« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2012 » « PianoBasseBatterie » : formule magique ?

« PianoBasseBatterie » : formule magique ?

Autour du clavier, les trios sont en vogue !

D 3 février 2012     H 13:09     A Thierry Giard    


On a longtemps présenté le saxophone ou la trompette comme des instruments emblématiques du jazz. Ils sont aujourd’hui largement détrônés par le piano.
Depuis Oscar Petterson, Bill Evans ou Keith Jarrett, on a vu arriver de jeunes formations qui ont modernisé la formule de base piano-contrebasse-batterie. Brad Meldhau est resté assez « classique » alors que The Bad Plus ou EST, le trio du regretté Esbjorn Svensson, ont contribué à rajeunir le concept en y injectant parfois des molécules de rock ou d’électro.

Cette entrée en matière est bien trop réductrice, certes. Nous allons y regarder de plus près à travers une série de productions récentes. Des disques de trios qui mettent en avant le piano (avec parfois, brièvement, un invité). Nous verrons aussi que certains mettent une dose d’électricité dans le triangle : claviers, guitare basse, électronique. Signe des temps même si ce n’est pas véritablement nouveau !

Nous choisissons de baliser ce parcours en prenant pour repères les pianistes :
Hans LÜDEMANN (OUI !) | Tony HYMAS (OUI !) | René BOTTLANG (OUI !) | Sébastien LALISSE (OUI !) | Edward SIMON | Enrico PIERANUNZI| TRIOZEAN | Kekko FORNARELLI | EOL Trio ||| RÉFÉRENCES et LIENS

Hans LÜDEMANN

Hans LÜDEMANN : « Die Kunst des Trios 1-5 » -  voir en grand cette image
Hans LÜDEMANN : « Die Kunst des Trios 1-5 »
BMC / Abeille Musique

Si la plupart des pianistes exploitent les possibilités d’un trio constitué, le pianiste allemand Hans Lüdemann va plus loin en travaillant avec cinq trios différents. _ C’est pour lui, une manière de concrétiser sa conception plurielle d’une formule simple.
Dans le coffret qui paraît en France sur le label hongrois BMC, Hans Lüdemann a souhaité réunir des musiciens en fonction de leur style et de leur personnalité. Il explore les possibilités de la formule en en se référant à ce que sont les concepts fondamentaux du jazz selon lui :
L’improvisation, le jeu spontané à partir d’un matériau musical déterminé ;
La communication musicale dans ces situations de jeu ;
La singularité de chaque musicien. Chacun possède une identité qui le caractérise dans sa pratique et dont il faut tenir compte.

Loin du traité théorique conceptuel et ennuyeux, ce coffret est d’une grande richesse dans la mesure où le pianiste a adapté son écriture et l’esthétique du trio à la personnalité de ses complices. Une des originalités de ce projet tient aussi dans l’utilisation de l’énigmatique « piano virtuel », sorte de clone électronique d’un grand piano de concert qui peut se promener sur des gammes peu familières à nos oreilles occidentales... mais que le pianiste de Cologne affectionne tout particulièrement (il travaille aussi avec des musiciens africains par ailleurs !).
Nous le disions, chaque trio a son identité, qu’il s’agisse du très collaboratif Rooms (avec Sébastien Boisseau et Dejan Terzic ; entendu en concert, lire ici !), de la référence à Hans Eisler avec Eisler’s Exil, de la formule plus groovy de Rhythm Magic (avec Linley Marthe à la basse et Chander Sardjoe - batterie-) et des très différents Nu Rism (plus exploratoire) et Chiffre (à la précision quasi mathématique). Cinq trios autour du pianiste qui se montre de bout en bout inventif, brillant, solidement présent dans sa musique et totalement en phase avec ses camarades de jeu.

