« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » 3 Nouveautés BD Music : AMOUR, CINÉMA, ÉROS

3 Nouveautés BD Music : AMOUR, CINÉMA, ÉROS

MY FUNNY VALENTINE / FILM NOIR / LADIES IN LOVE CLASSÉES X

D 4 février 2007     H 15:38     A Jacques Chesnel    


  • MY FUNNY VALENTINE Dessins : Aurel Texte : Carine Fuentes 1 BD & 2 CD (Nocturne BDIT 564)
  • FILM NOIR Dessins : Loustal 1 BD & CD et Une histoire détaillée du Film Noir (Nocturne BDF 1242)
  • LADIES IN LOVE CLASSÉES X Dessins : Mïrka Lugosi 1 BD & 2 CD (Nocturne BDVO 263)

Ces trois nouvelles parutions (superbement présentées, comme toujours : voir la jaquette en velours violet, plaisir sensuellement tactile, pour Ladies in Love), sont réunies sous la trinité Amour – Cinéma – Éros, les trois « sujets » s’imbriquant, se complétant tant sur le plan thématique que musical par la sélection des morceaux et leurs interprétations remarquablement compilées.

My Funny Valentine

My Funny Valentine -  voir en grand cette image
My Funny Valentine
BD-music - Nocturne

Les concepteurs sont des amis d’enfance. Aurel s’est lancé dans le dessin de presse en 2002 et a présenté sa première BD, Django Reinhardt chez Nocturne suivie de Thelonious Monk en 2004. Carine Fuentes termine ses études d’expression plastique en 2006. Tous les deux ont écrit et dessiné la soirée chaude, très chaude de la Saint Valentin, l’histoire d’une rencontre amoureuse torride, racontée avec les mots et la description des gestes de l’amour… mise en musique sur le CD 1 par des grands noms du Jazz à commencer, cela va de soi, par Chet Baker et sa Valentine chantée en 1954, la lascivité de Dexter Gordon et Ben Webster, le Prélude au baiser de Sa Majesté le grand Duke ou l’extase bleue d’Eroll Garner se concluant par I am Glad There is You admirablement susurré par Julie London et sa voix blanche et sensuelle… Sur le CD 2, on trouve la présence des musiciens ayant signé chez le label Nocturne comme, notamment, Sophie Alour et son You’ve changed, le Soraya du Moutin Reunion Quartet… le disque se concluant par My funny Valentine du Gerry Mulligan quartet (1952)… et (il) s’évanouit dans l’exaltation frénétique de pouvoir la posséder encore jusqu’à l’épuisement. La boucle est bouclée. Je l’aime sans doute.

Les dessins en noir et blanc sont parfois additionnés de lavis dans les positions ou attitudes de l’amour bien mises en page, en perspectives ; le texte très poétique ne cache rien, du déroulement du désir à l’abandon et à l’exultation des corps.

Film Noir

Film Noir -  voir en grand cette image
Film Noir
BD Music - Nocturne

L’album Barney et la Note Bleue est devenu « culte ». Dans celui-ci , Loustal exprime sa fascination pour le film noir - (dont Bruno Théol raconte l’historique, propose une filmographie et une bibliographie, précise la différence entre musique diégétique (partie intégrante de la scène) ou non-diégétique (ajoutée en post-production comme complément de la scène ou de complément entre elles)…tout cela inclus dans l’album) - en 12 illustrations nous plongeant dans une version à la fois classique (mise en page) et toute personnelle (dessin, couleurs sombres, cadrages cinématographiques, érotisme, violence, atmosphère et ambiances glauques)… toute la « griffe » du génial et prolixe créateur.

Côté musique, on n’est pas déçu : le CD 1 (Music they were murdered by) est composé des musiques des films noirs célèbres devenus des classiques du cinéma dans lesquels des meurtres ont été commis et de scènes de crimes : notamment, Le faucon maltais de John Huston (la voix d’Humphrey Bogart), Casablanca de Michael Curtis (la voix d’Ingrid Bergman la fameuse chanson As time goes by par Dooley Wilson), Laura d’Otto Preminger (le thème d’ouverture du film puis la version de Nat King Cole), The big Sleep, musique de Max Steiner et les voix de Bogart et de Lauren Bacall, Gilda de Charles Vidor et l’inoubliable Put the blame on mame, Sunset Boulevard de Billy Wilder, L’homme au bras d’or et la musique d’Elmer Bernstein… sans oublier en France Touchez pas au grisbi de Jacques Becker et Bob le flambeur de Jean-Pierre Melville… et tant d’autres…au total 25 extraits, superbes, qui rappelleront bien des émotions à l’amateur de cinéma qui sommeille en tout amateur de jazz et vice-versa…
Le deuxième CD est la bande originale de la bande dessinée, composée de titres de jazz de la même période, les années 1940 - 1950, sur lesquels « on aurait bien pu être assassiné », le compositeur Leith Stevens(connu surtout comme compositeur des musiques du premier film de Stanley Kubrick Fear and desire ( en français Le baiser du tueur, de L’équipée sauvage de Laszlo Benedek et La guerre des mondes) signant ici 7 plages sur 21.

Ladies in love classées X

Ladies in love classées X -  voir en grand cette image
Ladies in love classées X
BD Music - Nocturne

Troisième volume de la collection Ladies, il présente les dessins de Mirka Lugosi (née en 1958 à quelques lieues du château de Dracula dans les Carpates septentrionales) dont les illustrations dévoilent un auto-érotisme fantasmatique très poétique fortement teinté d’un fétichisme proche des fantasmes d’un autre érotomane distingué, Pierre Molinier. Ces dessins ont fait l’objet des ouvrages Mademoiselle (Last gasp of San Francisco, 2002)et Le malaise et autres contes muets (Memo, 2005).
Le cd 1 réunit les plus belles voix de 1945 à 1956 avec mentions spéciales pour des chanteuses blanches injustement oubliées comme Chris Connor ou Rosemary Clooney et Jeri Southern (ces dernières sont saluées par Charlie Haden dans ses disques avec le Quartet West) et un bonus classé X chanté par Mae West.
Le deuxième, Ladies classées X comprend quelques perles de chansons à double sens, coquines, épicées ou carrément salaces (le Big long slidin’ thing de Dinah Washington), principalement par des chanteuses de rhythm and blues.
Précaution : Textes et illustrations ne sont pas à mettre en toutes les mains, nous dit-on… cela dépend où elles sont occupées !.

Trois beau objets à regarder, lire, écouter… passionnément.


> Liens :