« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2016 » Vitrine d’automne 2016 #1 : 5 disques.

Vitrine d’automne 2016 #1 : 5 disques.

D 29 septembre 2016     H 17:20     A Florence Ducommun, Thierry Giard, Yves Dorison    


Au menu :


Andrew CYRILLE Quartet : « The Declaration Of Musical Independance »

info document -  voir en grand cette image

info document -  voir en grand cette image
On aime !

À 77 balais, l’un des batteurs les plus iconoclastes de la planète free, Andrew Cyrille, fait croire à ceux qui ne le connaissent pas encore qu’il sort à peine du nid avec une musique actuelle, exempte d’œillères propices au repli nostalgique. Ceux qui le connaissent, eux, noteront un léger surcroît de sérénité dans son jeu. Le natif de Brooklyn donne d’abord une leçon de gestion de l’espace, accompagné par le nécessaire Bill Frisell qui, dans ce domaine, en connaît un rayon. Bon, on vous accorde que Richard Teitelbaum nous est inconnu et que ses claviers se fondent dans l’univers cyrillien avec aisance, que Ben Street, contrebassiste très demandé que nous peinons à reconnaître à sa juste valeur, est un peu lointain dans le mix (Manfred, merde ! enfin quoi ?) mais cela ne nuit pas pour autant à l’atmosphère générale du disque, atmosphère oscillant entre la claire introspection et la théâtralité percussive dont peut faire preuve en toute spontanéité le compagnon de route de Cecil Taylor. Au final, ce quartet nous livre un disque attrayant par bien des aspects sur lequel surnage la patte frisellienne.

. :: Y.D. ::.


Taylor HO BYNUM PlusTet : « Enter the PlusTet »

Taylor HO BYNUM PlusTet : « Enter the PlusTet » -  voir en grand cette image
Taylor HO BYNUM PlusTet : « Enter the PlusTet »
Firehouse 12 recordings
info document -  voir en grand cette image
On aime !

« Taylor Ho Bynum, le cornet à pédales », ainsi s’intitulait l’article que je publiais il y a tout juste deux ans (CultureJazz - septembre 2014), pour évoquer le périple effectué à vélo par le cornettiste américain (et agitateur d’ensemble variés). 2500 kilomètres le long de la Côte Ouest des USA, de Vancouver (Canada) à Tijuana (Mexique), ça laisse le temps de réfléchir à sa musique et au monde dans lequel on vit. Ça permet aussi de rencontrer nombre de musiciens professionnels ou amateurs au fil des concerts qui marquaient les étapes de cette tournée peu commune.
Suite à cette expérience, nous parvient le nouvel album de cet incroyable musicien, hyperactif autant qu’imaginatif. Impossible d’attendre plus longtemps pour vous en parler !
Dans sa longue complicité avec Anthony Braxton, Taylor Ho Bynum a acquis une science de l’écriture modulaire qui permet une interaction constante entre composition et improvisation (Sleeping Giant en est une belle illustration). Au fil de ces trois longues plages, on passe tout naturellement de moments d’improvisation collective à des séquences résolument jazz, quasi-elligtoniennes (Three -For Me, We and Them- dédié à l’orchestre de James « Jabbo » Ware) où les solistes se succèdent « à l’ancienne » sur fond de big-band (en apparence) velouté ce qui n’empêche pas quelques envolées plus sauvages (Mary Halvorson, guitariste diabolique au début de Three par exemple...). La réussite de cet album est liée aussi à la réunion de talents souvent légendaires à laquelle est parvenu Taylor Ho Bynum pour constituer son PlusTet sur la base du sextet qu’il anime depuis plusieurs années. Quinze musiciens réunis pour « la joie que procure la réunion d’un grand groupe d’artistes jouant ensemble » comme le dit Taylor Ho Bynum qui a la volonté de créer un espace de partage, de camaraderie, d’exploration, et de découverte. Cet ensemble inter-générationnel, masculin-féminin se veut aussi un défi lancé dans une période d’incertitude sociale, politique et culturelle où les artistes sont trop souvent poussés à restreindre leurs ambitions pour des raisons « pratiques ». Assisté de ses anciens professeurs (Bill Lowe ou Jay Hoggard), de ses habituels camarades de jeu (Mary Halvorson, Tomas Fujiwara) et d’un cortège de musiciens très inspirés, il nous invite à écouter ce qu’il appelle son « dream band » (tous cités au verso de la pochette !) dans lequel il veut insuffler l’esprit d’Ellington, Sun Ra ou Chris McGregor sans oublier Braxton ! Ne nous privons pas de ce plaisir car cette musique des plus créatives est aussi très récréative et joyeuse ! Une réussite.