LÜDEMANN - BOISSEAU - TERZIC : « Rooms » -  voir en grand cette image
LÜDEMANN - BOISSEAU - TERZIC : « Rooms »
BMC / Abeille Musique

Cinq trios enregistrés en concert dans un même lieu (le Loft à Cologne) en 2007 et 2008. Un pari risqué, ambitieux, sans aucune mégalomanie. Un témoignage unique des possibles autour d’une formule et d’un axe musical original. Passionnant pour découvrir un grand pianiste européen trop méconnu !

Pour ceux qui ne souhaiteraient pas (dans un premier temps), investir dans ce coffret de six disques, nous vous invitons à (re)découvrir le trio Rooms dans le disque éponyme paru en 2010 sur le label BMC. On y trouve toute l’originalité et la richesse d’un trio très égalitaire qui ne cesse d’ouvrir des portes pour explorer des univers construits, élaborés ou très spontanés. Aussi passionnant sur disque que sur scène.

> RÉFÉRENCES et LIENS

Tony HYMAS

Tony HYMAS : « A Winter's Tale » -  voir en grand cette image
Tony HYMAS : « A Winter’s Tale »
nato 2560 (1992 - rééd 2012) / L’Autre Distribution

La discographie du pianiste britannique sur le site du label nato est riche d’une cinquantaine de disques. Une belle preuve d’amitié et de fidélité entre le responsable du label, Jean Rochard et Tony Hymas, l’ex-étudiant de la Royal Academy of Music. C’est aussi le témoignage d’une grande ouverture à de multiples expériences et associations musicales, en solo, duo, trio pour des musiques improvisées, très écrites, électriques, acoustiques, jazz, rock ou excentriques, de Portal à Sam Rivers, avec Tony Coe et le batteur de Zappa, avec François Corneloup et le batteur de Prince... des Lonely Bears à Ursus Minor, cet amateur de montagne est vraiment à l’aise sur tous les terrains.
Après nous avoir régalés avec De l’Origine du Monde, œuvre inclassable en hommage à Gustave Courbet, le (re)voilà en trio.
Deux trios.
L’un est la réédition du disque A Winter’s Tale paru en 1992. C’est l’histoire d’une rencontre fructueuse lors d’un week-end. Le piano de Tony Hymas se fait chantant, agile, pour danser avec la contrebasse de Jean-François Jenny-Clark (magnifique et irremplaçable). C’est Jacques Thollot qui gère le temps et le tempo avec une fantaisie efficace et sans failles. Quinze années ont passé, depuis « JF » s’en est allé et ce disque défie le temps : frais et lumineux comme s’il venait d’être enregistré.

HYMAS & The BATES BROTHERS : « Blue Door » -  voir en grand cette image
HYMAS & The BATES BROTHERS : « Blue Door »
nato 4282 / L’Autre Distribution

L’autre trio est tout aussi essentiel et tout neuf ! À Minneapolis, où il passe une partie de sa vie, Jean Rochard a déniché des musiciens formidables depuis bien des années comme les frères JT et Chris Bates. James Thomas (dit JT), est batteur. De ceux qui vous assurent une rythmique d’enfer avec trois fois rien si ce n’est une perception implacable de l’espace et du temps. Chris tient la contrebasse avec une assurance acquise dans une solide formation classique combinée avec l’aventure du jazz dans les situations les plus diverses. Autant dire que ces deux frères constituent une des paires rythmiques le plus redoutables (et enviables) du moment !
Le Lonely Bear, l’ours solitaire Tony Hymas, a su apprivoiser cette équipe de choc qui l’a poussé dans ses retranchements (« pas le moment de rêvasser avec ses types ! » [1]) sous le contrôle bienveillant et l’écoute de Jean Rochard. Le contenu de ce disque est formidable car ce trio au final très soudé et complice se balade avec une constante inspiration chez Léo Ferré (magnifique ouverture : Avec le Temps), dans un blues râpeux (Way Back Home) avec le chant caverneux de Tony Hymas. On y entend aussi de magnifiques hommages du pianiste à ses dieux du piano jazz : Phineas Newborn, Red Garland et Erroll Garner.
Une randonnée musicale pleine de contrastes et de surprises à travers les paysages changeants du jazz de Tony Hymas, pianiste au potentiel incomparable et guide sur lequel on peut compter !

