« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Cartes postales jazz » Les cartes postales : Pharoah, bien entendu ?

Les cartes postales : Pharoah, bien entendu ?

Meilleurs souvenirs des pays du jazz...

D 18 mai 2015     H 19:30     A Christian Ducasse, Philippe Paschel, Thierry Giard    


Écrivez-nous ! Envoyez vos meilleurs souvenirs « jazz et musiques improvisées » ! Comment proposer une « carte postale » ? Lisez ICI.

À quand de vos nouvelles ? Un premier pas pour rejoindre notre équipe ?


> Coutances : « Pommiers sous les Jazz », appellation 2015, le 15 mai.

JPEG - 71.8 ko

Fort attendue la venue de Pharoah Sanders à Coutances, n’a pas été forcément bien entendue. Au cœur de cette grande voix du saxophone ténor et voie historique de la spiritualité qui le lia à John Coltrane.
Spiritualité peu compatible avec l’esprit de l’Evêché en ce vendredi (pas Saint).
Au delà du son resté intact chez Pharoah Sanders, on perçoit d’emblée outre le vertige de la tristesse, la quête éternelle de profondeur dès la pièce d’ouverture. Enchainement : un torride morceau coltranien, signalant si besoin était, l’éternelle dévotion de Pharoah à son ancien partenaire et modèle des sixties.
Body & Soul pour souffler, toujours vers les profondeurs et Pharoah présente deux pièces majeures de Mr JC : Giant Steps et Naima.
Lorsqu’il quitte l’avant scène, on aimerait vraiment connaître l’état de ses songes et rêveries, tandis que Pharoah semble s’endormir sur une chaise identique à celles qui peuplent la grande salle Marcel Hélie copieusement remplie.
Un final enjoué dans lequel Pharoah évoque rapidement son standard « The Creator Has a Masterplan » (genius.com/Pharoah-Sanders-the-creator-has-a-master-plan-lyrics) puis du chant (avec le public), quelques pas de danse et contorsions rendues encore possibles malgré la fatigue du voyage et la pesanteur des ans, présentation tonitruante du band (en tout point exemplaire) : la messe est dite.

. ::Christian Ducasse ::.

Pour ré-écouter l’office c’est ici : www.francemusique.fr/Pharoah-Sanders-Coutances

Pharoah Sanders (saxophone ténor), William Henderson (piano), Oli Hayhurst (contrebasse), Joe Farnsworth (batterie)

  • www.jazzsousles pommiers.com

Retrouvez les échos du festival au jour-le-jour sur les pages Facebook et Google+ de CultureJazz.fr !


La série de « Cartes Postales Jazz Impro & C° » :
Pharoah Sanders à Coutances le 15 mai 2015 || Joe Lovano Village Rhythms Band à Coutances (mai 2015) || Ronnie Lynn Patterson - Eddy Charni à Granville (20-201 mars 2015) || Die Hochstapler Jazz Quartet : Boulez à Paris

et les précédentes à retrouver en suivant ces liens : Raven au New-Morning (Paris) | Sara Lazarus Quartet au Sunside | Nuit TSF Jazz 2014 à l’Olympia (Paris)... La suite par ici...


> Coutances : « Pommiers sous les Jazz », appellation 2015, le 9 mai.

JPEG - 65.2 ko

En route pour l’Afrique mythique !

Le saxophoniste Joe Lovano a démarré son VW combi bariolé et nous emmène en voyage vers l’Afrique et les musiques d’ébène dont il a toujours rêvé. Covoiturage version Bla-Bla-Sax, à savoir, je conduis en déblatérant. Les autres suivent et acquiescent. C’est le percussionniste Abdou Mboup, sénégalais de souche, qui se charge des couleurs exotiques. Il a la cote auprès du patron cet ex-membre du groupe Sixun (entendu aussi dans sa période française avec Eddy Louiss, J-L Ponty Group et j’en passe une quantité...). Tout au fond du combi, le guitariste britannique Liberty Ellman est à l’étroit dans cette musique, lui qui sait se montrer si inventif dans d’autres contextes bien plus créatifs (avec Henry Threadgill, Steve Lehman...). Un voyage monotone et sans relief brièvement interrompu par la poésie de la « Fleurette Africaine » de Duke Ellington : à peine cueillie, aussitôt jetée. Le combi ne doit pas refroidir. Moi, je descends là !

