raphaël Koerner.

Un disque très réussi par une formation solide au caractère très affirmé.

. ::TG ::.

> Liens :

ELIEZ T : « Hot Keys »

ELIEZ T : « Hot Keys » -  voir en grand cette image
ELIEZ T : « Hot Keys »
MuSt Record / Spirale DG Diffusion

>MuSt Record MR6208 - distribution Spirale DG Diffusion

Thierry Eliez : orgue Hammond, piano, claviers et vocal / Philippe Eliez : batterie et percussions / Daniel Ouvrard : basse

01. Hot Keys ’remix’ / 02. Jail Under The Sun / 03. Intermezzo / 04. Can’t Buy your Freedom / 05. Gone With the Streams / 06. Spinning Wheel (Clayton/Thomas) / 07. Hoedown (Aaron Copland-Arrangt Keith Emerson) / 08. Hot Keys / 09. Wild Woman // Compositions de T. Eliez sauf indication contraire /

Produit par l’organiste Stefan Patry pour le label MuSt Record, ce disque nous emmène d’entrée dans un univers artificiel avec un « remix boum boum » qui n’est pas du meilleur goût... Passé ce moment, le reste de l’album ne parvient pas à nous accrocher. On reconnaît le savoir faire de vrais professionnels tous terrains mais ce voyage dans l’univers cliquant et assez bling-bling des musiques à l’énergie surfaite ne nous convainc pas. Pas plus que les parties vocales assurées par le leader, Thierry Eliez, qui ne ménage pas ses efforts, comme à son habitude... au risque d’en faire un peu trop !

. ::TG ::.

> Liens :

LA VELLE & Rhoda SCOTT SOUL SISTERS : « Come together in Paris »

LA VELLE & Rhoda SCOTT SOUL SISTERS : « Come together in Paris » -  voir en grand cette image
LA VELLE & Rhoda SCOTT SOUL SISTERS : « Come together in Paris »
MuSt Record / Spirale DG Diffusion

> MuSt Record MR 6205-2 - distribution DG Diffusion et sur www.mustrecord.com

La Velle : piano et vocal / Rhoda Scott : orgue hammond / Pierre-Louis Cas : saxophone ténor / Al Sanders : basse / Lucien Dobat : batterie

01. Compared to what / 02. Sunny / 03. Come together / 04. Lord, I want to be a christian in my heart / 05. Bernie’s Tune / 06. Do nothing till you hear from me / 07. Lord, I want to be a christian in my heart / He keeps on doing great things / 08. With a little help from my friends. // Enregistré au jazz-club Lionel Hampton Méridien - Paris - en mai 2008.

La Velle et Rhoda Scott sur la même scène, le jazz-club Lionel Hampton du Méridien à Paris, c’est du lourd, si je puis me permettre... D’autant qu’elles sont bien accompagnées. Le groove, à ce niveau-là, c’est une raison d’être. Ça coule et serpente sans heurts, et même avec un certain bonheur, entre les méandres d’un répertoire éclectique. La Velle est en voix, sa verve toujours aussi vive. Elle fait partie de ces artistes rompus à tous les exercices de style auxquels rien ne fait peur. C’est heureux et ceux qui l’ont vue sur scène le savent. On ne s’y ennuie jamais. Rhoda Scott lui tient la dragée haute et entraîne à sa suite l’excellent saxophoniste Pierre-Louis Cas et une rythmique seyante (Al Sanders et Lucien Dobat). Les artistes ici présents ne sont pas là pour révolutionner la musique, mais ils assurent avec un inestimable talent la pérennité d’un genre, d’un état d’esprit, que l’on aime. Keep on movin’ ! La nuit est longue et elle swinguera jusqu’au bout.

. ::YD ::.

