« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2015 » Sylvain BEUF : « Plénitude »

Sylvain BEUF : « Plénitude »

Second opus du quartet electrique du saxophoniste.

D 21 septembre 2015     H 07:00     A Florence Ducommun    


C’est le retour d’un quartet épatant, déjà largement encensé par la critique lors de la sortie du premier disque « Electric Excentric » en 2012 et qui marquait un tournant dans la carrière de Sylvain Beuf. L’incontournable saxophoniste français reprend donc la formule avec les mêmes musiciens, soit Manu Codja à la guitare, Philippe Bussonnet à la basse et Julien Charlet à la batterie, auquel s’est joint cette fois Laurent Coulondre aux claviers et orgue.

Sylvain BEUF : « Plénitude » -  voir en grand cette image
Sylvain BEUF : « Plénitude »

On ne présente plus les trois premiers, que pour souligner leur côté solide, tant en amitié qu’en accompagnateurs exigeants, des piliers sur lesquels s’appuie la musique de Sylvain Beuf. Un mot toutefois sur le jeune Laurent Coulondre, 26 ans, talent Jazz Adami 2015-16, Génération Spedidam 2014-17 et lauréat du Concours National de Jazz à la Défense 2014. Il joue aussi bien en leader ( et sort son 3° album en trio fin septembre Schizophrenia) qu’en sideman recherché. C’est donc un très bon atout que de se l’être adjoint en particulier sur quelques plages ( Matoubi, Christmas Song, Enigmatic). Quand à Sylvain Beuf, il montre une fois de plus ses talents de compositeur, avec une maîtrise et un son qui n’ont rien à envier à des musiciens auxquels on pourrait le comparer tels que Joshua Redman ou Michael Brecker. En particulier dans l’association de la guitare avec des claviers électriques, qu’il n’avait pas encore expérimenté et qu’il réalise avec succès.

Mon Ange entame le disque sur deux douces minutes chuchotées à la guitare et saxophone, saupoudrées de quelques cymbales, pour introduire le second titre Matoubi , qui s’envole immédiatement avec le drumming efficace de Charlier, tout en souplesse. Les compositions originales se succèdent, l’orgue de Coulondre est souvent discret sauf dans Christmas Song où il fait penser à Eddy Louiss, tandis que la guitare de Codja est toujours implacable et nerveuse et la basse de Bussonnet très rassurante et parfois obsédante comme dans Enigmatic ou Clark and Division , plage magnifique aux ambiances contrastées. Open Mind tout comme Irish Walk sont enlevés et diablement dansants. La dernière plage est encore clin d’oeil à Chicago et termine le voyage avec la même douceur que Mon Ange...durant ces neuf très beaux morceaux, le saxophoniste n’aura cessé tout du long de nous emmener vers les hauteurs.

Voilà donc un disque anti-morosité ambiante, nous entraînant avec lui dans un sillage positif. Oui, Sylvain Beuf signe une fois de plus avec ses compagnons de route, une musique épanouie et équilibrée, pleine de grâce et de la lumière qui semble s’être déposée sur lui, le regard vers d’autres sommets à atteindre...car il n’a pas fini de nous surprendre !



Sylvain BEUF : « Plénitude »

> Impro Primo Records IPR 15001 / Socadisc

Sylvain Beuf : saxophones ténor et soprano, compositions sauf 9 / Manu Codjia : guitare / Philippe Bussonnet : basse électrique / Julien Charlet : batterie / Laurent Coulondre : claviers et orgue

01. Mon ange / 02. Matoubi / 03. Clark & Division / 04. Christmas Song / 05. Moon on the Sea / 06. Open Mind / 07. Irish Walk / 08. Enigmatic / 09. Lincoln Park South (Raphaël Beuf) // Enregistré à Vannes (France) en septembre 2014.