Bonne route tout de même !

. ::Thierry Giard ::.

On réécoutera un Joe Lovano plus inspiré dans le trio de Paul Motian, avec John Scofield ou Henri Texier, jadis, ou plus récemment dans le disque « Soundprints » avec Dave Douglas : l’enjeu est bien différent dès que de forts egos se confrontent !

Et ne manquez pas CultureJazz au plus près et « à chaud » à travers nos pages Facebook et Google+


Grande Marée du jazz à Granville : 20 & 21 Mars 2015

JPEG - 62.5 ko

Ronnie Lynn PATTERSON - Eddy CHARNI

Parfois, on serait en droit de se questionner sur la notion de bonheur, rapporté à des moments vécus dans une enceinte de jazz. Le bonheur reste un état qu’il convient sans doute de ne pas mettre au débat, mais quand un nouveau lieu dédié au swing ouvre dans une petite ville de la province éternelle et qu’un aussi grand musicien y fait entendre son art, il y a incontestablement fusion de faits concordants générant le plaisir. Ronnie Lynn Patterson reste un pianiste rare* et on le découvre maintenant également chanteur dans une veine située entre Donny Hathaway et Stevie Wonder. À ses côtés, Eddy Charni et sa contrebasse n’ont jamais été aussi à la hauteur de ce partenariat fertile.
À Granville, nous avons pu le vérifier, un public rare fait lui aussi la différence entre les vibrations ordinaires et celles qui nous amènent vers les cimes.

. ::Christian Ducasse ::.

Ronnie Lynn Patterson & Eddy Charni au Baton Rouge les 20 & 21 mars 2015

  • Ronnie Lynn Patterson sera sur la scène parisienne du Sunside en trio le 7 mai prochain pour un hommage à Keith Jarrett (voir ici !)

> Paris le 21 mars 2015.

Surprise Boulezienne !

JPEG - 46.7 ko

Le samedi 21 mars à la Cité de la Musique, l’Ensemble Inter-Contemporain donnait un concert-fleuve (près de 4 heures) en trois parties, en hommage à Pierre Boulez pour ses 90 ans.
Lors de la deuxième partie, il y eut du jazz ! Le groupe « Die Hochstapler » se livra, selon le programme, à des “Improvisations à partir de fragments d’œuvres de Pierre Boulez”. Je n’en ai reconnu aucun, mais ai noté comme un bref souvenir colemanien (Ornette).
Les instrumentistes étaient très concentrés, immobiles et dans une sorte de position d’attaque, le saxophoniste tendant le cou vers son instrument, le trompettiste un pied devant comme pour se lancer quelque part, la sonorisation était parfaite (Ircam).
C’est une musique fragmentée, sans continuité rythmique de la percussion ni de la basse, mais dont l’articulation des phrases par les instruments mélodiques exprimait un souigne sous-jacent, une sorte d’obligation du rythme. Il y a une grande cohésion entre les deux souffleurs, qui ont un manière de jeu décidée, qui assure une grande cohérence au groupe.
Ils ont joué une vingtaine de minutes à la satisfaction générale, on aurait aimé en entendre plus.

. ::Philippe Paschel ::.

Cité de la Musique (Philharmonie 2), samedi 31 mars 2015
Die Hochstapler Jazz Quartet : Pierre Borel : saxophone alto / Louis Laurain : trompette / Antonio Borghini : contrebasse / Hannes Lingens : percussion.


Harrison Kennedy, Ruthie Foster, Eric Bibb,

La suite par ici...