« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2017 » WORKSHOP de LYON

WORKSHOP de LYON

en visite à Paris

D 28 avril 2017     H 05:30     A Alain Gauthier, Thierry Giard    


On les rappelle longuement pour un dernier morceau ouf de chez ouf : Anniversaire, hommage à un pote dans la salle et au Workshop himself. Cinquante années à jouer, composer, tenter, explorer. Christian ROLLET à la batterie, chouté au chouchen et emporté dans un furieux roulement celtique, Jean BOLCATO à la contrebasse et au souffle tient la baraque à frites sous pression, Jean-Paul AUTIN sax alto et sopranino et clarinette basse, Jean AUSSANAIRE sax alto et soprano tricotent à tour de bras une écharpe à points fantaisie. Le WORKSHOP de LYON comme à ses premières heures, qu’ils nous ont fait découvrir juste avant avec la première pièce de Bolcato, datée de 1967, s’il vous plaît, 1967 immense année musicale. Un morceau inspiré par le film Freaks. Autant dire que la pseudo bande-son est gravement monstrueuse : un cataclysme sonore que Quentin ROLLET à l’alto et en guest, ne vient pas amoindrir.

JPEG - 98.4 ko

On le sait, le Workshop est comme une marque si ancienne dans le free jazz qu’ils auraient pu se lasser. Ben non, ces mecs ne lâchent rien. Et d’un morceau à l’autre, ils nous font passer du cataclysme à la mélodie, du boxon à la ritournelle, de la musique OUT à la musique IN.
Animés d’une énergie qui rendrait jaloux n’importe quel ingénieur nucléaire incompétent (pléonasme ), ils alternent morceau enlevé olé olé et morceau calmosse. Ils font bien, on a du temps pour se remettre. Primo parce que, une fois n’est pas coutume à l’atelier du Plateau, le concert n’est pas acoustique et segundo, pour se détendre les esgourdes et les défroisser.
Avec le Corridor de Robben, on croit entendre l’Art Ensemble of Chicago, rien ne les arrête. Bolcato a inventé un management musical tout à fait original : à la respiration. Si les regards se croisent et se décroisent à l’envi, lui, quand il gonfle puis dégonfle ses outres intérieures, tout le monde le suit. Hop hop : au thème !! Hop hop, fini le chorus, tous ensemble. Free mais pas que, faut pas déconner.
Le calme Marcello nous a détendus, les deux altos ( un alto deux alti ? ) tirent des sons longs d’où on ne sait mais longs. Tant d’amour du Bolcato à son fils Marcello. On a à faire avec une bande de potes, des mecs solidaires et soudés, chacun a le souci de l’autre et ils y vont ensemble. La virtuosité, ils s’en foutent, Inutile de dévaler son instrument à toute blinde tu l’as vu ma filante, non, eux, c’est la sincérité. Des gamins empreints de naïveté, de fraîcheur. Après toutes ces années, faut le faire, non ? Le chant bien fatal, c’est tout à fait ça.
On a eu droit à Une douceur veloutée dont le titre cache totalement la folie free : Rollet introduit a cappella, Bolcato suit, puis la clarinette basse et l’alto. Une partition, ils auraient une partition ? La même ? C’est sûr et certain ?
Il y a la Mob à Momo aussi et, tout au début, Plein de Flore, dédiés à trois femmes importantes du Bolcato. Ces galopins n’ont rien oublié des petits bonheurs qui font la vie belle. Les groupies dans la salle, beaucoup de babyboomers bon pied bon œil nous rappellent que le monde n’existait pas avant eux et qu’après eux, fume !!!
Reste plus qu’à attendre leur centenaire.
Merci les mecs.

JPEG - 151.9 ko

Samedi 22 avril 2017
Atelier du Plateau
Impasse du Plateau
Paris 19è

Alain Gauthier

Merci à Marceau Brayard (de CultureJazz !) pour les photos prises au festival A Vaulx Jazz (Vaulx-en-Velin - 69) en mars 2017.


LE COFFRET du mi-centenaire !

WORKSHOP DE LYON : « 50e Anniversaire – Albums, raretés , inédits »

info document -  voir en grand cette image info document -  voir en grand cette image Le Free Jazz Workshop devenu ensuite le Workshop de Lyon a été construit à Lyon en 1967. Il conserve aujourd’hui deux pièces d’origine coulées dans le bronze le plus pur, Christian Rollet et Jean Bolcato, batterie et contrebasse (mais pas que...) mais il a toujours carburé du feu de Dieu avec des « souffleurs », forgerons et ciseleurs de notes exceptionnels et engagés (Maurice Merle, Louis Sclavis, Jean Méreu et depuis un bon bout de temps Jean-Paul Autin et Jean Aussanaire). Il y eut même un piano dans les années 70 (Patrick Vollat). Toute une histoire donc que nous raconte ce coffret d’une importance exceptionnelle qui permet de retrouver des albums légendaires accompagnés de documents inédits. OUI !, ce coffret est un monument de notre histoire musicale nationale !

Thierry Giard

On notera que les deux albums les plus récents du Workshop ne figurent pas dans ce coffret. « Slogan » (2008 - Chronique CultureJazz - OUI !) et « Lettres à des amis lointains » (2014 - Chronique CultureJazz - OUI !) sont toujours au catalogue du label (voir ici...).

> ARFI – Bisou-Records - BIS004-U (6 CDs) / L’Autre distribution

Au fil des années et des formules : Jean Aussanaire : saxophones / Jean-Paul Autin : saxophones, clarinettes / Jean Bolcato : contrebasse, voix / Jean Mereu : trompette / Maurice Merle : saxophones, tuba, percussions, voix / Christian Rollet : batterie, percussions, basse à vent, trombone / Louis Sclavis : saxophones, clarinettes / Patrick Vollat : piano, piano préparé

CD 1 : Inter Fréquences – Free jazz Workshop 1973
CD 2 : La Chasse de Shirad Sharibad 1975 + Concert aux Ateliers de Lyon 1979
CD 3 : Tiens ! Les Bourgeons Éclatent – 1978
CD 4 : Concert Lave – 1980 + Musique Basalte 1981
CD 5 : Anniversaire – 1988 + Fondus -1997
CD 6 : Chant Bien Fatal – 1991 + Arzana - 2010