« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2012 » Chez ECM : Steve Kuhn et John Abercrombie

Chez ECM : Steve Kuhn et John Abercrombie

Deux très beaux disques : « Wisteria » et « Within a song »

D 6 juin 2012     H 16:34     A Pierre Gros    


Le pianiste Steve Kuhn a réuni un trio magique et le guitariste John Abercrombie, un quartet idéal. Que demander de plus ?

Steve KUHN Trio : « Wisteria »

Steve KUHN - Steve SWALLOW - Joey BARON : « Wisteria » -  voir en grand cette image
Steve KUHN - Steve SWALLOW - Joey BARON : « Wisteria »
ECM 2257 / Universal Music france
« OUI ! On aime ! »
« OUI ! On aime ! »

Il y a des disques qui comme ça sans en avoir l’air, diffusent lentement, te prennent, te saisissent mine de rien. On met ça sur la platine et puis on écoute en faisant presque autre chose et sans que tu t’en rendes compte, ça te saisit, un savoir faire, un son, la qualité intrinsèque des musiciens qui, quoi qu’ils entreprennent, font ce truc indéfinissable qui retient ton attention, te chope par l’oreille, un tremblement, ça te chatouille au fond des tripes, un bout de mélodie, une harmonie bien sentie venue d’on ne sait où...
Alors tu finis par t’asseoir et tu te repasses une plage en boucle façon de bien retenir l’histoire (ça c’est pour Wisteria beau thème d’Art Farmer ancien patron des Steve Kuhn et Swallow superbement et humblement interprété pour l’occasion).
On ressort d’anciens thèmes qui ont bien muri comme les vins (Chalet, Adagio, Morning Dew, A Likely Story, Pastorale de Kuhn ou encore Romance de Dory Caymmi).
Steve Kuhn, bon fût, a ici ce touché magnifique, cette science de l’harmonie qui le place entre Tommy Flanagan et Hank Jones, et fait de lui aujourd’hui le représentant de cette école qui place le son au centre de son art du piano quels que soient les tempi, main gauche main droite, tout en équilibre tout en beauté.
Apport essentiel au disque, le son de Steve Swallow, copain de longue date, guitariste-bassiste tranchant avec la traditionnelle contrebasse que l’on s’attendrait à entendre dans un tel contexte, jouant son rôle (walking) et ses soli (presque de la guitare) comme on sait sans équivalents, au plectre, et donne à ce trio une part de son originalité. Sans parler des thèmes apportés dans sa housse (Good Lookin’Rookie, Dark Glasses) qui ont l’air de standards mais à l’écoute approfondie recèlent des pièges redoutables.
Reste le jeunot de l’équipe Joey Baron, 56 ans (à eux deux, les Steve, ça fait 146 ans !!!), qui bouscule tout ça avec un drumming tout en dynamiques (fort, piano, doux etc…), libéré par la carrure de ses deux acolytes qui lui offrent ainsi tout un espace de liberté.
Ici ça bop dur, ça ballade, ça blues, ça latine un brin et à chaque lecture un bout de l’histoire se dévoile, on en redécouvre, de plus en plus envouté ( et ce d’autant plus qu’ECM a laissé de coté ses tics les plus irritants !).

Un enregistrement magnifique et comme le dit le thème de Steve Kuhn : : Promises Kept !!

Steve KUHN - Steve SWALLOW - Joey BARON : « Wisteria » - ECM 2257 / Universal Music france

Steve Kuhn : piano / Steve Swallow : basse électrique / Joey Baron : batterie

01. Chalet / 02. Adagio / 03. Morning Dew / 04. Romance / 05. Permanent Wave / 06. A Likely Story / 07. Pastoral / 08. Wisteria / 09. Dark Glasses / 10. Promises Kept / 11. Good Lookin’ Rookie

Enregistré en Septembre 2011

John ABERCROMBIE Quartet : “Within a Song”

John Abercrombie Quartet : « Within A Song » -  voir en grand cette image
John Abercrombie Quartet : « Within A Song »
ECM 2254 / Universal Music France
« OUI ! On aime ! »
« OUI ! On aime ! »

Avec ce nouvel enregistrement John Abercrombie nous donne à entendre, en quelque sorte, ses jardins secrets, ses inspirations les plus profondes. On le sait proche de Jim Hall, de ce jazz qui demande d’abord la note juste dans le sens littéraire du terme, façon d’exprimer l’émotion essentielle en peu de mots.
Ici rien n’est caché, d’emblée Within a Song évoque le Without a song du The Bridge de Sonny Rollins, disque enregistré avec Jim Hall après une retraite de deux ans du grand saxophoniste à jouer sous le Williamsburg Bridge à New-York, plus une très belle reprise de Where Are You du même enregistrement.
Interplay, titre venu du disque éponyme de Bill Evans avec le même Jim Hall. Joe Lovano en grand historien du saxophone ténor est, lui, convoqué à la place de Sonny Rollins mais aussi de John Coltrane (reprise de Wise one du fantastique Crescent), d’Ornette Coleman (Blues connotation tout en liberté et retenu) et sans qu’on le lui demande quelques accents Joe Hendersoniens, excusez du peu.
Retenons aussi la relecture de Flamenco Sketches confluence de toutes les sources d’inspiration : Miles Davis, John Coltrane, Bill Evans, Kind of Blue(qui pourrait bien être aussi à la source de l’esthétique sonore d’ECM), la modalité.
La paire rythmique Drew Gress, Joey Baron solide, complice, n’est pas pour rien dans cette réussite qui rappelle aussi l’esprit du Sound of Surprise de Lee Konitz avec les mêmes Abercrombie et Baron.

Cet enregistrement pudique, intime, tout en sensibilité, semblerait être la relecture des lectures musicales de John Abercrombie, le creuset de son inspiration. Superbe.

John Abercrombie Quartet : « Within A Song » - ECM 2254 / Universal Music France

John Abercrombie : guitare / Joe Lovano : saxophone tenor / Drew Gress : contrebasse / Joey Baron : batterie

01. Where Are You / 02. Easy Reader / 03. Within A Song / Without A Song / 04. Flamenco Sketches / 05. Nick Of Time / 06. Blues Connotation / 07. Wise One / 08. Interplay / 09. Sometime Ago

Enregistré en Septembre 2011


> Liens :

Dans la même rubrique

26 décembre 2012 – Petit voyage en Suisse

18 décembre 2012 – La vitrine de décembre 2012 : 9 disques.

13 décembre 2012 – [retour sur...] Jérôme SABBAGH : « Plugged in »

6 décembre 2012 – [Disques] Les ÉTOILES de l’année 2012.

6 décembre 2012 – [retour sur...] Anne PACEO : Yôkaï