« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » Charlie MARIANO : le scintillement d’une perle fine.

Charlie MARIANO : le scintillement d’une perle fine.

Silver Blue

D 13 avril 2007     H 09:55     A Thierry Giard    


Charlie Mariano (né en 1923) a parcouru le jazz depuis la fin des années 40 en suivant des chemins sinueux, dans la quête perpétuelle d’un ailleurs musical possible. Il lui fallut d’abord se démarquer de Charlie Parker puis sortir de l’image sans doute trop restrictive du jazz West Coast. C’est peut-être une attirance vers l’Est qui l’amena à épouser la pianiste Toshiko Akiyoshi et, plus tard, à émigrer vers l’Europe pour s’installer en Allemagne où il réside aujourd’hui. Toujours ouvert à de nouvelles rencontres, il travailla ainsi avec des musiciens européens comme Philip Catherine, Jasper Van’t Hof ou André Jaume mais son attirance pour l’Orient l’amena aussi à s’immerger dans les musiques de l’Inde en compagnie du Karnataka College of Percussion.

on aime !
on aime !

Avec ce nouvel album, Silver Blue, à plus de 80 ans, il atteint la sérénité. De cette musique émane un sentiment de vie et de paix intérieure, qui n’est pas le fruit du hasard. Pour cette séance d’enregistrement, toute simple en apparence, Charlie Mariano a choisi d’associer sa voix à la force tranquille d’un trio franco-suisse vraiment remarquable. Jean-Christophe Cholet (le français), Heiri Känzig et Marcel Papaux (les suisses) ont une vision large du jazz associée à une culture riche venant de multiples expériences. Ce trio peut, avec la même aisance, vivre pour lui même ou s’ouvrir à l’univers du soliste associé. L’ensemble, ici, est parfaitement en phase.

Charlie Mariano - « Silver Blue » -  voir en grand cette image
Charlie Mariano - « Silver Blue »
Enja records - 2007 - dist. Harmonia Mundi

Dès l’ouverture avec Prelude to a kiss, on sait qu’on écoutera ce disque avec beaucoup de plaisir. Le chant du saxophone, chaud, parfois fragile ou plus tranchant est porté par le piano de Jean-Christophe Cholet qui confirme cette fois encore qu’il est bien un des grands pianistes du jazz européen. Chaque note de piano est à la bonne place. Son phrasé suggère le swing, l’esquisse sans forcer le trait, sans effets inutiles, sans emphase.

Il faut prêter une attention particulière à ce quartet dans une interprétation de My Funny Valentine bercée par le travail rythmique subtil d’Heiri Känzig et Marcel Papaux, parfaitement soudés et complémentaires. Entre les standards et les compositions de Charlie Mariano, et juste après un Black Orpheus à vous faire fondre, J-C Cholet nous offre une très belle composition à la mélodie simple et claire Half Moon In A Blue Sky : un paradis pour le saxophoniste et ses trois complices.

Silver Blue est un disque de jazz intemporel, musique d’aujourd’hui riche des saveurs d’hier. La magie de l’équilibre.

> Si l’on en croît des sources bien informées, cette séance aurait fourni assez de belle musique pour un second album. Il est donc urgent de se procurer ce petit bijou. Cela incitera peut-être le label ENJA à nous servir la suite. On s’en régale à l’avance !


> Silver Blue - ENJA records ENJ-9507 2 - distribution Harmonia Mundi

  • Charlie Mariano (saxophone alto)
  • Jean-Christophe Cholet (piano)
  • Heiri Känzig (contrebasse)
  • Marcel Papaux (batterie)

enregistré en mars 2006 à Zürich

Compositions 2, 3, 6, 9 de Charlie Mariano.

1. Prelude To A Kiss (Duke Ellington) / 2. Cheers My Lady / 3. Ages Ago / 4. My Funny Valentine (Rodgers & Hart) / 5. My Foolish Heart (Victor Young)/ 6. He’s Gone / 7. Black Orpheus (Luis Bonfa) / 8. Half Moon In A Blue Sky (J-C Cholet) / 9. Dorothee


> Liens :

> Concernant l’actualité de Jean-Christophe Cholet, lire aussi la chronique du disque « Espace vital » du MCK trio.