« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Le jazz et « le libre ».

Le jazz et « le libre ».

Tux, le manchot Linux, aime aussi le jazz !

D 13 février 2012     H 17:24     A Thierry Giard    


Oui, vous êtes bien sur CultureJazz.fr !
Pour une fois, nous allons parler plus « informatique » que « jazz et musiques improvisées ». Pourquoi pas ?

Réfléchissons un peu : si vous lisez cette page, c’est que vous êtes devant un ordinateur ou un « terminal numérique » plus ou moins hi-tech qui vous permet de vous connecter à internet pour lire nos pages, regarder les images, surfer sur les page du site, glisser le long des liens pour écouter de la musique, visionner des vidéos... Mais aussi écrire, communiquer par mail ou sur les réseaux sociaux... afin de faire partager nos articles peut-être ? (ce serait une bonne idée, merci d’avance !).

Certaines et certains d’entre vous savent parfaitement utiliser, maitriser, personnaliser leurs outils informatiques favoris. Pour d’autres (beaucoup ?), c’est un système obscur et parfois capricieux qu’on aime mais dont on craint la complexité et les foudres.

Sans en avoir trop conscience, nous sommes les pions d’un grand jeu économique, social, idéologique qui se déroule souvent « à l’insu de notre plein gré ». On est comme pris au piège, sous prétexte d’ignorance, de confiance/défiance. Une forme d’enfermement, de formatage technologique qui se traduit par la dépendance à une machine et à son mode de fonctionnement. En marche vers une forme d’aliénation ? Peut-être...

Il nous semble que le monde du jazz est symbolisé par une idée de liberté, de créativité, d’indépendance qui doit nous inciter à ouvrir nos yeux sur des comportements insidieux de lobbies économiques dominants qui agissent sur notre façon d’être, de travailler, de créer, de penser...
La grande majorité des utilisateurs d’ordinateurs ne s’est pas adaptée pour évoluer dans un univers ouvert et libre mais se laisse conditionner à l’usage d’outils jusqu’à la dépendance. Par exemple, nombre d’utilisateurs ne savent pas utiliser un autre traitement de textes que MS Word ! Et pourtant, les alternatives ne manquent pas !

Jamie Cullum rencontre Tux... du virtuel !

Un autre monde est possible ! Il existe déjà...

Vous êtes donc devant votre écran, et vous nous lisez... en vous demandant peut-être où nous voulons en venir...

L’appareil que vous avez acquis (ou que vous utilisez) est équipé d’un système d’exploitation qui est presque toujours intégré à la machine, de force, sans qu’on ait laissé le consommateur choisir.
Qu’il s’agisse des systèmes Microsoft Windows ou Apple (Mac OS), ces systèmes sont des biens commerciaux et ils reposent sur une conception fermée et mercantile de l’accès à l’informatique : il faut payer pour que l’appareil fonctionne et que son utilisation soit possible ! Une forme de racket...
C’est ce qu’on appelle la vente liée. Une image ? En achetant un instrument de musque, imaginez que vous deviez ne jouer que les partitions d’un unique compositeur. C’est illégal (en France et souvent ailleurs aussi) mais quasiment impuni : la puissance des lobbies est bien plus forte que l’intérêt des particuliers modestes utilisateurs.

Cette conception n’est pas la nôtre. L’accès à l’outil informatique pour tous doit être un droit, au moindre coût et librement quand c’est possible. C’est là que se positionne Linux, système libre et gratuit.

Ubuntu, le linux venu d'Afrique du Sud voir en grand cette image
Ubuntu, le linux venu d’Afrique du Sud

C’est pour cela que la rédaction de CultureJazz.fr a fait « le choix du Libre » au service d’une musique qui porte en elle cette notion de liberté.
Depuis quelques années, nous avons « libéré » nos ordinateurs (PC) en y installant des distributions (systèmes d’exploitation) Linux : la plus populaire, Ubuntu qui vient d’Afrique du Sud et plus récemment l’excellent Linux Mint, très fiable et simple d’emploi.
Toute la phase finale de mise en forme du site est réalisée exclusivement à l’aide de logiciels libres... et totalement gratuits !
Bien entendu, chaque rédacteur peut utiliser le système de son choix sans aucun souci car le nôtre est parfaitement compatible ! (ce qui n’est pas le cas des systèmes commerciaux, soit dit en passant !).