> RÉFÉRENCES et LIENS

René BOTTLANG - Sébastien LALISSE

René BOTTLANG – Barre PHILLIPS – Christian LÉTÉ : « Teatro Museo » -  voir en grand cette image
René BOTTLANG – Barre PHILLIPS – Christian LÉTÉ : « Teatro Museo »
AJMIseries / Les Allumés du Jazz

Pour cette série de trios, nous avons pris comme référence les pianistes mais on voit bien que la tendance actuelle est plutôt au trio équilibré où le collectif prime.

C’est le cas pour deux trios qui se positionnent géographiquement au sud de la France et musicalement dans un large espace entre la tradition et la modernité en privilégiant le jeu collectif aéré.
Voilà donc des musiques qui respirent et savent donner du poids aux notes, répondre en résonance aux idées qui s’échangent sur des supports propices à l’improvisation.
René Bottlang, Barre Phillips et Christian Lété : trois musiciens dont la réputation est justifiée par une solide et longue expérience du jeu collectif en situations variées. Ils ont choisi de s’exprimer sur une musique composée en commun (dans l’instant ?). Un parcours libre et ouvert (mais pas free au sens habituel du terme) pour suggérer des images, dessiner des paysages, esquisser des couleurs, des impressions. Un répertoire d’une belle unité qui invite à une écoute attentive car on se laisse capter et captiver par les idées que chacun met en jeu.
Leur musique évite les pièges de la facilité sans perdre l’auditeur dans une démarche trop « cérébrale ». Du grand art.

Trio LALISSE – SOLER – CHABASSE + Raphaël IMBERT : « À René Char » -  voir en grand cette image
Trio LALISSE – SOLER – CHABASSE + Raphaël IMBERT : « À René Char »
Label-Durance / Orkhêstra

Sébastien Lalisse est un des membres actifs de l’A.M.I., cette association exemplaire des Alpes-de-Haute-Provence. Ce trio est bien une entité à trois pôles. Le jeune pianiste y est étroitement associé au contrebassiste Olivier Chabasse et à l’incontournable polyinstrumentiste Alain Soler qui tient ici la batterie pour veiller à la souplesse du tempo.
Comme nombre de productions pourtant essentielles du Label-Durance (une des branches de l’arbre AMI), ce disque ne bénéficiera pas d’une promotion tapageuse mais on peut compter sur l’efficacité du distributeur Orkhêstra pour le rendre disponible partout. Pourtant, il se positionne parmi les meilleures productions actuelles dans cette formule triangulaire, « un parfait triangle équilatéral (...) », écrit jean Buzelin [2] « où chacun regarde et écoute à droite et à gauche ». Si le disque ne permet pas de percevoir le jeu des regards, il met en évidence un sens de l’écoute mutuelle du plus haut niveau, signe d’une complicité construite sur des habitudes de travail commun dans des situations multiples souvent initiées par l’incontournable Alain Soler.
L’enregistrement s’est déroulé en journée au Centre René Char de Digne le 21 mai 2010 pour les sept premières plages sur des compositions des trois membres et deux standards pour l’indispensable clin d’œil à l’histoire. Le soir, en concert, ils ont été rejoints par un « gars du coin », le saxophoniste Raphaël Imbert. Les deux derniers titres présentent donc un quartet qui improvise un hommage spontané « À René Char » avant de conclure par une version « vieux style modernisé » (J. Buzelin) de Brother Can You Spare A Dime où Raphaël Imbert, saxophoniste caméléon, se maquille en Sidney Bechet pour mieux ressembler à Roland Kirk tout en restant lui-même. Un final ébouriffant qui nous ramène aux valeurs fondamentales du jazz entre divertissement et constante invention.
Un vrai beau travail d’artisans-compagnons.

