« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2013 » STRAIGHT NO CHASER ?

STRAIGHT NO CHASER ?

Version « Kubic » ou « n’Roll », Thelonious Monk est à l’honneur...

D 15 mars 2013     H 07:57     A Philippe Paschel    


Les thèmes de Thelonious Monk ont des allures de petites ritournelles, assez semblables, ce qui en rend difficile l’identification. C’est qu’ils sont composés de brèves suites de notes chromatiques, d’intervalles variables suivis d’autres répliques chromatiques, ce qui a comme conséquence , comme Pedron le résume plaisamment, que quand on lit du Monk à l’envers, c’est encore du Monk) (1) . Leur apparente simplicité n’a pas attiré souvent les interprètes -à part ‘Round about midnight, thème qui commence très monkiennement, mais se résout traditionnellement (intervention du co-auteur Cootie Williams ?)- qui, de plus, les dé-monkisent volontiers (Enrico Pieranunzi jouant I mean you dans son récent “Live at the Village Vanguard”).

Pierrick PÉDRON : « Kubic's Monk » -  voir en grand cette image
Pierrick PÉDRON : « Kubic’s Monk »
ACT / Harmonia Mundi
Francesco BEARZATTI TINISSIMA 4et : « Monk'n'Roll » -  voir en grand cette image
Francesco BEARZATTI TINISSIMA 4et : « Monk’n’Roll »
CAMJazz / Harmonia Mundi

Il est alors remarquable de voir deux jeunes musiciens au talent confirmé affronter le répertoire monkien. Le disque de Francesco Bearzatti, enregistré le premier (Cavilicco -Udine- les 3-6 janvier 2012), est sorti six mois après celui de Pierrick Pédron (enregistré à Paris le 9 juin 2012). C’est la musique d’aujourd’hui.

Pierrick Pédron (Saint-Brieuc, Bretagne, 1969) l’a fait en trio saxo alto-basse-batterie (avec l’adjonction d’un trompettiste pour trois morceaux), très arrangé du point de vue rythmique, la basse jouant sur les temps. Les thèmes semblent à la fois indépendants des rythmes et à certains endroits les rejoignent d’une manière inattendue. Cela donne une musique nerveuse, pourvue d’une énergie palpable qui en rend l’écoute prenante (lire ici).

Francesco Bearzatti (Pordenone, Frioul-Vénétie, 1966) a utilisé presque le même format trompette-sax ténor-basse-batterie, mais avec un ajout d’effets électroniques. Son originalité, déclarée dans le titre et dans la liste des morceaux, est d’avoir associé des thèmes de Monk avec des thèmes de rock’n’roll. Ce point précis m’échappe car je ne ne connais pas ces musiques, qui m’apparaissent dès lors comme faisant partie d’arrangements sur la musique de Monk.

Ce qui vient d’abord à l’esprit, ce sont les trafics que Spike Jones faisait des pièces de musique classique ou de musique populaire, accélérant les tempos, transformant l’instrumentarium, parsemant le tout de bruits divers. Ainsi le thème de Blue Monk est d’abord joué avec des trémolos, puis sur un rythme de rock ou Brillant corners chanté par un chœur, ou encore ‘round midnight attaqué sur une sorte de marche rapide. Mais Bearzatti n’a pas qu’une intention humoristique. _ Il a aussi, d’une autre manière que Pedron, une pratique des ritournelles monkiennes sur des rythmes inhabituels, ces morceaux de rock’n roll connus et répertoriés dans le générique du disque (voir ci-dessous).
On entend de la bonne musique, parfois surprenante, comme ces solos qui semblent de guitare (Trinkle Tinkle ou Bye-Ya) et sont sans doute attribuables à l’électronique dont est crédité Bearzatti (du saxo, comme pourrait le montrer certaines attaques “soufflées”).
Bearzatti soliste est un improvisateur formidable, débordant d’idées et d’énergie. Giovanni Falzone, le trompettiste, utilise souvent un impressionnant jeu de sourdine avec divers effets électroniques, comme dans Misterioso (2), entièrement wah-wah. À l’oreille, on ne sait d’ailleurs pas toujours qui joue quoi. La section rythmique joue un rôle essentiel, par sa versatilité, les changements immédiats de styles.
Crepuscule with Nellie (sic) est, comme le veut la tradition, joué tel quel.

C’est un disque qui surprendra -agréablement ou non selon la proximité de l’auditeur avec le rock ou le blues, ou selon son esprit d’aventure-, mais il dégage une joie et une énergie peu communes de nos jours dans le jazz européen, ce qui en fait un disque nécessaire dans notre époque de morosité et une musique enthousiasmante et qui suscite souvent la gaîté.
C’est une nourriture roborative.
Ils seront en concert à Paris le 20 mars 2013 à la Dynamo. J’y serai.

Le jeu des différences :
Thelonious Monk : « Underground » -  voir en grand cette image
Thelonious Monk : « Underground »
Columbia / Universal - 1968.
Francesco Bearzatti : « Monk'n'roll » -  voir en grand cette image
Francesco Bearzatti : « Monk’n’roll »
CamJazz / Harmonia Muni - 2013
De 1968 à 2013... on notera le soin apporté à la réalisation d’un « remake » décalé de la pochette ! Ah ces italiens ! - NDLR-

Notes :

  • (1) “La musique de Monk se regarde aussi : tu prends une partition, tu la retournes, et tu verras encore la même phrase. Quoi que tu fasses, tu retrouves cette figure ? C’est typique de Monk” in JazzNews n° 18 janvier-février 2013, p. 47a.
  • (2) Rappelons que Charlie Rouse dans le quartet de Monk se retrouvait souvent en trio sans piano, son patron dansant autour de celui-ci ou le contemplant mystérieusement, n’intervenant lors du solo du saxophoniste que pour de brefs rappels à l’ordre harmoniques.

> À lire aussi sur CultureJazz.fr :


> Francesco BEARZATTI TINISSIMA 4et : « Monk’n’Roll » - CAMJazz CAMJ7859-2 / Harmonia Mundi

Francesco Bearzatti : saxophone ténor, clarinette, électronique, voix / Giovanni Falzone : trompette, effets, voix / Danilo Gallo : basse électrique et acoustique, contrebasse, voix / Zeno De Rossi : batterie, percussion, voix, sifflet.

NB : compositions de Thelonious Monk sauf les titres associés dans les plages.
01. Misterioso - Shine on You Crazy Diamond (Gilmour, Waters, Wright) / 02. Bemsha Swing - Another One Bites the Dust (Deacon - Queen) / 03. Bye-Ya - Oh Pretty Woman (Orbison, Dees) / 04. Green Chimneys - Money (Waters) / 05. Misterioso / 06. Trinkle Tinkle - Back in Black (Young, Young, Johnson) / 07. Round Midnight - Walking On The Moon (Sting) / 08. In Walked Bud - Billy Jean (Jackson) / 09. Misterioso - Shine On You Crazy Diamond (Gilmour, Waters, Wright) / 10. Brilliant Corners - Under Pressure (Bowie, Queen) / 11. Straight No Chaser - Walk This Way (Tyler, Perry) / 12. Crepescule With Nellie / 13. I Mean You - Immigrant Song (Page, Plant) / 14. Misterioso - Shine On You Crazy Diamond (Gilmour, Waters, Wright) / 15. Blue Monk - My Sharona (Berton, Douglas) / 16. Criss Cross - Walk On The Wild Side (Reed) // Enregistré et mixé à Cavalicco (Udine - Italie) et janvier 2012.

> Liens :