« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2015 » LUBERON JAZZ FESTIVAL 2015 : imaginatif !

LUBERON JAZZ FESTIVAL 2015 : imaginatif !

Du 2 au 7 juin, un festival joyeux et ouvert.

D 22 juin 2015     H 08:45     A Florence Ducommun    


Une belle manifestation à l’occasion des 25 ans du festival basé principalement à Apt dans le Vaucluse, mais aussi Saignon et Gargas le dimanche, deux villages voisins.

Cliquez sur les petites images pour les agrandir. D’autres images dans le portfolio en bas de page !

Brass Mask -  voir en grand cette image
Brass Mask

Katherine Couzinet, la présidente du festival peut être fière du travail accompli pour les 25 ans de Jazz en Luberon cette année. Avec autant de concerts que d’années passées, 69 musiciens et six jours de festivités sous un soleil de plomb, grâce au travail acharné de toute son équipe, et l’enthousiasme de chacun, tout s’est bien déroulé, hormis une fréquentation en baisse dont l’origine est multifactorielle ( les deux principales étant un changement de calendrier sans jour férié, ainsi que comme chacun sait hélas, le nivellement culturel par le bas…). Saluons donc l’exigence et l’éclectisme de la programmation et sa qualité, où chacun pouvait trouver ce qu’il cherchait, avec à côté des soirées, les concerts de 12h30, la fanfare de rue, les conférences et le cinéma en après-midi, et les afters au Bocal du Vélo Théâtre. C’est Pascal Charrier, guitariste qui en a été le coordinateur, aidé par le contrebassiste Frédéric Bargeau Briet, le claviériste Julien Tamisier et le saxophoniste Robin Fincker. Un festival de jazz et des musiques improvisées donc, à l’affiche peu racoleuse, au contraire de certains festivals qui ne programment que ce qui est « bankable » …

Le mardi 2 juin, était programmé en ouverture, le duo de Sarah Murcia et Magic Malik, puis à 12h30 le lendemain, le duo de Raphael Imbert et Karol Beffa auxquels je n’ai pu assister à mon grand regret, mais dont on m’a rapporté la grande qualité ; a fait suite dans l’après midi du mercredi 3 juin le spectacle jeune public « Entre chou et loup » avec Sylvaine Hélary et Noémie Boutin qui a régalé enfants et parents.

Pour ma part, le festival a commencé en soirée au Vélo-Théâtre d’Apt ( superbe endroit que cette ancienne usine de fruits confits ! ) avec deux très beaux concerts :

JPEG - 88.7 ko
Ómun quartet

ÓMUN, le quartet du guitariste Pascal Charrier ( compositions ), accompagné de Robin Fincker ( saxophone ténor et clarinette ), Julien Tamisier ( claviers et compositions ) et Sylvain Darrifourq à la batterie, a déployé une très belle palette mélodique dans un univers électroacoustique assez saisissant : j’y reviendrai dans un article plus étoffé dans quelques jours. Très belle création dont l’enregistrement sortira bientôt sur Naï Nô Production.

Acoustic Lousadzak de Claude Tchamitchian (contrebasse) -  voir en grand cette image
Acoustic Lousadzak de Claude Tchamitchian (contrebasse)

ACOUSTIC LOUSADZAK conduit par Claude Tchamitchian, en seconde partie de soirée, dont c’était ma seconde écoute après le concert de Rochefort du Gard en octobre dernier pour les 20 ans du label Emouvance (lire ici !). Un tentet tout acoustique en opposition au premier concert, qui a joué «  Even Eden » avec un très vif succès et un émerveillement à nouveau renouvelé devant la grande cohésion du groupe et sa poésie ineffable.

Jeudi 4 juin :

Guillaume Roy -  voir en grand cette image
Guillaume Roy

Solo de Guillaume Roy au violon alto dans la Chapelle baroque d’Apt à 12h30 : un écrin privilégié pour cet artiste singulier dont l’exercice totalement improvisé s’est révélé étonnant et détonnant ! Violoniste explorateur, il lâche les amarres et vous embarque dans une aventure sonore dont vous ne sortirez pas indemne !