> RÉFÉRENCES et LIENS

Edward SIMON - Enrico PIERANUNZI

Edward SIMON : « A Master's Diary » -  voir en grand cette image
Edward SIMON : « A Master’s Diary »
CamJazz / Harmonia Mundi

Deux nouveautés qui ressemblent à un cheminement croisé entre le pianiste romain (Enrico Pieranunzi) qui s’offre les services d’une des plus belles rythmiques d’Outre-Atlantique et le vénézuélien de New-York (Edward Simon) qui consacre son nouvel album aux compositions d’un italien, Fiorenzo Carpi, auteur célèbre de musiques de films.
Ils ont en commun le même pivot pour leurs trios respectifs, le très musical Scott Colley, un costaud de la contrebasse. Enrico Pieranunzi complète son trio avec Antonio Sanchez, batteur à la précision implacable qui habille l’espace sonore à la manière d’un Jack DeJohnette. Edward Simon a choisi pour second complice Clarence Penn, encore une référence en terme de musicalité et de finesse rythmique.

Les deux disques, parus simultanément sur le label CamJazz ne se ressemblent pas.
Dans Permutation, Enrico Pieranunzi explore avec méthode et beaucoup de force les ressources de ce trio et des personnalités qui le composent, une démarche qui rappelle celle de Hans Lüdemann, évoqué plus haut. Le pianiste a composé en ayant bien conscience du potentiel de Scott Colley et d’Antonio Sanchez et son piano de fraie un chemin lumineux dans ce nouveau contexte. On perçoit la volonté d’équilibrer les composantes rythmiques et mélodiques dans des compositions qui vont à l’essentiel pour favoriser le jeu collectif. Horizontes finales illustre bien cette démarche : musique dansante, vive où chacun peut dessiner des phrases aux couleurs chatoyantes.

Enrico PIERANUNZI : « Permutation » -  voir en grand cette image
Enrico PIERANUNZI : « Permutation »
CamJazz / Harmonia Mundi

Un disque brillant qui montre qu’entre un clin d’œil affectueux à Scarlatti, Bach et Haendel (1685) ou le plaisir du latin-jazz réinventé (Latin jazz quintet ), la production actuelle de Pieranunzi sur CamJazz est d’une grande diversité. La classe !
Avec A Master’s Diary, Edward Simon s’est bien gardé de transposer à sa façon la musique de Fiorenzo Carpi dans un contexte « jazz ». Il propose une réinterprétation de compositions qui le touchent en restant fidèle à l’esprit et à la forme des œuvres. Le trio propose ainsi une musique fine, ciselée, très mélodique qui incarne un certain classicisme de la forme du trio-jazz (et il invite le trompettiste Diego Urcola sur la première plage). Chacun assure la partie qui lui revient sans bousculer les structures du trio. Il en résulte un album sensible et d’écoute très agréable qui met bien en valeur les compositions et c’est tout à fait digne d’intérêt pour cela.

RÉFÉRENCES et LIENS

Et aussi :

TRIOZEAN - Kekko FORNARELLI - EOL Trio

TRIOZEAN : « Nocturne » -  voir en grand cette image
TRIOZEAN : « Nocturne »
NeuKlang / Codaex

Nous vous l’avons dit : les trios « piano basse batterie » sont légion en ces temps dits de crise. Pourtant, un bon piano, c’est cher et on n’en trouve pas partout où les pianistes aimeraient jouer... C’est peut-être pour cela aussi que certains diversifient leur instrumentarium en y intégrant des claviers divers comme dans Kube, le trio de Kekko Fornarelli ou avec EOL Trio.

