« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2013 » Paris : Fabrice ALLEMAN Quintet

Paris : Fabrice ALLEMAN Quintet

au Centre Wallonie-Bruxelles

D 26 novembre 2013     H 10:44     A Alain Gauthier    


Au cœur de Paris, dans la rue Quincampoix ( déjà répertoriée au 13è siècle et nommée rue des cocus... comme me l’a indiqué Mademoiselle Vickie Pédiat), la belgitude a pris ses quartiers depuis belle lurette au Centre Wallonie-Bruxelles. Librairie à deux pas, centre d’expositions face à Beaubourg, ils nous envahissent !!!

BE.JAZZ, le rendez-vous du jazz belge francophone offre à entendre ce soir le quintet de Fabrice ALLEMAN dans cette vaste, confortable et délicieuse salle en sous-sol, emplie d’un public étonnamment jeune et international.
Donc ce quintet avec Fabrice ALLEMAN aux sax soprano et ténor, voix et saillies belges, Nathalie LORIERS, au piano et Fender Rhodes, Reggie WASHINGTON à la contrebasse et basse électrique, Mimi VERDERAME à la batterie et Lorenzo DI MALO à la guitare.

Saisir d’entrée le public au scrotum ou ce qui en tient lieu : c’est fait. Intro a capella du Fabrice, exposition du thème et place à la clavieriste qui tricote au Fender un solo somptueux. Construit, développé, original ; une histoire qui prend toute sa place. Cette fille joue TERRIBLE. Choc instantané, immédiat : BAAAAM !!!

Puis une « Suite of the day » en trois tableaux dont les titres sont dus à une sévère séance de remue-méninges : Morning, The afternoon, The evening (pff, là, tu t’essuies le front et tu te ressers un verre de Blanche).

Avec Morning, on sent bien que c’est doucement le matin et pas avant 11 heures... et Alleman y va d’une classieuse intro vocale : chouette réveil !!
The Evening clôt la suite avec un thème qui sonne comme un standard péchu, dodu et couillu au rythme enlevé. Clin d’oeil aux quintets historiques du siècle passé ?
Puis « 3 ou 4 » avec des rythmes qui boitent ( 5/4, 7/4 ? ) et te font te dandiner dans ton fauteuil. T’es bien assis ou t’es en biais ? That is the question.
Les soli tournent entre le leader, la pianiste et le batteur, un petit coucou du bassiste, Di Malo se lance sur deux thèmes.
Cacahuète sur le pudding, David LYNX entre en scène pour « Hope for the world » et « Don’t say it’s impossible » en parrain de ce groupe et hôte d’honneur de ce BE.JAZZ 2013.
Ça fonctionne super bien : la pianiste garde un œil sur le grand Tout ( va pas te mettre à l’envers à la batterie et toi, reste dans la grille, avec ta basse … ), Alleman se montre partageux et généreux, la vie irrigue ce quintet.

Au rappel, à l’annonce du morceau (« Summertime »), cette scie, ce saucisson qui n’a rien à envier à Blue Bossa ou à C Jam Blues, le public se gausse avant que l’orchestre n’entame ce temps d’été carrément revisité par le changement climatique. Pour faire court, tu ouvres la fenêtre pour jouir de l’air estival et vlan !!! tu prends une vague en travers de la figure, la tornade entre, dévaste l’appart dans un courant d’air qui porte bien son nom et ouste !!! pas besoin de la refermer : y’a plus de fenêtre ni de porte ni rien. Tes yeux pour pleurer.
Ils ont l’air content, nous aussi.
Il reste de l’Affligem au bar et du jus de raisin fermenté pour les franchouillards impénitents.
Les plus radicaux penseront à relire de Noël GODIN : « Anthologie de la subversion carabinée » et « Entartons, entartons les pompeux cornichons ! », pompeux cornichons dont chacun peut constater jour après jour que la production ne diminue pas...

Fabrice Alleman Quintet + David Linx - Centre Wallonie Bruxelles à Paris le 22 novembre 2013.


Disque à écouter :

Fabrice ALLEMAN : « Obviously » -  voir en grand cette image
Fabrice ALLEMAN : « Obviously »
Igloo Records / SocaDisc
Fabrice ALLEMAN : « Obviously »

À retrouver dans la Pile de disques de novembre 2013 sur CultureJazz.fr.

> Igloo Records IGL 241 / SocaDisc (parution le 05/11/2013)

Fabrice Alleman : clarinette, saxophone, compositions sauf 4 / Lionel Beuvens : batterie / Nathalie Loriers : piano / Reggie Washington : contrebasse /+/ Lorenzo Di Maio : guitare sur 3 et 7

01. J-J / 02. Hope for The World / 03. Don’t Say It’s Impossible / 04. Sister Cheryl (T. Williams) / 05. 3 or 4 / 06. Suite For The day – Morning / 07. Suite For The day – The afternoon / 08. Suite For The day – The evening / 09. Suite For The day – Regards croisés

> Liens :

Dans la même rubrique

19 janvier 2014 – [En écho] À Lyon, Nicolas Folmer invitait et enregistait...

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #1

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #2

2 janvier 2014 – Nuit bleue à la Vapeur de DIJON

1er janvier 2014 – Minino GARAY au Triton