« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2017 » Velvet Revolution

Velvet Revolution

Quatre garçons dans le velours

D 3 décembre 2017     H 06:00     A Alain Gauthier    


Velvet Revolution : Daniel ERDMANN sax ténor, Théo CECCALDI violon et alto, Jim HART vibraphone, Cyril LATEF batterie et percussions.

JPEG - 25.4 ko

Une pièce de l’ancien répertoire pour se mettre en lèvres, chauffer les doigts et autres outils corporels et hop hop hop, ils nous dévoilent le nouveau.
Théo Ceccaldi arbore une chemise Volière tropicale du plus bel effet, le batteur ne déparerait pas dans un combo arabo-andalou avec son fez élégant et sa chemise large ouverte, les deux autres la jouent english mood : veston sur chemise, genre grunge post punk.
Ça débute façon chameau pas tout à fait tranquille, Théo soloïse, un genre de mélopée forcément hypnotique. Et, peut-être piqué au cul par un frelon asiatique, le chameau part au galop. Quand Erdmann prend son solo, on n’est pas loin d’un chachacha endiablé. Ça sent très clairement le thé dansant du dimanche après-midi ou la guinguette modernisée.
Le percussionniste enregistre une boucle rythmique complexe en live avant de l’intégrer à sa frappe, le vibraphoniste abandonne ses mailloches pour des marteaux à tête dure. Impossible de ne pas imaginer une foule se dandinant sur cette musique de baluche améliorée où le vibraphone remplace l’accordéon, l’alto se fait guitare, le sax reste le sax et la batterie-percussions-micro-effets mène au DJ. Ils font comme si le public quittait sa chaise et changent même de rythme histoire de ne pas l’épuiser trop vite. Retour au pas du chameau dont la fesse ne se souvient plus de l’agression asiatique.
Suit une rumba survitaminée dansante de chez dansante, la rythmique l’affirme, le revendique. Tiens, encore une fois, ils changent de rythme : rumba-slow. Pas question de provoquer des ruptures de prothèses de hanches ou de rotules : slowly baby. Erdmann la joue tendre, suave, un plaisir pour la Sécurité Sociale, pas de casse à rembourser.
Tout de même, et ce n’est pas des menteries, le batteur lui-même susurre dans son micro qu’on pourrait se décoller l’arrière-train de la chaise et danser. Qui osera ?
Le duo ténor-alto duoloque un moment, ils laissent les danseurs se refaire la cerise et socialisent un max : t’es qui toi y’a longtemps que tu joues de ton clou ?... Et, chose incroyable, ils envoient un morceau qui pourrait bien être le cousin contemporain, plus élaboré, moins beauf, classieux pour tout dire, de la chenille. Processionnaire. Shootée. On imagine les gens à la queuleuleu les mains sur les épaules. Le batteur-DJ semble inarrêtable. On se calme continue Erdmann avec l’alto-mandoline en écho.
Le dernier morceau, Tigresse, abandonne la danse de salon-viens-dans-mes-bras-chéri pour cette manière plus qu’usitée de danser seuls-ensemble : les danseurs bien chauds ne risquent plus le claquage sournois ou la fourbe tendinite, chacun pour soi, les bras en l’air youpiiiiiii.
Au vibraphone Jim Hart, debout sur les épaules de Red Norvo et Lionel Hampton se laisse aller à une folle impro gesticulée.
On les rappelle, ils soignent leur sortie avec un truc mi rock lent mi reggae.
On reprend son souffle, la vie continue.
Une vie de velours.

Dimanche 26 novembre 2017
L’Atelier du Plateau
Impasse du Plateau
75019 Paris


Lire aussi sur CultureJazz.fr :

Daniel ERDMANN’s Velvet Revolution : « A Short Moment Of Zero G »

Daniel ERDMANN's Velvet Revolution : « A Short Moment Of Zero G » -  voir en grand cette image
Daniel ERDMANN’s Velvet Revolution : « A Short Moment Of Zero G »
BMC Records



info document -  voir en grand cette image Chronique du disque « A Short Moment Of Zero G »par Yves Dorison - 4 novembre 2016.

> BMC - BMC CD 239 / UVM

Daniel Erdmann : saxophone ténor / Théo Ceccaldi : violon, alto / Jim Hart : vibraphone

01. A Pair of Lost Kites Hurrying Towards Heaven / 02. Infinity Kicks In / 03. Velvet Revolution / 04. Quand j´étais petit je rêvais d´être pauvre / 05. Les agnettes / 06. I See a Strange Light / 07. Swing für Europa / 08. Les frigos / 09. A short moment of zero g / 10. Try to Run / 11. Still a Rat // Enregistré à Budapest (Hongrie) du 15 au 18 mai 2016.


Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.

18 novembre – Ouverture du D’Jazz Nevers Festival 2017