Triozean offre la touche féminine de cette sélection puisque cette formation germanique fait une belle place à la jeune pianiste d’origine russe Olga Nowikowa (née en 1983). Il apparaît comme une évidence que ces jeunes musiciens possèdent une formation instrumentale rigoureuse. Ils ont acquis une virtuosité qui leur permet d’être à l’aise dans tous les contextes en passant du tango néo-classique à une esthétique de power-trio façon The Bad Plus avec un « gros son » de contrebasse amplifiée et un piano hypnotique... C’est aussi peut-être ce qui rend cette formation assez transparente : on écoute leur musique superbement fabriquée sans trop s’y accrocher : une traversée sans heurts mais sans souvenirs marquants. Trop de technique tue la musique ? On aimerait un peu plus d’imprévu qui fasse apparaître l’authenticité, la spécificité de ce trio joliment produit et fort bien aidé par le label NeuKlang.

Kekko FORNARELLI KUBE : “Room of Mirrors” -  voir en grand cette image
Kekko FORNARELLI KUBE : “Room of Mirrors”
AUAND / www.jazzos.com
EOL TRIO : « End of Line » -  voir en grand cette image
EOL TRIO : « End of Line »
Cristal Records / Harmonia Mundi

|

Le pianiste italien Kekko Fornarelli tente la quadrature du triangle en intitulant son trio Kube. Une formation effectivement très « carrée » comme on dit. Le piano chante avec gravité et une certaine intensité dramatique sur une rythmique qui diffuse une énergie rock. L’utilisation de divers claviers apporte une touche orchestrale qui renforce l’impression de densité de cette musique très aboutie mais assez vite monotone. Toutes les compositions sont des originaux qui explorent une option esthétique qui colle bien à notre époque, synthèse entre les sonorités acoustiques et une pulsation tourbillonnante qu’on qualifie souvent d’urbaine. Le choix d’une génération ?

Pour clore ce petit panorama des trios de ce début 2012, nous nous arrêterons sur EOL Trio, une formation « made in France » qui cultive le
jazz rock progressif cinematic electro post rock, ce sont eux qui l’écrivent. Vous remarquerez comme nous que cette désignation commence par jazz et contient deux fois le mot rock. En raccourci, leur musique est aussi jazz qu’Emerson Lake & Palmer (ça ne date pas d’hier) et aussi rock que Medeski Martin & Wood.
Nous avions chroniqué leur précédent album Mister K en mettant en évidence la précision quasi horlogère d’une musique qui se veut très actuelle. Depuis, le trio a changé de bassiste et revient au disque avec End of Line chez Cristal records. Son esthétique s’est centrée plus encore sur la densité d’un maillage rythmique qui porte des lignes de piano et de claviers vigoureuses et tranchantes. Il y a dans ce disque un savoir faire indéniable qui repose sur une maîtrise instrumentale et technologique affirmée mais cette musique manque une peu d’âme pour nos oreilles (trop) sensibles... Bon vent toutefois à EOL Trio ! (même si nous préférons des courants plus aventureux : lire plus haut !).

Références et liens

> Hans LÜDEMANN : « Die Kunst des Trios 1-5 » - BMC/BMC CD 196 : 5 Cds + 1 CD de bonus vidéos - distribution Abeille Musique ou à commander sur www.hansluedemann.de (parution février 2012)
Hans Lüdemann : piano, piano virtuel avec : NU RISM = Robert Landfermann : contrebasse / Jonas Burgwinkel : batterie // EISLER’S EXILE = Dieter Manderscheid : contrebasse / Christian Thomé : batterie, percussion // ROOMS = Sebastien Boisseau : contrebasse / Dejan Terzic : batterie // RHYTHM MAGIC = Linley Marthe : basse électrique / Chander Sardjoe : batterie // CHIFFRE = Henning Sieverts : contrebasse, violoncelle / Eric Schaefer : batterie, percussion