Un choix qui est aussi écologique et idéologique.

Quel utilisateur d’ordinateur, en particulier avec Windows de Microsoft, n’aura pas envisagé de changer de machine sous prétexte qu’elle « rame » au bout de quelques années ? Outils et logiciels obsolètes, mémoire insuffisante, fragmentation du disque dur...
On change d’ordinateur et on délaisse l’ancien tombé en disgrâce. Souvent on s’en débarrasse comme d’un banal déchet... ce qui contribue à aggraver la pollution de la Planète et, en particulier, des pays d’Afrique ou d’Asie qui nous servent de poubelles puisque nous leur envoyons « généreusement » ce matériel dont « on ne peut plus se servir » dans nos pays civilisés !

Linux Mint : distribution à découvrir : voir en grand cette image
Linux Mint : distribution à découvrir :

Alors, comme disent les accros de Linux : ne changez pas d’ordinateur, téléchargez-en un nouveau !

En effet, il suffit souvent de télécharger une distribution Linux (gratuite) et de l’installer très simplement à la place de l’ancien Windows (ou Mac OS) pour disposer en une heure environ d’une machine fringuante, toute équipée de logiciels récents, fiables, performants... que vous connaissez sans doute déjà car ils fonctionnent souvent aussi avec Windows et MacOS. L’essentiel est disponible pour stocker et écouter de la musique, voire en créer. Tout cela est libre, gratuit, installable depuis une logithèque intuitive ! Pas belle la vie ?

Là encore une expression fait mouche chez les accros du libre : Linux ? Il y a moins bien mais c’est plus cher !

On comprend vite pourquoi Linux représente une solution pour l’accès aux nouvelles technologies des pays dits « du Sud » ou « en voie de développement ». Mais les rapaces des lobbies capitalistes ne sont pas prêts à céder leur place. Encore un combat à mener... Nous essayons aussi d’en faire le nôtre.

Et le jazz dans tous ces giga-mega-bits ?

On y arrive... Il y a d’abord un état d’esprit « jazz » qui colle bien au monde du libre. Les pionniers du jazz ont dû apprendre à utiliser des instruments simples, peu couteux pour inventer une musique inusable et néanmoins constamment évolutive. De nos jours, on doit aussi pouvoir jouer, écouter de la musique, échanger, écrire, communiquer, accéder à la Toile et à ses ressources sans être tributaire de l’obsolescence programmée, cette stratégie industrielle capitaliste qui vise à nous faire acquérir sans cesse de nouveaux biens de consommation en faisant vieillir prématurément ceux que l’on possède.

Il y a plus d’un an, une amie m’a appelé au secours : son ordinateur (5 ou 6 ans d’âge) était à bout de souffle, incapable de s’acquitter de la moindre tâche dans un délai honnête même pour quelqu’un de patient. Syndrôme Microsoft avancé ?
Après avoir effectué les sauvegardes indispensables (et avec son approbation dubitative !), j’ai procédé à l’installation de la plus récente version disponible d’Ubuntu. Une heure plus tard, elle disposait d’une machine revigorée et rapide dotée de tout l’attirail logiciel utile et indispensable, connectée au Monde entier sans qu’on ait eu à remplir des contrats, à accepter des clauses diverses...
À ce jour, son ordinateur fonctionne toujours avec la même efficacité, sans mollir.

Debian : au cœur de l'univers Linux voir en grand cette image
Debian : au cœur de l’univers Linux

Il faut dire que le système Linux, à la différence de Windows, ne ralentit pas avec le temps (il ne se fragmente pas). Il est, en outre, insensible aux attaques de virus !
Oublié le couteux logiciel antivirus !
De plus, les distributions Linux les plus populaires évoluent sans cesse grâce au travail acharné d’informaticiens qui n’hésitent pas à offrir leur savoir (de pointe très souvent) et leur temps pour le bien commun (on parle d’ailleurs de « communautés » d’utilisateurs). C’est ainsi que, chaque semestre, en octobre et en avril, une nouvelle version d’Ubuntu est disponible gratuitement avec un système de mise à niveau très simple à utiliser, moyennant quelques précautions élémentaires. Linux Mint propose une version qui se « met à niveau » en continu (LMDE). On a ainsi, si on le souhaite, une machine toujours « à la pointe ».