Catherine Sombsthay (Horizons) -  voir en grand cette image
Catherine Sombsthay (Horizons)

A fait suite en milieu d’après-midi, un autre voyage visuel et sonore au Vélo-théâtre, siège d’un curieux spectacle musical électro-acoustique nommé Horizons par la Compagnie Médiane, dont le son créé par le danois Hans Peter Stubbe Teglbjærg à partir d’enregistrement de son île natale, était illustré par un montage et récit de Catherine Sombsthay sur les peintures de Pierre Gattoni : j’avoue ma perplexité devant cette expérience assez déstabilisante qui m’a rendue aussi malade qu’une traversée sur un bateau en pleine houle en raison de l’effet visuel instable et voulu, et du son presque angoissant ( grincements de bateaux en mer, bruits enregistrés dans l’eau ou sur la plage) me rappelant soudain l’ambiance oppressante de « Breaking the waves » de Lars von Trier. Cette performance aurait plus sa place au Palais de Tokyo...

JPEG - 141 ko
Spring Roll

En première partie de soirée, SPRING ROLL , quartet inclassable de la flûtiste Sylvaine Hélary, accompagnée d’Antonin Rayon au piano, Sylvain Lemêtre aux percussions et Rémi Dumoulin au saxophone ténor et clarinette : encore une musique inhabituelle, passionnante et passionnée ! (Lire le commentaire de Thierry Giard pour la sortie du disque en avril 2015.)
A fait suite le groupe du saxophoniste Soweto Kinch avec son quartet venu de Birmingham. Kinch dont le maitre avoué est Joe Harriott, rappe avec brio également, en compagnie de Silk Jonathan à la batterie, du très jeune et attachant Nicholas Jurd à la basse et Jay Phelps à la trompette... Un concert haut en couleurs, qui n’a pas fait salle comble hélas ! On pouvait toutefois être agacé par le côté hip-hop qui venait troubler sans transition le très beau jeu de ce saxophoniste.

Jean-Paul Ricard -  voir en grand cette image
Jean-Paul Ricard

Cette journée fut conclue très tard au Bocal d’Apt par Jean-Paul Ricard, président de l’AJMI d’Avignon, qui nous a fait écouter quelques plages de ses disques passions ( citons entre autres Dizzie Gillespie son premier choc , Art Pepper , Miles , Marie Lou Williams, Erroll Garner, Archie Shepp, Tony Fruschella... )

.

.

Vendredi 5 juin :

Julien Desprez -  voir en grand cette image
Julien Desprez

ACAPULCO de Julien Desprez, à la Chapelle des Carmes d’Apt, solo de guitare fulgurant et tellurique, extrêmement bien maîtrisé, avec un son brut qui m’a rappelé la performance de Stian Westerhus lorsqu’il s’était produit en début d’année à l’AJMI d’Avignon avec Sidesel Endresen, mais en plus déconstruit encore... Il fallait une guitare électrique bien solide pour résister au traitement imposé, terminé toutefois par une plage très douce et envoûtante : la rédemption après le chaos ? On lira la chronique de Jean Buzelin concernant le disque ici !

Séance cinéma en fin d’après-midi avec « Expérience africaine », film projeté en présence du réalisateur Laurent Chevalier, très émouvant, et programmé de temps en temps dans les festivals de jazz, puisqu’il raconte l’aventure de 6 jeunes élèves du collège de Marciac ayant pu échanger avec les musiciens guinéens de Fölifö , groupe qui a accompagné le grand saxophoniste Momo le Doyen à qui Laurent Chevallier avait déjà consacré un long métrage. Un voyage initiatique dont ils sortiront changés ! Un débat intéressant a conclu cette belle initiative.

JPEG - 90.1 ko
Rouge

Accueillis par la fanfare « My Bucket’s got a hole in it », la soirée a continué avec ROUGE, le nouveau projet du contrebassiste brestois Frédéric Bargeon Briet, accompagné de Guillaume Orti aux saxophones et Simon Goubert à la batterie ; un trio sur lequel je reviendrai également étant donné sa richesse expressive. Rouge comme le sang, rouge passion, dédié à l’AUTRE... Compositions de Frédéric Bargeon Briet et Guillaume Orti.

Bojan Z -  voir en grand cette image
Bojan Z

A suivi le solo de BOJAN Z : évidemment parfaitement maitrisé, toujours aussi formidable ! Mais un air de déjà entendu trop de fois... tout du moins par mes oreilles, d’où une certaine lassitude... il va être temps de passer à autre chose...

.

.

Eyma (et Perrine Mansuy) -  voir en grand cette image
Eyma (et Perrine Mansuy)

Enfin, la chanteuse Eyma a terminé avec beaucoup de finesse et de talent cette soirée au Bocal d’Apt : cette jeune marseillaise douée accompagnée par Perrine Mansuy au piano, Stéphane Bularz à la contrebasse et Guillaume Chevillard à la batterie, a fait bocal comble devant un public ravi de renouer avec les racines du jazz, du blues et du swing !