CD1 : Nu Rism / 7 titres, compositions de Hans Lüdemann, Steve Coleman et Andy Laster – 47’00 // CD2 : Eisler’s Exile / 9 titres, compositions originales et de Hans Eisler – 53’07 // CD3 : Rooms / 10 titres, compositions originales des membres du trio – 64’28 / / CD4 : Rhythm Magic / titres, compositions de Hans Lüdemann et de G. de Mazure – 44’17 // CD5 : Chiffre / 7 titres, compositions originales – 47’52 // CD6 – Bonus – vidéos live de Rhythm Magic et Chiffre – Enregistré entre mars 2007 et septembre 2008, en concert à Cologne (D)

> www.abeillemusique.com | www.hansluedemann.de/cds.html

> Hans LÜDEMANN - Sébastien BOISSEAU - Dejan TERZIC : « Rooms » - BMC BMC CD 176 - distribution Abeille Musique (paru le 14/10/2010)
Hans Lüdemann : piano & piano virtuel / Sébastien Boisseau : contrebasse / Dejan Terzic : batterie & percussion

01. Bel Étage / 02. To Be or not to Have (Roma 1) / 03. Le Balaphon Blanc et Noir / 04. Doux / 05. Disturbed / 06. Baby / 07. Love Confessions (Roma 2) / 08. Jukebox / 09. Über Den Selbstmord / 10. Steine / 11. Prinz / 12. Orientierung / 13. The Day You are Here

> www.abeillemusique.com/Ludemann-Boisseau-Terzic/Rooms | www.hansluedemann.de/cds

> Tony HYMAS : « A Winter’s Tale » - nato 2560 (1992 - réédition 13/02/2012) - distribution L’Autre Distribution
Tony Hymas : piano / Jean-François Jenny-Clark : contrebasse / Jacques Thollot : batterie
01. A Winter’s tale / 02. Bruce and the Spider / 03. Snap / 04. Samba-JS / 05. Lonesome traveller song / 06. Too deep for tears / 07. Aménagement du préalable / 08. Border Ballad - enregistré à Paris le 2 octobre1992.

> www.natomusic.fr

> HYMAS & The BATES BROTHERS : « Blue Door » - nato 4282 - distribution L’Autre Distribution - (parution le 13/02/2012)
Tony Hymas : piano, voix / Chris Bates : contrebasse / James Thomas « JT » Bates : batterie
01. Avec le temps / 02. Blues for Red Garland / 03. Les évadés de la nuit / 04. Fatijas Winter Garden / 05. Matourmatoumatoumalet / 06. The way back home / 07. La chanson du bonhomme / 08. The Kid from Whiteville / 09. Ahneen / 10. Superhero / 11. Apotheg 5 / 12. De l’origine du Monde – Enregistré à Minneapolis

> www.natomusic.fr | Tony Hymas, artisan nato : www.natomusic.fr/Hymas

> René BOTTLANG – Barre PHILLIPS – Christian LÉTÉ : « Teatro Museo » - AJMIseries AJM19 - distribution Les Allumés du Jazz - (parution fin 2011)
René Bottlang : piano / Barre Phillips : contrebasse / Christian Lété : batterie _ 01. À L’écoute / 02. You, Me And Tou / 03. Handscript / 04. Travellers / 05. Teatro Museo / 06. Sur Un Bateau Jusqu’à Une Ile / 07. Off To The Side / 08. Nu couché (Dans la steppe) / 09. Post-Composum – Composé par le trio – Enregistré aux studios La Buissonne par Gérard de Haro en 2008

> www.jazzalajmi.com/Teatro_Museo

> Trio LALISSE – SOLER – CHABASSE + Raphaël IMBERT : « À René Char » - Label-Durance LabDur-SL092011 - distribution Orkhêstra - (parution janvier 2012)
Sébastien Lalisse ; piano / Olivier Chabasse : contrebasse / Alain Soler : batterie / +/ Raphaël Imbert : saxophone et clarinette basse (8 et 9)
01. Skylark / 02. Rain / 03. Look for the Silver Lining / 04. Miolis Waltz / 05. Trois Respirations / 06. Hymne à Voix basse / 07. Chant du Refus / 08. À René Char / 09. Brother Can you Spare a Dime ? - Enregistré à Digne les Bains (04) le 21 mai 2010

