« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2017 » [Sons d’Hiver 2017] Jaimeo BROWN Transcendence

[Sons d’Hiver 2017] Jaimeo BROWN Transcendence

Work Songs Music

D 24 janvier 2017     H 15:06     A Alain Gauthier    


Sur l’écran en fond de scène défile une vidéo qui courra en boucle tout le long du concert. Elle défile le temps qu’on s’imprègne de son atmosphère. Puis ils entrent : Jaimeo BROWN, batterie et vidéo, Chris SHOLAR, guitare et électronique et Jaheel SHAW, sax alto et bidouilles électroniques.

Intro mêlée de la frappe de forgeron de Brown, du souffle puissant de Shaw et de bribes de chants de travail préenregistrés. Ils font dans la mixité sensorielle et dans le mélange des genres : d’un côté la vidéo esthétisante à donf : des humains en long vêtements flottants, les yeux fermés, contemplatifs au milieu d’animaux pas si sauvages ( éléphants, léopards, hyènes,...) dans des scènes de nature aquatique, désertique. Un paradis pour babas. De l’autre, leur musique.
Tu te dis : qu’est-ce qui compte le plus dans cette tentative cénesthésique : la vidéo plus baba tu perds ton auréole ? Les work songs dont on n’entend que de minces extraits ? Les trois musiciens et la musique qu’ils concoctent ?
Mais nomdedieu, c’est bien sûr : ils jouent la bande-son du documentaire. L’alto se lance dans un long solo arpégé qu’il enrichit d’effets électro.
Puis le guitariste.
On croirait entendre un raga revisité modernisé : raga planant souvent, répétitif et hypnotique, raga s’enrageant une ou deux fois.
On est loin de la loi Travaille et des débats franco-français. Jaimeo nous le dira : nous avons tenté de vous faire vivre la Community. Qui a tout l’air d’une communauté religieuse. Ne pas oublier qu’ils sont américains, jurent sur la bible et baignent dans le in god we trust.
Difficile de percevoir par le biais de leur musique et de la vidéo comment ils transitent des chansons de labeur dont la vocation est de faire supporter l’insupportable, de se donner du cœur au ventre, de faire collectif, à la contemplation et la fusion avec le monde animal et la nature. On n’y fait ni les courses ni le ménage, on n’y voit ni patron ni garde-chiourme, pas de tablette, pas de burger. Comment sont-ils passés de l’épatant CD « Work Songs » qui « résonne comme un chant populaire et universel de protestation sur nos conditions de travail passées et présentes » à cet univers édulcoré, limite cliché d’agence de voyage ?
Mystère et boule de gomme.

Festival Sons d’Hiver
Dimanche 15 janvier 2017
Théâtre Paul Éluard
94600 Choisy-Le-Roi


Le disque :

Jaimeo BROWN TRANSCENDANCE : « Work Songs »
Jaimeo BROWN TRANSCENDANCE : « Work Songs » -  voir en grand cette image
Jaimeo BROWN TRANSCENDANCE : « Work Songs »
Motéma





> Motéma - 234152 / Harmonia Mundi

Jaimeo Brown : batterie, électronique / JD Allen : saxophone ténor / Jaleel Shaw : saxophone alto / Chris Sholar : guitare, electronique / Marcia Miget : flûte / Brandon mcCune : orgue / Big Yuki, James Francies : claviers / Marisha Rodriguez, Lester Chambers, Cadence Brown & Gee’s Bend Singers : voix / lah Brown : vocals ; ; Kelvin Sholar : keyboards, additional production ; Andrew Shantz : harmonium.

01. Hidden Angel / 02. Mississippi / 03. Lazarus / 04. Safflower / 05. Be So Glad / 06. Happy Serving / 07. 2113 / 08. Moment Of Rest / 09. Mama Lucy / 10. Stonemason / 11. Paterson / 12. The Valley / 13. piste cachée ! // Enregistré aux USA vers 2015 ?