« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Aux Studios La Buissonne, l’essentiel est invisible...

Aux Studios La Buissonne, l’essentiel est invisible...

Une « mise au vert » pour le meilleur de la musique.

D 26 novembre 2012     H 06:35     A Denise Giard    


Il en est des lieux comme des gens avec lesquels le « courant » passe tout de suite.

Nous savions depuis déjà bien longtemps que les studios «  La Buissonne  » à Pernes-les-Fontaines ( Vaucluse) faisaient partie de ceux-là mais n’avions pas encore eu l’opportunité de nous y rendre.

C’est chose faite depuis une belle journée de septembre 2012 où nous avons assisté à l’enregistrement du futur album du sextet franco-américain « Constellation » réuni par Christophe Marguet (lire ici !).

les studios La Buissonne à Pernes-les-Fontaines

Nous avons ainsi pu vérifier les dires des musiciens qui nous parlent de « La Buissonne » comme d’un « confortable cocon » dans lequel ils peuvent exprimer leur musique « en toute sérénité ».

info document -  voir en grand cette image
Gérard de Haro avec Andy Emler
© Andyemler.eu

Venir enregistrer à Pernes-les-Fontaines, c’est une parenthèse dans le rythme trépidant auquel ils sont soumis la plupart du temps. C’est une « mise au vert » qui leur permet de se concentrer uniquement sur leur musique.

A l’origine, il y a la passion de l’homme qui a créé ces studios en 1987 avec deux amis d’enfance. Pour Gérard de Haro, c’était un rêve, comme une évidence pour le musicien qu’il est, formé aux techniques du son.
Et cela fait bientôt 26 ans que cela dure !

Aujourd’hui, un millier d’albums comporte la mention « enregistré aux studios la Buissonne à Pernes les Fontaines ».

De renommée internationale, spécialisés dans la prise de son acoustique, les studios bénéficient de la reconnaissance des professionnels dans tous les domaines : jazz et classique, bien sûr, mais aussi rock, world, variété, musique contemporaine et musiques de film !

L’envie de partager, de transmettre, étant la clé de voûte de cette aventure, et après avoir travaillé pendant plus de quinze ans pour les plus grands labels, la production est devenue incontournable et « La Buissonne » a créé sa propre collection.
Le label, distribué par Harmonia Mundi a vu le jour en 2003.

info document -  voir en grand cette image
Logo de la Buissonne
info document -  voir en grand cette image
Salle de mastering
info document -  voir en grand cette image
Les disques du label affichés dans l’entrée

Rêve, passion, il faut bien plus que cela pour qu’une entreprise comme « La Buissonne » fasse parler d’elle comme elle le fait aujourd’hui.

> Il faut d’abord des oreilles en or et une culture musicale qui dépasse « l’entendement ».

Gérard a su s’entourer de formidables ingénieurs du son qui, outre leurs compétences techniques, adhèrent à l’esprit de la maison.
C’est Nicolas Baillard qui était aux commandes de la console lors de notre visite et nous l’avons vu ciseler comme un orfèvre la matière précieuse que lui confiaient les musiciens.
La « technique » du son, même si elle est au plus haut niveau, semble un mot impropre aux studios « La Buissonne » ; on a plutôt à faire à la « vie » du son.

> Il faut de la patience, beaucoup de patience, une capacité d’écoute pour la musique mais aussi pour les doutes des artistes. Et puis, des neurones branchés en permanence sur la sensibilité musicale de chaque soliste, comme pour anticiper ses désirs.

Les échanges à mi-mots, à mi-notes entre le génie du son et les musiciens, finissaient de nous convaincre que l’homme de l’ombre de la salle de régie peut être un membre à part entière de la formation qu’il enregistre.

> Il faut un matériel époustouflant, il y est mais on y trouve aussi des instruments de « caractère » qui font sa réputation, comme le magnifique piano Steinway Grand Concert et la « vieille » batterie Ludwig.

info document -  voir en grand cette image
Benjamin Moussay sur le fameux Steinway de la Buissonne
info document -  voir en grand cette image
Christophe Marguet, Cuong Vu, Chris Cheek en régie avec Nicolas Baillard
info document -  voir en grand cette image
Régis Huby, Christophe Marguet, Chris Cheek en pleine réflexion avec Nicolas Baillard

> Il faut une puissance de travail au-delà des bornes du « raisonnable » et de l’énergie, beaucoup d’énergie pour gérer cette entreprise qui ne permet guère aux ingénieurs du son de reprendre leur souffle.

En plus de l’essentiel lié à la musique, Gérard de Haro, Nicolas Baillard et Mohn Pincemin ( le nouveau de l’équipe) assurent aussi tout le reste : accueil, courriers, entretien du lieu, comptabilité, communication...et plus encore.

> Il faut une volonté de rendre les musiciens heureux et ça, ce n’est pas dans la fiche technique du studio mais à les entendre en parler et à écouter les disques qui en sortent, il faut croire que la magie opère.

Gérard de Haro, met l’Humain en tête de gondole et s’applique au partage d’émotions et de rêve à travers la musique.

Éthique et esthétique sont les maîtres mots de cette entreprise qui ne se laisse pas dominer par des concessions économiques ou commerciales.

On ajoutera à tout cela qu’à « La Buissonne » :

> dedans, le paradis de la technique s’allie à une déco « comme à la maison », où on se sent bien : canapés, photos, instruments d’ici et d’ailleurs, petites lampes qui créent l’ambiance « cocooning ».

Benjamin Moussay et Steve Swallow écoutent « comme à la maison »

> dehors, il y a le ciel, le soleil et... pas la mer... mais un petit village de Provence, la cité aux quarante fontaines, où l’eau coule sur toutes les places.

Il faut avouer qu’entre les prises, faire la pause repas sur une terrasse provençale ressource sans doute mieux les musiciens que sur celle d’un boulevard parisien.

Si les studios « La Buissonne » nous interpellent ainsi, c’est que même s’ils sont ouverts à d’autres musiques que le jazz, ils font « jaser » dans le milieu du jazz tant ils en ont l’esprit.

Un groupe de rock atypique, PHOSPHENE y a enregistré en 2010 un album intitulé « L’essentiel est invisible » et c’est exactement ce que nous ressentions en quittant La Buissonne.


> À lire aussi sur CultureJazz.fr :

  • L’enregistrement du CD de Christophe Marguet « Constellation : Chut ! On enregistre », à la Buissonne en septembre 2012
  • Chronique du disque de Vincent Courtois « Mediums » (Label La Buissonne - 2012) - OUI ! on aime.
  • Chronique du disque Caravaggio « #2 » (Label La Buissonne - 2012).
  • Chronique du disque du MegaOctet d’Andy Emler « E total » (Label La Buissonne - 2012) - OUI ! on aime.
  • Chronique du trio Zéphyr avec Steve Shehan : « Sauve tes ailes » (Label La Buissonne - 2012)

etc.

Les disques du label La Buissonne sont distribués par Harmonia Mundi.


> Où est-ce ?


Voir une carte plus grande

> Liens

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.

18 novembre – Ouverture du D’Jazz Nevers Festival 2017