> Liens :

Rhoda SCOTT LADY QUARTET : «  »Live at the Sunset - Paris" (DVD)

Rhoda SCOTT LADY QUARTET : « »Live at the Sunset - Paris" (DVD) -  voir en grand cette image
Rhoda SCOTT LADY QUARTET : «  »Live at the Sunset - Paris" (DVD)
MuSt Record / Spirale DG Diffusion

> MuSt Record DVD MR 6206-3 - distribution Spirale-DG Diffusion

Rhoda Scott (orgue Hammond, voix), Sophie Alour (saxophone ténor), Lisa Cat-Berro (saxophone alto), Julie Saury (batterie)

01. Nova / 02. Driftin’ (H. Hancock) / 03. Tom Thumb (W. Shorter) / 04. Nizza. / 05. Do What’ Cha Gotta Do / 06. I’m Just Your Fool (E. & B. Johnson) / 07. Mach 2 / 08. Hymne à l’Amour (Piaf / Monnot) / 09. Funk in deep freeze (H. Mobley) / 10. Pistaccio (PW Ellis) / 11. Alligator Boogaloo. (L. Donaldson) // Enregistré au Sunset Jazz Club - Paris - le 2 janvier 2008.

Pas facile de filmer dans un espace aussi réduit que la salle voutée du Sunset ! Pourtant, ce film a été réalisé avec un grand professionalisme. On est vraiment plongé dans l’univers du club et ça, c’est plutôt réjouissant.

Le contenu musical de ce DVD nous est déjà familier puisqu’il correspond pratiquement au CD publié en 2008. Jacques Chesnel concluait alors sa chronique avec enthousiasme : « Le public du Sunset de ce soir du 2 janvier 2008 était très réceptif et le faisait savoir… comme nous… qui applaudissons à pleines mains. Yeah ! ». Un avis que nous partageons mais en se demandant ce que l’image vient apporter de plus. Excellentes musiciennes, ces quatre dames sont centrées sur leur jeu et la dimension scénique de leur prestation n’est pas leur préoccupation première. Il vaut mieux le savoir pour goûter ce moment comme un beau concert en club à regarder dans son fauteuil...

. ::TG ::.

> Liens :

Judy NIEMACK : « In the Sundance »

Judy NIEMACK : « In the Sundance » -  voir en grand cette image
Judy NIEMACK : « In the Sundance »
Blujazz Productions / SPHINX distribution

> Blujazz Productions BJ3374 - distribution SPHINX distribution

Judy Niemack : vocal / Bruno Castellucci : batterie / Rufus Reid : contrebasse / Bruce Barth : piano / Jean-François Prins : guitare, arrangements et production.

01.How About You ? / 02. Estate / 03. Summer Night / 04. Summer Knows / 05. Days of Wine and Roses / 06. Music Calls Me (Central Park) / 07. Summer Samba / 08. Summertime / 09. As I Leave Again (Leaving) / 10. Beautiful Love / 11. Sails (Velas Icadas) / 12. Bye Bye Blackbird / 13. Le Soleil Donne (In the Sundance)

En hiver, on ne refusera pas un aussi joli rayon de soleil. Judy Niemack joue à la sirène tropicale pour servir un plateau coloré de standards évoquant l’astre du jour et sa chaleur bienfaisante (très belle version d’Estate !). Elle qui a choisi désormais de vivre à Berlin sait toujours s’entourer. Le quartet qu’elle réunit ici, avec la complicité du guitariste-producteur Jean-François Prins fait bien plus qu’accompagner une chanteuse : la musique se construit avec un sens aigu des échanges collectifs. Judy Niemack chante et improvise, ce qui n’est plus si fréquent dans ce jazz-là, en s’appuyant sur une rythmique de classe composée du contrebassiste émérite Rufus Reid et du batteur belge également et justement réputé, Bruno Castellucci.

Après des disques marquants aux côtés des pianistes Cedar Walton, Kenny Barron ou Kenny Werner et d’une foule de musiciens prestigieux, la chanteuse pose une belle pierre le long d’un parcours déjà remarquable avec ce disque qui emprunte son titre à la composition de Voulzy et Souchon qui ferme l’album : Le Soleil Donne (In the Sundance).

. ::TG ::.

> Liens :

 ::

À suivre...

 ::


[1Orchestre national de Jazz : www.onj.org