« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2015 » Anne Quillier 6tet : « Daybreak »

Anne Quillier 6tet : « Daybreak »

D 16 janvier 2015     H 08:41     A Jean-Louis Libois, Yves Dorison    


La pianiste Anne Quillier fait partie du collectif Pince-Oreilles (Lyon et Rhône-Alpes). Le disque du sextet qu’elle a réuni dans le cadre de ce collectif a retenu l’attention de notre équipe, en particulier Jean-Louis Libois et Yves Dorison...

La pianiste Anne Quillier n’est pas tout à fait une inconnue pour les lecteurs de CultureJazz qui a dit le plus grand bien de son trio Blast ou pour les auditeurs d’Open Jazz [1] qui donnait un avant goût ces dernières semaines du CD à venir. Pour les autres, leur reste la chance de se procurer dès sa diffusion ce premier et tout récent enregistrement du Anne Quillier sextet, « Daybreak ».

Anne QUILLER 6Tet : « Daybreak » -  voir en grand cette image
Anne QUILLER 6Tet : « Daybreak »
Collectif Pince-Oreilles

Il est vrai que lauréat du 36ème Concours de Jazz de la Défense, le groupe a eu l’occasion de se produire en différents lieux largement fréquentés, du Sceaux What Festival au Jazz à Vienne en passant par le Festival Jazz 360 à Cénac sans oublier le Festival de Radio France et Montpellier Languedoc Roussillon…

Le 30 janvier 2015, pour marquer la sortie officielle du disque, Alex Duthil en fera la Une de son émission sur France Musique ce même jour. 

« Daybreak », « Le point du jour », « Le lever du jour »… dans tous les cas la naissance d’une formation originale dont la musique séduit dès son formidable premier titre -qui est tout un poème à lui seul- : «  Chanson épique pour les superhéros injustement méconnus ». Sa composition, son arrangement, son interprétation ne sont pas sans évoquer celle qui à défaut de libérer les sons, en plein free-jazz s’ingéniait à libérer les songes et que les sectaires de tous poils voulaient renvoyer à ses fourneaux avant qu’elle ne réplique par un superbe « Dinner Music », nous voulons parler de Carla Bley bien sûr.

« Dance with robots » nous confirme dans cet univers de musiques mécaniques tout comme « Hymne obsédant » dans celui des musiques répétitives. Il n’est pas jusqu’au dialogue entre la pianiste et le trompettiste Aurélien Joly qui n’évoque ces duos Carla Bley-Michael Mantler. Ce son qui semble parfois venir tout droit de cette période faste de l’égérie du jazz des années 70-80 n’exclut évidemment pas des qualités propres au groupe dont le caractère collectif n’est pas l’une des moindres. Les dialogues ne sont jamais univoques et chaque composition offre sa chance aux instrumentistes respectifs, de la contrebasse de Michel Molines, à la batterie de Guillaume Bertrand, en passant par la clarinette de Pierre Horckmans sans oublier les saxophones de Grégory Sallet… tandis qu’une belle énergie soutenue par une rythmique communicative emballe le tout. Rarement de baisse de tension mais toujours crescendo. Une bien belle découverte en effet.

. ::Jean-Louis Libois ::.

info document -  voir en grand cette image
On aime !

Ce n’est pas si souvent que nous sommes surpris et convaincu par un disque, surpris par la singularité d’une compositrice et convaincu par ses qualités d’écriture, qualités rares servies par des musiciens au diapason. Écouter Daybreak, c’est accepter de pénétrer un univers personnel intense, celui de Anne Quillier. Quelles que soient les influences revendiquées, cet enregistrement semble n’appartenir qu’à elle (même si l’un des neuf morceaux est écrit par le clarinettiste Pierre Horckmans). Étrange mosaïque d’images habitées, cette musique révèle une vision intérieure à la densité mystérieuse, une vision bâtie sur des allégories chamarrées, bousculées par des brisures rythmiques intempestives mais, toujours, portées par un souffle intuitif, une sorte d’élan introspectif soudain (enfin ?) exprimé.

Ni enjouée ni triste, cette musique interpelle par la prescience fondamentalement humaine qui transpire dans ses histoires. À tout moment, l’écoute est augmentée par l’imagerie mentale qu’elle génère sans jamais lasser l’auditeur. Le kaléidoscope de ces impressions sonores forme un paysage qui contrarie le contraste de l’instant en le poussant vers la nuance au long cours : comme on essuie à l’éponge une couleur primaire sur le mur avant qu’elle ne sèche et blesse définitivement le regard. La forme pourrait être strictement onirique si le fond n’ancrait pas à tout moment l’oreille dans le continuum mélodique exposé. Mais au sein de sa mythologie personnelle Anne Quillier n’élude pas la part d’abstraction poétique qui éclaire le chemin sur lequel elle nous piège. Sa musique des grands espaces intimes est un monde en soi dont elle nous ouvre les portes avec élégance et finesse.

. ::Yves Dorison ::.


> Anne QUILLIER 6Tet : « Daybreak »

> Collectif Pince Oreilles 001/1 / www.collectifpinceoreilles.com (parution : 30/01/2015)

Anne Quillier : piano, Fender Rhodes, compositions sauf 6, arrangements / Pierre Horckmans : clarinette, clarinette basse, composition 6 / Aurélien Joly : trompette, bugle / Grégory Sallet : saxophones alto et soprano / Michel Molines : contrebasse / Guillaume Bertrand : batterie

01. Chanson Épique pour les superhéros injustement méconnus (pour Manu Lancenet) / 02. Dance with robots (pour Vijay Iyer) / 03. Lignes troubles / 04. Ondes choc / 05. Last flight / 06. Lost continuum / 07. Aaron’s piece / 08. Hymne obsédant / 09. La longue ascension // Enregistré à Antibes du 26 février au 2 mars 2014

> Retrouvez ce disque et 35 autres dans la « Pile de disques » de janvier 2015 - lire ici sur CultureJazz.fr-


[1Emission d’Alex Dutilh - France-Musique