. ::TG ::.


Madeleine PEYROUX : « Secular Hymns »

info document -  voir en grand cette image

Nous avions par le passé remarqué le CD de Madeleine Peyroux « Standing on the rooftop » comme le premier de ses disques qui nous satisfit. Celui-là nous convient mieux encore. Racinaire à souhait, minimaliste et juste de bout en bout, baigné dans une acoustique chaude et profonde, cet enregistrement, réalisé en trois jours dans une église anglaise du XIIème siècle, parcourt le répertoire américain sans effet de manche aucun. Loin du strass de Broadway, des paillettes de la variété internationale et tout près de l’Amérique populaire, Madeleine Peyroux et ses deux musiciens livrent une performance intimiste et atemporelle, propre à égayer en douceur une après-midi automnale au coin du feu.

. :: Y.D. ::.


John SCOFIELD : « Country For Old Men »

info document -  voir en grand cette image

Sco, c’est un son. Certains disent que c’est le son. Chacun voit midi à sa porte. Lui aussi s’attaque avec ce nouveau disque au répertoire américain du XXème siècle (il semblerait que ce soit très tendance). Et ma foi, il le fait avec toute l’étendue de son talent au sein d’un quartet de luxe (Swallow, Goldings, Stewart) où la connivence est la règle. Le groove est énorme, le feeling dégouline et chaque note est à sa juste place. Plus potaches que Madeleine, pour tout dire plus laid back, Sco et consorts prennent le plaisir là où il vit, dans les mélodies tubesquement simples qui nourrissent l’inconscient universel, sans omettre de les rénover façon cuisine du terroir : c’est fin et ça tient au ventre. A déguster entre potes sans se poser de questions.

. :: Y.D. ::.


Ben WENDEL : « What we bring »

info document -  voir en grand cette image

info document -  voir en grand cette image
On aime !

Le saxophoniste new-yorkais Ben Wendel a sorti le 9 septembre dernier « What We Bring » son troisième disque en leader sur le label Motema. L’allure juvénile malgré ses quarante ans, ce saxophoniste ténor ( joueur également de basson ) , confirme une fois de plus son grand talent qui m’avait sauté aux yeux lorsqu’il avait joué l’an passé à Marseille dans le quartet de Guilhem Flouzat. Sensible, discret, mais déterminé, il apporte sa pierre à l’édifice de l’histoire du jazz sans l’ombre d’une hésitation. Recherché par bon nombre de musiciens dont les pianistes Tigran Hamasyan ou Dan Tepfer, il fait aussi partie du groupe Kneebody et joue ici avec Gérald Clayton au piano, Joe Sanders à la contrebasse et Henry Cole à la batterie avec Nate Woods aux percussions sur les titres Amian et Doubt.

Ce qui frappe sur ce disque hommage aux musiciens qui l’ont nourri, c’est la richesse de chaque composition aux titres percussifs, dans un style qu’on peut qualifier de post-bop. Joli clin d’oeil au Naima de John Coltrane avec Amian, ainsi que Song Song se référant au Poinciana d’Ahmad Jamal que Ben Wendel écoutait en boucle, il est très « up to date » dans Fall, printanier et chantant dans Spring, presque pop dans Soli, et se permet même une reprise du Solar de Miles Davis, fort réussie ma foi. Très jolie reprise également de la chanson Doubt de Jenn Wasner and Andy Stack plus connus sous le pseudonyme Wye Oak. Pour achever de vous convaincre, allez jeter un oeil et une oreille sur Youtube dans le projet du saxophoniste l’an passé qui sortait chaque mois un duo avec un invité et ami différent, inspiré de Tchaikowsky et appelé The Seasons. Un vrai régal !

