« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2015 » Sébastien LOVATO Quartet (à Paris).

Sébastien LOVATO Quartet (à Paris).

Music Boox

D 8 avril 2015     H 07:00     A Alain Gauthier    


Ils entrent en catimini, s’installent, se regardent et hop-hop-hop, entament le premier morceau ( forcément le premier...). Les uns et les autres n’ont pas tout-à-fait terminé de faire du bruit avec la bouche, alors alors alors, que se passe-t-il ?
Il se passe que leur musique s’impose, comme ça, tranquille, sans forcer sur le volume.
Dans un resto-jazz, les dîneurs seraient restés la fourchette en l’air et le bec ouvert sans même penser que, forcément, la bouchée en transit allait refroidir.

Ils, c’est-à-dire Sébastien LOVATO au piano et clavier, Marc BURONFOSSE à la contrebasse, Karl JANNUSKA à la batterie et Sébastien TEXIER au sax alto et clarinette. Le Lovato ne se mouche pas dans du papier à cul seize rouleaux 1 euro cipacher monzami, il s’entoure de très bons sidemen, the best at this moment, des costauds. Cuissus, couillus, velus, déterminus.
Un invité tape l’incruste à la fin du premier morceau ( Montedidio ) le temps de dire un texte poéticotico-par-ci-ticotico-par-là, Jimmy JUSTIN, annoncé comme slammeur. En français, déclameur.

Ce soir, on ne fera pas la fine gueule sur les influences littéraires du compositeur : Yourcenar, Kafka, Erri de Luca tout de même ( mais ni Botul ni Arthur Kelt... ). À propos d’Erri de Luca, gigantesque écrivain italien, 75 ans : il est accusé d’incitation au sabotage dans le cadre du chantier du TAV ( bon, allez, renseignez-vous sur Firefox... jazz et littérature, ça copule, non ?).
Ils enchainent avec Ritournelle et ça s’entend qu’ils se sont trouvés, ces gars-là. Pas d’interstice douteux, d’à peu prés mollasson, à toi, à moi, coup d’oeil périscopique et tous au thème.
Suit le délicieux Harlem quartet ( « c’était une ville blanche emplie de noirs-New-York » scande Justin ) qui alterne binaire et ternaire. Le batteur fait dans l’efficace discret, pas un fan du décibel en folie le garçon, Texier se déchire ( et génère des réminiscences de Paul Desmond, si si ), Buronfosse tient la baraque. Beau quartet qui sonne rond devant un photographe qui la joue Rocco Siffredi avec son machin à photographier les points noirs de la Lune
On écoutera le Château, Ragondins ( très mimi le thème et le tempo ), Panem et circenses ( du pain et des jeux pour les non-latinistes ) joliment clos par un solo de Jannuska, Hadrian’s dream, and so on and so on.
On en redemande, ils reviennent sans faire de chichis.
Y’a plus qu’à relire l’intégrale des inspirateurs.

> Studio de l’Ermitage - 8 rue de l’ermitage - 75020 PARIS - jeudi 02 avril 2015 à 21 heures.


Le disque (paru le 30 mars 2015) :

Sébastien LOVATO : « Music Boox 2 »

Sébastien LOVATO : « Music Boox 2 »  -  voir en grand cette image
Sébastien LOVATO : « Music Boox 2 »
ACEL-Quart de Lune

À retrouver, ici, dans la « Pile de disques » de mars 2015 sur CultureJazz.fr.

> ACEL – Quart de Lune ACEL 001 QDL 171600 / UVM distribution

Sébastien Lovato : piano, Fender Rhodes, orgue Hammond B3, compositions sauf 6 et 9 / Sébastien Texier : saxophone alto, clarinette / Marc Buronfosse : contrebasse / Karl Jannuska : batterie

01. Montedidio / 02. Ragondins / 03. Le château / 04. Harlem Quartet / 05. Hadrian’s Dream / 06. Another Brick In The Wall (R.Waters) / 07. Focus on Tanity / 08. Ritournelle / 09. Little Wing (to Carolina) (J.Hendrix) // Enregistré au Studio de Meudon (France) en juin, septembre et octobre 2014.