.

.

Samedi 6 juin :

« My Bucket's got a hole in it » -  voir en grand cette image
« My Bucket’s got a hole in it »

Jour de marché à Apt connu dans tout le secteur et qui envahit toutes les rues ! La fanfare de la veille a déambulé puis laissé la place à la Scéne Jeunes talents où les élèves de Julien Tamisier ont pu démontrer leur virtuosité déjà confirmée et cultivée par leur professeur ! A suivi un duo de bluesmen WOOD WOSE avec les 2 guitaristes Frédéric Tillard et David Ladu.

En fin d’après-midi, Jean-Paul Ricard nous a passionnés avec une conférence : Femmes du jazz : la longue marche. Au frais dans la chapelle des Carmes, nous avons écouté avec grande attention cet hommage accompagné de musique à des musiciennes souvent restées en marge des livres d’histoire comme Mary Lou Williams, Vi Reed, Melba Liston et tant d’autres...

Ève Risser -  voir en grand cette image
Ève Risser

La soirée a ensuite commencé avec DONKEY MONKEY : Eve Risser et Yuko Oshima, un duo de choc déjà entendu avec un énorme plaisir à Coutances, qui s’est renouvelé à Apt ! Allez les écouter si ce n’est fait, puisqu’elles joueront un peu partout leur dernière mouture « Hanakana » dans le cadre de Jazz Migrations 2015 où elles ont été selectionnées !

.

JPEG - 103.6 ko
Brass Mask

BRASS MASK a pris la suite : un octet anglais de choc emmené par Tom Challenger au saxophone ténor qui a mis tout le monde d’accord ! Mais gare aux oreilles sensibles à la force tellurique des soufflants !

Soirée conclue une nouvelle fois au Bocal d’Apt avec SANS PLOMB 95 où mes oreilles déjà fatiguées ne sont pas restées longtemps, malgré le talent certain de Bruno Bertrand à la batterie, Julien Latapie au soubassophone et Julien Corda ainsi que Julien Cardaccia aux guitares et chant : en bleu de travail, nostalgiques du bon vieux bruit de la disqueuse et de l’odeur poisseuse des garages, les musiciens de $P95 raffinent le brut, le crasseux, le graisseux, changent les pièces, puisent dans tous les pays, mélangent les influences tout en gardant un esprit pompiste, brut de décoffrage... C’était trop pour moi ce soir là...

Dimanche 7 juin :

Guillaume Orti et Christine Bertocchi : Impromenade ! -  voir en grand cette image
Guillaume Orti et Christine Bertocchi : Impromenade !

Le festival se termine toujours sous le même soleil de plomb inhabituel à cette saison ! À 10h30, rendez-vous devant l’église de Saignon pour une IMPROMENADE guidée par Guillaume Orti au saxophone et Christine Bertocchi au chant. La déambulation attire de plus en plus de monde le long des ruelles pittoresques et me fait penser au joueur de flûte de Hamelin ! Voix et saxophone s’entremêlent et font résonner les vieilles pierres en nous hypnotisant...

.

.

Sous le Pont -  voir en grand cette image
Sous le Pont

Un pique nique autour de la fontaine à l’ombre s’improvise également en écoutant le trio Sous le Pont dans une ambiance de guinguette, où les plus courageux esquissent quelques pas de danse.

.

.

Tarek Abdallah et Adel Shams El-Din -  voir en grand cette image
Tarek Abdallah et Adel Shams El-Din

Et c’est à 17 heures, dans l’église de Gargas pleine à craquer que se conclut cette superbe édition, avec les égyptiens Tarek Abdallah au oud et Adel Shams El-Din aux tambourins arabes ou riqq, où nous découvrons la « wasla », expression particulière de suites musicales, développée par différentes traditions arabes et utilisant des cycles rythmiques extrêmement complexes : c’est vraiment très beau et chacun sort de l’église en état d’apesanteur...

Encore merci à toute l’équipe qui m’a permis de participer à tous les concerts et m’a très gentiment accueillie. Que la force soit avec vous pour continuer sur votre lancée et résister aux sirènes du business !


Portfolio

  • Frédéric Bargeon-Briet
  • Robin Fincker
  • Sylvaine Hélary
  • Guillaume Orti et Christine Bertocchi : Impromenade !
  • Sylvain Lemêtre
  • Guillaume Orti
  • Yuko Oshima
  • Soweto Kinch
  • Wood Wose