> www.label-durance.com | www.studio-ecs.com | www.orkhestra.fr

> Edward SIMON : « A Master’s Diary » - CamJazz CAMJ 78431-2 - distribution Harmonia Mundi (parution le 24/01/2012)
Edward Simon : piano / Scott Colley : contrebasse / Clarence Penn : batterie /+/ Diego Urcola : trompette (1) – Compositions de Fiorenzo Carpi
01. Eugenia’s Theme / 02. Passegiata nel Parco / 03. In Cerca di Cibo / 04. Nel Parco / 05. Diario di Un Maestro / 06. Valzer Lento / 07. Eugenia’s Theme / 08. Passegiata nel Parco (reprise) / 09. Diario di Un Maestro / 10. In Cerca di Cibo

> www.camjazz.com | www.edwardsimon.com

> Enrico PIERANUNZI : « Permutation » - CamJazz CamJ7845-2 - distribution Harmonia Mundi - (parution le 24/01/2012)
Enrico Pieranunzi : piano / Scott Colley : basse / Antonio Sanchez : batterie _ 01. Strangest consequences / 02. Critical path / 03. Permutation / 04. Distance from departure / 05.Horizontes finales / 06. Every smiles of yours / 07. Within the house of night / 08. The point at issue / 09. A different breath

> www.enricopieranunzi.com | www.camjazz.com

> TRIOZEAN : « Nocturne » - NeuKlang NCD4063 - distribution Codaex (parution le 27/01/2012)
Olga Nowikowa : piano, compositions / Lars Födisch : contrebasse / Krishan Zeigner : batterie /+/ Michal Skulski - saxophone ténor sur 6
01. Tango incognito / 02. Zentrifuge / 03. Nocturne en chocoloat / 04. Home / 05. Der Kleine Muck / 06. Theresa’s Dance / 07. Birdlike / 08. Våsterås / 09. Message – Enregistré à Weimar en 2011.

> www.bauerstudios.de/Triozean | www.myspace.com/triozean

> Kekko FORNARELLI KUBE : “Room of Mirrors” - AUAND AU3002 - à commander sur www.jazzos.com - (paru en 2011)
Kekko Fornarelli piano, fender rhodes, synthesizer / Luca Bulgarelli : contrebasse / Gianlivio Liberti : batterie
01. Room of Mirrors / 02. Daily Jungle / 03. The Flavour of Clouds / 04. Dream and Compromise / 05. Children’s Eyes / 06. Coffee & Cigarettes / 07. Time Goes On / 08. Night Lights

> www.auand.com/Kube | www.kekkofornarelli.com

> EOL TRIO : « End of Line » - Cristal Records CR196 - distribution Harmonia Mundi - (parution le 07/02/2012)
Denis Girard : piano, Fender Rhodes, orgue Hammond / Laurent David : basse / Xavier Girard : batterie
01. Walking downtown / 02. Smoke on the tube amp / 03. Dollers / 04. Drums solo / 05. Take care brother / 06. New one / 07. Bad song / 08. Soft tune / 09. Hard tune / 10. MMW

> www.eoltrio.com | www.cristalrecords.com


[1...écrit Tony Hymas dans les notes de pochette...

[2auteur du texte de pochette et du graphisme de celle-ci !

Dans la même rubrique

26 décembre 2012 – Petit voyage en Suisse

18 décembre 2012 – La vitrine de décembre 2012 : 9 disques.

13 décembre 2012 – [retour sur...] Jérôme SABBAGH : « Plugged in »

6 décembre 2012 – [Disques] Les ÉTOILES de l’année 2012.

6 décembre 2012 – [retour sur...] Anne PACEO : Yôkaï