Voyez donc, avec les économies réalisées, combien de disques pourrez-vous acheter (y compris via Internet !) ? Combien de places de concert pourrez-vous vous offrir ?

On a souvent laissé croire que l’univers Linux était réservé aux spécialistes, voire aux scientifiques.
C’est faux et cet argument a souvent été propagé pour des raisons commerciales pour verrouiller des monopoles afin d’assurer l’immense fortune d’un personnage qui se fait aujourd’hui passer pour un bienfaiteur de l’humanité (et feu son alter-ego croqueur de pommes suivait la même logique).
Ces systèmes « libres » sont simples, conviviaux (comme on dit !), rapides et peu capricieux. Pour preuve, Google a adopté un noyau Linux (le cœur du système d’exploitation) pour créer « Android » qui équipe de nombreux smartphones et tablettes informatiques ! Peut-être utilisez-vous déjà Linux sans le savoir !

À travers cet article où il est bien peu question de musique, nous voulons surtout tenter d’ouvrir des pistes pour lutter contre des idées reçues qui tendraient à laisser croire qu’utiliser un ordinateur, c’est être soit « Mac » ou « PC », sous-entendu utiliser les systèmes d’exploitation Mac-OS ou Microsoft Windows. Un troisième courant, alternatif, existe et chacun de nous peut s’y engager : ça ne coûte rien, au sens propre !
Vous pourrez ainsi lire CultureJazz (entre autres) découvrir des musiciens via leurs sites ou leurs sites Myspace (et autres), écouter de la musique, visionner, classer, gérer, des photos et des vidéos même sur la vénérable machine qui aura trouvé une seconde vie.

Musique et Informatique : la M.A.O. sous Linux

Le site Linux M.A.O.

Les musiciens qui douteraient de la crédibilité de cet article (à voir toutes les Pommes qui s’éclairent sur ordinateurs portables présents sur les scènes) pourront se référer au site Linux M.A.O., une mine d’informations qui concernera aussi bien les curieux, les débutants, les musiciens-informaticiens expérimentés que les « développeurs » soucieux d’élaborer leurs propres outils.
On signalera ou rappellera qu’à la différence des systèmes « propriétaires » fermés (Microsoft ou Apple), le principe de Linux est de laisser libre accès aux sources des logiciels : le moteur est totalement démontable, réparable, adaptable, évolutif !

Essayez, ça ne coûte vraiment rien !

Pour l’utilisateur d’ordinateur lambda, le téléchargement de musique, l’encodage des CDs vers des formats « portables » (y compris MP3) est d’une grande simplicité. L’équipement logiciel fourni lors de l’installation permet de gérer sa musique sans acheter de logiciel spécifique et avec un large éventail de possibilités en terme de formats.
Ainsi, le format de fichiers musicaux « .flac » utilisé sur les sites de téléchargement pour proposer la « qualité CD » est issu du monde du logiciel libre, donc disponible « d’origine » dans les distributions Linux.

Les fournisseurs vous ouvrent leurs portes : entrez, essayez, installez !

Fedora - Communauté francophone. voir en grand cette image
Fedora - Communauté francophone.

Entrez : nous vous proposons ci-dessous quelques sites incontournables pour entrer dans le Monde Linux.
_ Essayez : la plupart des distributions peuvent être gravées sur un CD ou DVD en version Live !
Non, pas en concert !
Cela signifie que vous pouvez essayer les systèmes en insérant les CD ou le DVD dans le lecteur de votre ordinateur. Vous démarrez (en vous assurant que le PC boote bien sur le lecteur CD/DVD) et vous essayez sans que rien ne s’installe ou ne change ensuite sur votre machine. Magique !
Installez : si la distribution vous convient, il suffira de quelques clics pour l’installer directement depuis le bureau de votre ordinateur. Référez-vous aux modes d’emploi disponibles sur les sites des distributions (voir ci-dessous).

Où trouver tout cela ?

Les distributions :

L’offre est importante car la liberté permet la diversité, c’est bien connu ! De nombreux passionnés ont conçu et proposent leur distribution personnalisée.

En savoir plus :

Avec cet article, nous souhaitons faire partager notre expérience.
Votre point de vue, vos propres expériences, vos avis nous intéressent.
N’hésitez pas à ajouter vos commentaires à cet article que nous savons (volontairement) très incomplet !