« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » Sur un tronc commun : Frix et No Logo.

Sur un tronc commun : Frix et No Logo.

No Logo et Frix : deux jeunes formations à découvrir !

D 22 juin 2007     H 19:57     A Thierry Giard    


Frix et No Logo sont deux quartets appartenant à cette nouvelle génération de musiciens qui, pour être largement enracinés dans le jazz, n’en gardent pas moins les oreilles grandes ouvertes sur les apports du rock, de l’électro ou des musiques issues d’autres contrées du globe. Une approche universaliste et exigente où l’on trouve la rigueur d’artisans créateurs soucieux de donner le meilleur sans prétention et souvent avec humour.

Ces deux formations ont en commun la contrebasse d’Ivan Réchard et la batterie de Donald Kontomanou mais dans des univers distincts. Deux dominantes : les cordes pour l’une et les saxophones pour l’autre.

NO LOGO - « Off the cuff »

No Logo - « Off the Cuff » -  voir en grand cette image
No Logo - « Off the Cuff »
Autoproduction - 2007

« No Logo : La tyrannie des marques » est un des livres de référence de l’altermondialisme écrit par la journaliste canadienne Naomi Klein paru en janvier 2002. Le choix d’un tel intitulé ne relève pas du hasard pour ce groupe qui revendique une identité artistique hors de tout contexte de mode ou de chapelle.

Depuis 2003, année de sa création, No Logo développe un répertoire basé essentiellement sur les compositions de Nicolas Maïofiss, violoniste qui s’est construit une identité en allant se frotter à des pointures de la scène anglaise pendant quelques années.

Off the cuff est le premier album, autoproduit, du groupe qui a attendu une nécessaire maturité pour enregistrer : démarche courageuse et intelligente ! On se laisse vite prendre au plaisir de l’écoute grâce à des compositions bien campées sur leurs bases, servies par des solistes intéressants. Le recours à un dosage subtil de sonorités électriques, à une rythmique ferme, renvoie à des souvenirs de la période effervescente où John McLaughlin avait à ses côtés le violoniste Jerry Goodman, où Tony Williams pilotait son Lifetime (la batterie de Donald Kontomanou fait souvent penser à ce maître du drumming). La référence à Jean-Luc Ponty vient aussi à l’esprit (il partage avec les frères Réchard des origines bas-normandes !) mais il n’y a pas dans No Logo la tentation virtuose souvent démonstrative du célèbre violoniste.

Si ce groupe n’a pas de leader, on remarque quand même la « patte Maïofiss », auteur de la plupart des compositions, mais il ne faudrait pas négliger la subtilité discrète de Loïc Réchard, toujours présent, légèrement en arrière-plan à la manière d’un Ben Monder (une référence qui compte !).

Voilà donc un quartet qui mérite la reconnaissance d’un public ouvert en sachant allier avec un subtil dosage tradition et modernité comme dans Graffiti qui commence façon drum’n’bass et se poursuit sur des variations rythmiques surtout pas mécaniques. Parmi les réussites de cet album, on retiendra 30 et le joli Loughborough’s Spaceships, de Nicolas Maïofiss et les atmosphères plus tendues des deux compositions de Loïc Réchard, Duffer et Trocadéro.

Frix - « Girl Inside »

Frix - « Girls Inside » -  voir en grand cette image
Frix - « Girls Inside »
Le Petit Label - 2007

On retrouve donc Ivan Réchard et Donald Kontomanou dans Frix, en compagnie, cette fois, de deux saxophonistes : Cyrille Méchin, exclusivement au ténor et Étienne de La Sayette, plus polysinstrumentiste puisqu’aux anches, il ajoute flûte et clavier. On retrouvera inévitablement des points communs dans la manière de « driver » ces deux groupes sur le plan rythmique mais Frix revendique un univers différent, assez décalé (Décal donne le ton avec l’utilisation d’un « leçon de choses divine » échantillonnée !).

On comprend d’emblée qu’on entre dans un univers à la Raymond Queneau, une poésie musicale assez surréaliste, souvent au second degré. Girls Inside, ce pourrait être Zazie dans le métro mais il ne faudrait pas en rester à l’aspect anecdotique des samples et autres effets humoristiques. Frix, c’est aussi une manière subtile d’articuler le dialogue entre les anches (le ténor confronté aux timbres des différents instruments d’E. de le Sayette). A cet égard on remarque la place de la flûte dans Silence zone, par exemple, sur une rythmique ensoleillée avec des moments de solo absolu....

Girls Inside est le second album de Frix sur le Petit Label, l’éditeur associatif bas-normand qui sait produire des disques comme des pièces simples et rares et non comme des produits de consommation courante. Une belle manière de valoriser le travail des musiciens-créateurs qu’il enregistre et/ou diffuse.

Une raison de plus pour dire que Girls Inside est tout à fait recommandé : un beau disque de jazz moderne avec une pochette volontairement ambiguë qui pourrait surprendre... Simplement décalée, sans doute ! L’humour, toujours...


> NoLogo : Off the cuff - autoproduction - http://nologoband.free.fr (écoute d’extraits)- mail : nologoband@free.fr

  • Nicolas Maiofiss : violon
  • Loïc Réchard : guitare
  • Ivan Réchard : contrebasse
  • Donald Kontomanou : batterie

Composition de Nicolas Maîofiss, sauf 4 et 8 par Loïc réchard, 9 par Yvan Réchard.

1/ Four O’zone ; 2/ Graffiti ; 3/ Roma ; 4/ Duffer ; 5/ 30 ; 6/ Off the Cuff ; 7/ Safe and sound ; 8/ Trocadéro ; 9/ Immobile ; 10/ Tribalistic ; 11/ Loughborough’s Spaceships.


> Frix : Girls Inside - Le Petit Label - PL008 - http://www.petitlabel.com

  • Ivan Réchard : contrebasse,
  • Donald Kontomanou : batterie,
  • Cyrille Méchin : saxophone ténor,
  • Etienne de La Sayette : saxophones alto, soprano et baryton, flûte, clavier, samples.

Enregistré en juin 2006.

Compositions de Ivan Réchard (1 & 2), Etienne de la Sayette (3, 4, 5, 6, 7, 8)

1/ Décal ; 2/ Mini Me ; 3/ Zlatibor ; 4/ Loin ; 5/ Clinton Bugs ; 6/ Silence zone ; 7/ Noons ; 8/ Girls inside.


> Liens :