. :: F.D. ::.


Les références, détails et liens :

Andrew CYRILLE Quartet : « The Declaration Of Musical Independance »

  • Ce disque figure dans la Pile de disques de septembre 2016 sur CultureJazz.fr ...ici...

> ECM - 471 9575 / Universal

Andrew Cyrille : batterie, percussions / Bill Frisell : guitare / Richard Teitelbaum : synthétiseur, piano / Ben Street : contrebasse.

01. Coltrane Time / 02. Kaddish / 03. Sanctuary / 04. Say... / 05. Dazzling Perchordally yours / 06. Herky Jerky / 07. Begin / 08. Manfred / 09. Song for Andrew No. 1 // Enregistré à New York en juillet 2014.

Taylor HO BYNUM PlusTet : « Enter the PlusTet »

> Firehouse 12 Records / www.firehouse12records.com (parution le 28/10/2016)

Taylor Ho Bynum : direction, cornet / Nate Wooley, Stephanie Richards : trompette / Vincent Chancey : cor / Steve Swell : trombone / Bill Lowe : trombone basse, tuba / Jim Hobbs : saxophone alto / Ingrid Laubrock : saxophones ténor et soprano / Matt Bauder : saxophones ténor et baryton / Jason Kao Hwang : violon et alto / Tomeka Reid : violoncelle / Mary Halvorson : guitare / Jay Hoggard : vibraphone / Ken Filiano : contrebasse / Tomas Fujiwara : batterie

01. Sleeping Giant / 02. Three (for Me We and Them) / 03. That Which Only... Never Before // Enregistré récemment aux USA.

Madeleine PEYROUX : « Secular Hymns »

> Impulse ! / Universal

  • Ce disque figure dans la Pile de disques de septembre 2016 sur CultureJazz.fr ...ici...

Madeleine Peyroux : voix, guitare / Jon Herington : guitare / Barak Mori : contrebasse

01. Got You On My Mind (Howard Biggs. Joe Thomas) / 02. Tango Till They’re Sore (Tom Waits) / 03. The Highway Kind (Townes Van Zandt) / 04. Everything I Do Gonna Be Funky (Allen Toussaint) / 05. If The Sea Was Whiskey (Leonard Caston. Willie Dixon) / 06. Hard Times Come Again No More (Stephen Foster) / 07. Hello Babe (Kansas Joe Mccoy. Lillian Lil Green) / 08. More Time (Linton Kwesi Johnson) / 09. Shout Sister Shout (Bill Doggett. Lucky Millinder) / 10. Trampin (Traditional) // Enregistré récemment dans une église en Grande-Bretagne dans les conditions du live.

John SCOFIELD : « Country For Old Men »

> Impulse / Universal

  • Ce disque figure dans la Pile de disques de septembre 2016 sur CultureJazz.fr ...ici...

John Scofield : guitare / Steve Swallow : basse / Larry Goldings : piano, orgue / Bill Stewart : batterie.

01. Mr Fool / 02. I’m So Lonesome I Could Cry / 03. Bartender’s Blues / 04. Wildwood Flower / 05. Wayfaring Stranger / 06. Mama Tried / 07. Jolene / 08. Faded Love / 09. Just A Girl I Used To Know / 10. Red River Valley / 11. You’re Still The One / 12. I’m An Old Cowhand // Enregistré récemment aux USA.

Ben WENDEL : « What we bring »

> Motéma - 234244 / Harmonia Mundi

  • Ce disque figure dans la Pile de disques de septembre 2016 sur CultureJazz.fr ...ici...

Ben Wendel : saxophone ténor, basson (1, 7) / Gerald Clayton : piano / Joe Sanders : contrebasse / Henry Cole : batterie /+/ Nate Wood : percussion sur 1 et 4.

01. Amian / 02. Fall / 03. Spring / 04. Doubt / 05. Song Song / 06. Soli / 07. Austin / 08. Solar // Enregistré par Nate Wood à Brooklyn (NY - USA) les 8 et 9 juin 2014.